AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 "No" [ft Bucky]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Samuel Wilson
Secret Avenger - STAFF

Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 691
Multicomptes : Pas encore
Dollars : 1528
Avatar : Anthony Mackie

Age : 38 ans
Surnom : Sam
Nom de code : Falcon
Localisation : New-York
Pouvoir : Il est équipé d'un exo-squelette doté d'aile assez résistantes pour lui permettre de voler.
Métier : Ex Travailleur social et Avengers
Race : Humain / Hors Norme









MessageSujet: "No" [ft Bucky]   Mer 1 Juin - 18:55

"No"James B. Barnes & Samuel Wilson
Samuel ne savait pas trop quoi penser de sa présence dans la nouvelle base. Il était content d’avoir un toit sur la tête mais il ne pouvait s’empêcher de penser que s’ils étaient découverts, ils le seraient tous ensemble. Et ce n’était pas vraiment une bonne idée. Mais il s’était forcé de réprimer cette idée et l’avait enfoncée bien loin dans son cerveau pour qu’elle ne revienne pas lui casser les pieds avant longtemps. Il s’était donc installé, avait trouvé un lit et posé ses affaires. Cette base lui rappelait franchement l’armée. Même si ces classes étaient loin maintenant, il se souvenait de la base dans laquelle il avait été stationné pendant des semaines. La promiscuité qu’il avait dû supporter et les amis qu’il s’était fait. Même si la situation n’était pas la même, Samuel ne pouvait que faire le rapprochement et cela le faisait sourire. C’était dans des situations pareilles qu’il se mettait à penser à Riley. Parce que penser à l’armée lui rappelait inévitablement sa rencontre avec Riley. De toute façon, les récents événements lui rappelaient son second. Même s’il était passé au-dessus de sa mort, qu’il était plutôt confortable avec ça (ce n’était pas vraiment l’avis de tous mais Sam était tellement têtu qu’il n’entendait rien) et qu’il en parlait beaucoup plus qu’il y a quelques années, Samuel ne pouvait s’empêcher d’y penser.

Mais comme le fait de se retrouver dans une base où ils se trouvaient tous, Samuel rangeait Riley dans une petite boite de son cerveau. Il était passé maître dans le fait d’enfoncer les choses désagréables dans son inconscient. Même s’il le faisait moins souvent que lorsqu’il était gosse, Samuel le faisait encore quelques fois. Pour ses parents et Riley, principalement. Il savait la réaction un peu hypocrite puisqu’il conseillait à « ses » soldats de ne pas le faire mais chacun avait sa manière de faire les choses. Et puis ce n’était pas souvent et les personnes avec qui il pouvait en parler librement étaient rares. Surtout maintenant qu’il ne pouvait plus exercer son métier. C’était quelque chose qui lui manquait. Washington lui manquait aussi. Il savait sa maison surveillée et même s’il y retournait, il ne savait pas s’il serait encore chez lui comme il l’avait été. Parce que cela faisait des mois qu’il n’avait pas mis les pieds à D.C. et encore plus chez lui. Certes, cela lui manquait mais bon, il préférait rester dans la base plutôt que de se faire attraper par le gouvernement dès qu’il mettrait un pied à son domicile. Il était encore rechercher activement, et franchement l’étiquette « hors la loi » n’était pas véritablement celle qui préférait. Mais bon, il s’accommodait de la situation et se révélait tout de même un bon brouilleur de trace. Chose qui n’était pas vraiment acquis avant toute cette histoire. Avant Steve en fait. Parce que bon, Samuel n’était pas vraiment connu, avant, pour sa discrétion. C’était plutôt le mec qui se faisait remarquer parce qu’il balançait une blague de sa grosse voix et qu’il rigolait trop fort. Il avait -un peu- changé depuis mais il gardait quand même sa grosse voix et ses blagues -souvent nulles-.

Cela faisait maintenant quelques heures que la réunion était terminée. Il avait été heureux de voir « autant » de personne répondre à l’appel de Steve et il avait aussi été étonné de voir James Barnes dans la salle. Bon, il avait été à moitié étonne pour être honnête mais quand même, il ne s’était pas attendu à ce qu’il soit là. Mais il avait été content que cela soit le cas. Il ne l’avait croisé (enfin en dehors de la réunion qui venait de se dérouler) depuis un moment. Depuis trop longtemps d’ailleurs. Mais les récents événements n’avaient pas été des plus propices à une rencontre et quand il avait vu Steve, Bucky n’était pas là. Il savait par contre que ce dernier avait aidé Steve à piquer un Quinjet parce qu’il avait été étonné que Steve vienne le chercher à Londres avec ce même Quinjet. Et il avait bien évidement demandé les détails. Il ne savait contre qui il avait été le plus irrité : Steve et Bucky pour avoir fait quelque chose de stupide ou Tony pour avoir été un abruti. Mais bon, il était un peu biaisé, il n’aimait pas Stark. Même avant cette histoire. Alors il avait préféré regarder Steve avec ce regard qu’il avait souvent quand il entendait les frasques de ce dernier. Blasé et avec un sourcil haussé sur le front. Et il savait très bien faire passer ce qu’il pensait rien qu’en regardant les gens comme ça. Mais bon, cela lui était passé quand il avait vu l’utilité de l’engin volé. Enfin, passé... Ce n’était pas vraiment le mot adéquat.

Il avait donc posé des affaires et était parti à la découverte de la base, les mains dans les poches. Il devait avouer que la base n’était pas mal faite et il remerciait le contact de Steve pour ça. Elle était grande, bien trop grande pour les quelques personnes qu’ils étaient mais il devait avouer qu’ils ne se marcheraient pas dessus s’ils venaient à tous se retrouver là en même temps. Il avait passé plusieurs pièces, s’était attardé dans le hangar pour les véhicules et la salle d’entraînement avant de continuer son exploration sur plusieurs  autres pièces avant de tomber sur une âme vivante. Enfin vivante... Il n’était pas certain de ça au vue de la tête renfrogné que tirait Bucky à ce moment. Un fin sourire s’installa sur ses lèvres alors qu’il s’appuyait contre le cadre de la porte. Il savait que le soldat l’avait déjà remarqué, parce qu’il n’avait pas été discret mais aussi parce qu’il était assez entraîné pour entendre une mouche voler à 200 mètres.

- Tu crois que tu arriveras à garder le matériel en bon état dans cette base ? demanda-t-il en guise de préambule avec un sourire en coin sur les lèvres et les bras croisés sur la poitrine.

Drôle d’entrée en matière mais Samuel n’était pas du genre à se faire impressionner par une bouille boudeuse d’un ancien assassin soviétique. Même s’il connaissait le besoin pathologique de Bucky de porter des armes en permanence. S’il avait été encore un gamin, il aurait dit « Même pas peur » en tirant la langue. Mais il n’était plus un gamin et était quand même bien plus mature maintenant.



_________________


The guilt is an old friend.
La culpabilité n'est pas rationnelle. C'est un poids qui vous écrase, qu'on le mérite ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

James B. Barnes
Secret Avenger - STAFF

Date d'inscription : 22/10/2015
Messages : 728
Multicomptes : Fronk.
Dollars : 1171
Avatar : Sebastian Stan.

Age : Bientôt la centaine.
Surnom : Bucky, Buck, Asset, Jimmy.
Nom de code : Captain America, anciennement The Winter Soldier.
Pouvoir : Sérum du Super-Soldat & bras cybernétique.
Race : Humain génétiquement modifié.





Samuel| Anthony | Natalia | Steve



MessageSujet: Re: "No" [ft Bucky]   Sam 6 Aoû - 16:02

No.

Samuel
&
James
Être sous terre aurait dû l'étouffer, impression suffocante d'être coincé sous des kilomètres de terre et de béton. Une nouvelle prison, cage bien plus dorée que les quelques murs qui lui avaient été attribués lorsque c'était encore à HYDRA qu'il appartenait. Appartenait. Il était toujours pieds et poings liés, d'une manière totalement nouvelle et différente, poussant sa loyauté en des personnes dont il ne connaissait pratiquement rien, dépendant d'eux. Une équipe, si le mot convenait. Quoiqu'il en était, cette base n'était pas asphyxiante, elle était juste pratique de par sa nature souterraine qui la défendait, l'empêchait d'être repérée à des kilomètres à la ronde. C'était bien mieux que la tour Stark, ou l'ancien QG que l'équipe originelle des Avengers avait occupé. Il ne critiquait pas leurs choix architecturaux, simplement, il pensait que l'idée n'avait pas été la plus ingénieuse et qu'ils auraient tout autant eu à gagner en mettant un panneau géant dans le type « venez nous chercher, on est là ». Néanmoins, ils n'avaient jamais été considérés comme étant fugitifs ou criminels. Seuls ces derniers auraient cherché à déterminer où ils vivaient pour s'en prendre à eux, dans le cas présent, il y avait tout le gouvernement américain et quelques autres aimables nations souhaitant les dénicher. Réclamant sa tête pour le traîner en justice.

À habiter ensemble, ils ressemblaient presque à une petite famille dysfonctionnelle. Un assemblage de pièces érodées dont personne ne souhaitait. Aussi malheureux que cela pouvait paraître, et c'était assez risible puisqu'il y avait bien plus accablant à déplorer, Bucky n'avait jamais connu le sens profond de famille. La sienne lui avait été retirée dès son plus jeune âge après avoir perdu ses parents lorsqu'ils furent tout deux décédés, puis sa sœur lorsqu'elle fut placée dans un foyer. Il avait côtoyé l'armée, pas qu'en tant que soldat, mais en tant que petit garçon qui n'avait rêvé que de suivre les traces de son paternel fraîchement effacé. Ça n'avait été que sa vie. La Grande Dépression, la guerre, HYDRA et le KGB. Les Secret Avengers désormais. Aucun foyer véritablement sain, partiellement aimants pour certains, il n'avait considéré qu'une personne comme étant son frère sans réel lien de sang. Steve. Et parfois il lui arrivait de penser à Becca, d'avoir la furieuse envie de lui rendre visite pour s'assurer qu'elle allait bien malgré l'endroit où elle passerait la fin de ses jours. Dans la même clinique où Margaret avait été avant de passer l'arme à gauche. Être au courant de la maladie qui la rongeait ne l'aidait pas à se décider quant au fait de renouer une quelconque relation avec elle. Devoir lui expliquer que plus jeunes, il n'avait pas réussi à trouver le temps de la visiter. Lui narrer les horreurs par lesquelles il était passé, déboulant ainsi sur sa jeunesse éternelle alors qu'elle devait être vieille et ridée. Comme Rogers et lui auraient dû l'être au lieu d'avoir des corps fringants, parcourus d'une énergie nouvelle et interminable grâce aux sérums.  

La réunion terminée, il s'était tranquillement dirigé vers sa chambre. Espace épuré où seules ses diverses armes traînaient, ça le changeait de ce qu'il avait connu au cours des deux dernières années. Il n'avait plus à surveiller les fenêtres dont les carreaux étaient entièrement recouverts pour ne laisser filtrer que la lumière sans que l’œil humain ne puisse percer le cocon dans lequel il évoluait. Ici, il n'y avait carrément pas de fenêtres. Mais ça ne changeait en rien à la réflexion première, il n'avait pas à crever d'inquiétude. Craindre qu'on vienne le clouer au sol pour lui passer les menottes. Un jour peut-être. Mais pas ce soir. Ainsi, il était plus détendu qu'il ne l'était en cavale et se permettait de se mettre à son aise. L'occupation de cette nuit n'avait rien de ragoûtante sauf que parfois, il devait prendre les choses en mains. Et ça signifiait, tourne-vis entre ses doigts de chair, avoir à remettre en place les quelques circuits électroniques étant défectueux. Barnes n'était pas ingénieur mais la prothèse n'était plus entièrement coopérative et n'ayant personne dans les environs pour lui arranger ça.. Il s'abandonnait au travail ingrat, trifouillant dans les tréfonds des plaques métalliques ouvertes en se sachant plus détendu qu'il ne l'avait été en cavale. Néanmoins, il n'était pas relaxé au point d'en oublier ses sens. Et le bruit de pas provenant du couloir ne lui avait pas échappé. Se saisissant du couteau glissé dans sa rangers, le brun lança la lame de sorte à ce qu'elle frôle le nouveau venu en guise d'avertissement silencieux à ne pas franchir le seuil de son espace personnel.

- Ce n'est quand même pas toi qui payes pour le matériel d'ici.


Son ancienne baraque par contre.. Il s'était excusé, à sa manière, mais il l'avait fait et ne réitérerait pas l'expérience. Une fois était largement suffisante, surtout pour quelques dégâts mineurs. Du feu. Qu'il avait éteint. Le passé n'était pas bon à ressasser bien qu'il se doutait que les petites piques continuelles ne s'arrêteraient pas de sitôt. Ce n'était pas désagréable, ça avait une connotation légère, presque douce. Des taquineries sur un sujet grave. L'adaptation au vingt et unième siècle était progressive et Sam devait le comprendre, du moins, James l'espérait.

- Et je te l'ai déjà dit, c'était de la faute à ta foutue gazinière, elle était vieille, usée et plutôt nulle.


Il s’essaya à la même aménité sans grand succès, se justifiant plus qu'il ne le taquinait. Sauf qu'il y croyait dur comme fer, à cette histoire de gazinière pourrie qui avait explosé quand il avait tenté de se faire à manger. Depuis, il était fort heureux des quelques pizzas que Clint ramenait à la base puisque ça ne nécessitait pas de cuisiner.

- Tu es venu pour quelque chose en particulier ? J'ai oublié notre séance ?

Peu probable depuis qu'il écrivait tout ce qu'il y avait besoin d'être noté sur papier. Des souvenirs, les dates importantes, les événements à venir. Ses carnets recelaient de lignes écrites à la va-vite, certaines relatant lesdites séances qu'il passait avec Samuel, d'autres les choses qu'il n'était pas prêt à raconter oralement. Il inclina la tête de biais, une mèche voilant une partie de son visage alors qu'il l'observait avec curiosité en attendant une réponse de sa part.


camo©015

_________________


I, was out my head, I was out of control; thought I was living, but I wasn’t and sometimes, you crash and you burn before your once again whole. Gather the pieces to the puzzle. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Samuel Wilson
Secret Avenger - STAFF

Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 691
Multicomptes : Pas encore
Dollars : 1528
Avatar : Anthony Mackie

Age : 38 ans
Surnom : Sam
Nom de code : Falcon
Localisation : New-York
Pouvoir : Il est équipé d'un exo-squelette doté d'aile assez résistantes pour lui permettre de voler.
Métier : Ex Travailleur social et Avengers
Race : Humain / Hors Norme









MessageSujet: Re: "No" [ft Bucky]   Dim 7 Aoû - 22:28

"No"James B. Barnes & Samuel Wilson
Avec le temps, Samuel avait appris à aimer la solitude. Et ce n’était pas vraiment la meilleure des solitudes. Sa démission de l’armée avait changé beaucoup de chose dans sa vie et la mort de son second encore plus. Et la solitude n’était pas forcément quelque chose de conseillé dans des situations comme celle-là mais c’est le choix qu’il avait fait. Et finalement, après réflexion, ce n’était une mauvaise chose. Mais sa solitude avait volé en éclat quand il avait repris du service pour faire tomber HYDRA. Et c’est à ce moment-là que Samuel s’était rendu compte que cela lui avait manqué. Être dans le feu de l’action, faire partie d’une cause, d’une équipe. Samuel avait tout retrouvé en suivant Steve et en rejoignant les Avengers.  Et c’était comme ça qu’il s’était rendu compte que toute cette histoire lui avait manqué et que la solitude n’était pas faire pour durer. C’était également pour cela que Samuel était content de ne pas se retrouver tout seul dans cette immense base où quelque part au milieu des États-Unis. Mais le fait est que cette base, si elle était découverte, retenait les supers héros les plus recherchés du continent et que solitude ou pas, ce n’était pas bon. Pour personne. Mais cela n l’empêchait pas de prendre ses quartiers et d’en profiter. Parce que ouai, poser ses valises de temps en temps ne faisait de mal à personne.

Et puis en bonus, Samuel avait droit à la bouille boudeuse de Bucky quand celui-ci était dans la pièce. C’est d’ailleurs pour cela qu’il ne fut qu’à moitié surprit quand le couteau se logea dans le mur à ses côtés, le faisait reculer de quelques centimètres avec un sourcil haussé haut sur son front. Il n’était pas rare que Samuel évite de justesse de se prendre un couteau parce que Bucky semblait clairement aimer ça. Et ses plaintes de portes chez lui –  dans son ancien appartement – en attestaient.  Et tout un tas de meubles aussi d’ailleurs. Sa putain de gazinière aussi d’ailleurs.

- Qu’est-ce que je t’ai déjà dit sur le fait de lancer des couteaux près des gens comme ça? demanda-t-il alors qu’il attrapait la poignée de la lame pour la déloger du mur. Ce n’est pas poli.

Il garda d’ailleurs la dire lame dans sa main, jouant quelques secondes avant de relever les yeux vers Bucky. Et c’est vraiment à ce moment-là que Samuel remarqua ce que faisait Bucky avant son arrivée. Un nouveau sourcil se leva sur son front mais Samuel ne rajouta rien. Déjà parce qu’il remarquait à après la guerre mais aussi parce qu’il n’avait pas grand-chose à ajouter par rapport à ça. C’était une bonne chose qu’il fasse ça. Du moins de son point de vue, après il ne savait pas réellement ce qu’en pensait Bucky alors bon. Il n’allait pas vraiment épiloguer la dessus.

Il préféra largement rigoler à la répartit de Bucky et il secoua la tête, jouant de nouveau avec le couteau qui ne lui appartenait pas. Parce que oui, pour revenir à cette foutue gazinière, Bucky lui avait broyée. En essayant de faire le petit déjeuner alors qu’il était en train de faire son jogging quotidien. Et le lui avouer par message en lui demandé de ramener de quoi manger. Si cela ne l’avait pas vraiment fait rire sur le moment, il en rigolait maintenant parce que cette gazinière était vraiment pourrie quoi qu’il puisse en dire devant Bucky. Mais bon, personne n’était mort et sa maison n’avait pas brûlée alors il préférait en rire. Et puis la tête qu’avait faite Bucky quand il était rentré avait valu toutes les gazinières du monde.

- Non, je laisse au contact de Steve le soin de payer pour ce qui se trouve ici, répondit-il le plus sérieusement du monde. Et n’insulte pas ma pauvre gazinière. Paix à son âme, rajouta-t-il doucement avec un sourire rieur aux lèvres.

La prochaine intervention de Bucky lui arracha un hochement de tête négatif. Parce que non, il ne venait pas là pour quelque chose. Il était juste en train de se balader dans la base, histoire de voir à quoi ressemblait la base pour ne pas passer pour un abruti si quelqu’un lui demandait où se trouvait une pièce. Et il n’était pas là non plus pour une séance. Séance qui se résumait à écouter Bucky sur ce qu’il voulait ou à le pousser à parler sur un sujet. En fait, il jouait les conseiller pour vétérans avec Bucky. Il le lui avait proposé un peu après son retour et cela lui avait paru naturel. Même si Bucky avait essayé le tuer à plusieurs reprises. Même s’il avait un peu du mal avec le fait d’oublier ces moments-là, il pouvait passer au-dessus pour aider un homme qui avait passé 70 ans aux mains d’une organisation terroriste. Il avait l’impression que cela aidait Bucky parce qu’il n’était pas biaisé comme pouvait l’être Steve. Il n’avait pas connu Bucky avant HYDRA, il ne connaissait pas l’homme avant toute cette histoire. Il ne connaissait que le Bucky un peu paumé qui lançait des couteaux pour avertir les gens de ne pas entrer dans la pièce. Et puis, il fallait qu’il l’avoue : aider Bucky l’aidait aussi. Une thérapie à double sens en quelque sorte. Comme son aide chez les VA l’avait toujours été. Une thérapie à double sens.

- Je visitais seulement les lieux quand j’ai vu de la lumière, déclara Samuel avec un haussement d’épaule et un mouvement de couteau dans les airs. Et non, tu n’as pas oublié de séance. La prochaine n’est que... J’en sais rien d’ailleurs, faudrait que je vérifie, continua-t-il avec un sourire. À moins que tu veux veuilles la faire maintenant , proposa-t-il en le pointant de la lame du couteau appartenant au ranger de Bucky. Je n’ai rien à faire et si tu as besoin de parler... Enfin, quand tu auras terminé de jouer à l’ingénieur bien sûr.

Ouai, il n’avait pas pu s’empêcher de relever ce que faisait Bucky quand il était entré dans la pièce. Mais bon, demander à Samuel de ne pas faire des allusions était comme retirer Robin à Batman. Ce n’était pas possible. Il fallait qu’il pense à travailler sur cela. Pour éviter de raconter des conneries et les lames volantes.




_________________


The guilt is an old friend.
La culpabilité n'est pas rationnelle. C'est un poids qui vous écrase, qu'on le mérite ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Samuel Wilson
Secret Avenger - STAFF

Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 691
Multicomptes : Pas encore
Dollars : 1528
Avatar : Anthony Mackie

Age : 38 ans
Surnom : Sam
Nom de code : Falcon
Localisation : New-York
Pouvoir : Il est équipé d'un exo-squelette doté d'aile assez résistantes pour lui permettre de voler.
Métier : Ex Travailleur social et Avengers
Race : Humain / Hors Norme









MessageSujet: Re: "No" [ft Bucky]   Lun 20 Mar - 18:22

Parce que je suis un thug Arrow Je l'archive (en accord avec l'autre moitié évidement, j'suis pas un thug à ce point là x.x )

*Samuel Wilson est actuellement en train de prendre la direction de la sortie.*

_________________


The guilt is an old friend.
La culpabilité n'est pas rationnelle. C'est un poids qui vous écrase, qu'on le mérite ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: "No" [ft Bucky]   

Revenir en haut Aller en bas
 
"No" [ft Bucky]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» James B. Barnes - "who the hell is Bucky ?"
» Une arme éveillée pour tuer : Winter is coming
» chut c'est le vent qui parle. Et qu'est-ce qu'il dit ? Je sais pas je parle pas le vent.. (bucky)
» Who the Hell is Bucky ?
» Journal de Bucky Barnes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel, No one is innocent ::  :: Archives RP-