AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez
 

 Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous

Invité
Invité


Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna Empty
MessageSujet: Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna   Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna EmptyDim 16 Oct - 22:19

Don't look at me in that tone of voice

La nuit était calme et le bâtiment délabré face auquel se tenait Elektra le paraissait tout autant. Cependant ici et là grouillait les sbires abjectes de La Main. Une ombre carmine se détachant à peine des ténèbres. Formes de vies monstrueuses, demi-vie obéissante de pantins zombifiés, elle, s’en était sortie. Elle, elle résistait à l’emprise du démon. Elle, elle allait le renvoyer pourrir dans son enfer putride. Jusqu’à aujourd’hui et à sa connaissance, elle était la seule à être sorti de la léthargie docile pour retrouver pleine conscience d’elle-même. Le vent était chargé de l’odeur du sang, celui des victimes encagées dans un sous-sol scabreux ou peut-être était-ce juste son imagination, son impatience à tuer plus de sbires, plus de pions. Elle se jetait à corps perdu dans ses combats juste pour laisser exploser sa rage, sa haine, juste aussi pour s’amuser, pour penser qu’elle s’amuse.

Svelte comme une liane elle escalade un peu et entre par une brèche dans un mur. Il s’effrite quand elle passe, quelle gravas clapote sur le plancher vermoulu. Ses saïs en main, elle ne cherche pas particulièrement à être discrète, elle appelle le combat parce qu’il y a que là-dedans qu’elle se sent vivante. Quand elle élimine. Et puis elle a la certitude qu’ils sont peu nombreux. La production de chair à canon ne nécessite pas une garde particulière. Bien que, celle-ci soit un peu particulière. Les disparations de mutos la fait s’inquiéter d’un nouveau genre d’ennemis. La plupart des gens ne prennent pas ces disparitions très au sérieux, dans le climat actuel, entre ceux qui fuient et ceux qui se radicalisent tandis que dans les rues défilent des illuminés anti-tout, tout le monde trouve ça normal. Sauf peut-être les proches, mais qui écoute les sympathisant mutos de nous jours ? Elektra ne prend pas part à ces débats, parce qu’il y a pas de débat, elle s’en fout de leurs combats. Par contre quand elle se retrouve à devoir combattre un type qui peut balancer des épieux par les mains, elle sait se poser les bonnes questions.  

Le sol grince à peine sous ses pas et les lames de ses saïs tournoient entre ses mains  et quand surgit le premier des petits pantins, l’un des saïs fuse et s’enfonce directement dans son œil. Elle sourit derrière le col de son costume, son regard est aussi affuté que ses armes. Le combat parait chorégraphié, les arts martiaux sont de la danse, Elektra est quelques crans au-dessus, ils ont l’avantage du nombre et le désavantage de savoir qu’il est préférable de la ramener en vie. Préférable, elle le réalise quand la lame d’un sabre entaille son col et sa joue, faible dommage, ses réflexes lui ont évité pire défiguration. Elle n’a plus l’immunité, ça y’est, elle les a trop titillé. Elle s'est montrée un peu trop maline un peu trop revancharde un peu trop téméraire dans ses actions. Le fracas du métal emplit le lieu et elle se demande si dans sa rage elle ne s’est pas montrée imprudente.

Enfin, non. Elle sait qu’elle s’est montrée imprudente, c’est peut être un des adjectifs qui lui colle le mieux à la peau. Imprudente, orgueilleuse et avec une certaine propension à se montrer auto destructrice. Et c’était probablement ses trois aspects qui résumaient parfaitement la situation présente. Trois sbires étaient au sol, retour naturel à leur statut de cadavre. Il y’en avait encore trois dans la pièce, le reste du troupeau gardait probablement leur immonde butin. Peu patiente et certaine que d’autres allaient rameuter rapidement elle extirpa de son dos le revolver qu’elle avait emprunté sans aucune intention de le rendre à Castle. Elle préférait les arts martiaux, les règles de l’art et l’adrénaline que provoquait un bon combat, mais elle devait avouer qu’elle ne détestait pas les armes à feu et elle encaissa sans sourciller le recul des deux coups qu’elle tira. Le dernier fut égorgé avec une impatience manifeste. Il y avait une tierce personne et elle appréciait peu cette surprise. « T’as apprécié le spectacle ? » demande-t-elle après avoir abaissé son col, sur la défensive, prête déjà à affronter une nouvelle recrue de La Main.


Revenir en haut Aller en bas
Windsong Newman

Windsong Newman
Confrérie

Date d'inscription : 08/08/2016
Messages : 55
Multicomptes : Jean-Ptr Prkov
Dollars : 79
Avatar : Mary Elizabeth Winstead
Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna 202537ezgif1396a43a0e5
Surnom : Windy
Race : Mutante
Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna 328708giphy
I wanna devise a virus. To bring dire straits to your environment. Crush your corporations with a mild touch. Trash you whole computer system and revert you to papyrus.
I want to make a super virus. Strong enough to cause blackouts in every single metropolis. Cause they don't wanna unify us. So fuck it total anarchy and can't nobody stop us.
Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna 353799giphy2


Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna   Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna EmptyJeu 27 Oct - 15:53



Avec le nombre d'ennemis que se paient les X-Men, il arrive régulièrement que l'un d'eux décident de la jouer fine en s'attaquant plutôt à l'Institut. Je ne parle pas des groupes comme la Confrérie, qui s'attaquent littéralement à l'Institut, aux murs, d'une façon que l'on opposerait certainement à l'idée de "la jouer fine". Mais plutôt des adversaires qui touchent aux élèves pour s'en prendre aux adultes. Les jeunes mutants, généralement incapables de contrôler leurs pouvoirs, sont des cibles parfaites pour tout mégalomane en quête d'otages. Ainsi, les enfants vivant dans la demeure mutante doivent s'habituer, à voir un jet privé sortir du terrain de basket, et à se faire potentiellement kidnapper un jour ou l'autre. Aucune étude n'a été faite, mais un sondage prouverait certainement que tout étudiant de l'Institut s'est fait enlever au minimum une fois. Que ce soit par un mutant extrémiste ou un humain prônant le génocide, les possibilités et occasions sont nombreuses. Toutes ces informations pour en arriver à la situation qui nous intéresse. Quelques jeunes ont disparu dans des conditions mystérieuses. Jamais revenus d'une virée clandestine au centre commercial le plus proche. Si un professeur habituel aurait tendance à blâmer le capitalisme et les grandes entreprises, pourrissant les cerveaux de nos enfants dans les lieux de débauches que sont les galeries marchandes, Donna, elle, se penchait plutôt sur la possibilité du kidnappage.

La jeune femme suivait donc les pistes, confrontée pour la première fois à cette situation. Les X-Men plus expérimentés dans la recherche d'adolescents étaient cependant occupés à l'autre bout du monde, dans un affrontement quelconque. Cerebro pointa la mutante dans la bonne direction, et quelques sortilèges en plus l’amenèrent à destination. Un bâtiment délabré. Généralement c'est soit ça, soit un QG luxueux de riche machiavélique... Pourquoi mes méchants ont jamais le QG propre ? A mon époque j'comprends encore, tout est détruit, y'a rien de propre. Mais là en 2016, ils pourraient faire un effort ces cons, plutôt que toujours me faire venir dans des bâtiments pourris. La prochaine fois que le Club des damnés fait un truc, c'est moi qui intervient. Ils sont peut-être kitschs, mais au moins ils vivent jamais dans des caves glauques.

C'est en se plaignant intérieurement que la magicienne entra chez la Main. Une chose qu'elle aurait absolument évité si elle l'avait su à l'avance. L'organisation en elle-même ne lui fait pas peur, après tout elle est censée être leur messie démoniaque, ou en tout cas elle le sera. Rien à craindre de ce côté donc. Par contre, si sa chronologie reste la même dans cette dimension, il y a quelqu'un actuellement liée au groupe sur qui Donna ne veut pas tomber. Une certaine ninja génitrice vivant dans une zone morale beaucoup trop grise pour que notre héroïne veuille la rencontrer. Si ça n'a pas l'air de déranger Stephen et Clea, la voyageuse temporelle ne souhaite pas précipiter les choses. Elle ne remarqua cependant pas les tenues portées par les cadavres ambulants, trop occupée à se plaindre de l'état des lieux, qu'elle risquait de tomber malade rien qu'en regardant les murs. C'est l'inconvénient de la magie, ça devient tellement simple de se débarrasser des sous-fifres avec, qu'on ne fait généralement pas attention aux combats. Aux détails. On cherche à s'occuper tout en attaquant, pour ne pas finir dans l'ennui.

Alors que ce dernier s'approchait dangereusement, la Redford avançait maintenant tranquillement dans le bâtiment depuis quelques secondes, un personnage principal pointa le bout de son nez. Un joli nez, elle est pas mal canon. L'air un peu sévère, j'suppose, mais c'est pas... Repassons à la troisième personne alors que Donna, remarquant qui elle dévisageait en s'approchant, se lança dans des pensées paniquées peu intéressantes à retranscrire. Beaucoup de Oh mon dieu.
« T’as apprécié le spectacle ? »
- Heeeeeeu Fut désarticulé en guise de réponse. Puis, alors que ses esprits lui revenaient, la sorcière demanda automatique T'es là pour sauver les mutants ? Une question directe, et naïve, mais la situation la plaça immédiatement dans la tête de notre protagoniste. Elektra combattait la Main et certainement pas ici par hasard. Sauver des adolescents n'était clairement pas son genre, en tout cas basé sur les connaissances de la X-Men au sujet de sa mère. Alors elle ne pu s'empêcher de demander à voix haute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous

Invité
Invité


Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna   Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna EmptyMer 2 Nov - 19:01

Don't look at me in that tone of voice

Le regard d’Elektra passe de la mine déconfite à l’insigne brodé sur l’épaule de l’uniforme. Un X cerclé symbole connu des non moins connu x-men. Equipe de super héros mutants, hautement controversé et ne s’occupant que des problèmes de mutants qui ces temps-ci se résume au problème du problème mutant. Elektra se retient de lever les yeux au ciel. « T’es ici toute seule ? Pas de X-team, dans une X-car ? » ironise-t-elle, passive-agressive en replaçant l’arme à feu contre sa hanche. La véritable question était de savoir si la joyeuse équipe allait finir par lui tomber dessus. Elle ne serait que très moyennement enchanté que l’un ou l’autre décide de la livrer aux autorités pour se bien faire voir de celles-ci. Elle aurait dû s’attendre à demi à ce qu’ils interviennent, moins à ce qu’ils envoient une gamine qui la dévisageait comme si elle était un fantôme. Une gamine par ailleurs très vaguement, étrangement et dérangement familière, probablement venue de son initiative propre. Elle n’a jamais mis les pieds dans l’école des freaks donc elle est certaine que ça ne vient pas de là. Le

Elle laisse échapper un soupire, impossible dorénavant de continuer en solo comme elle comptait le faire. Xavier ne sait pas garder ses brebis, ou il est un berger quelque peu manipulateur. Elektra n’est pas certaine de ce qui est le pire à envisager. Et elle est plus ou moins certaine que celle-ci ne déguerpira même si elle feule très fort. Oscillant entre l’exaspération affectée et une certaine curiosité elle finit tout de même par reprendre la parole. « Comment t’as su qu’ils étaient ici ? » finit-elle par demander après un très, trop, long moment à mutuellement se dévisager pour des raisons probablement différentes. Du côté d’Elektra, c’est a désagréable impression de louper quelque chose d’important ou tout du moins, d’évident, qui la titille, la pousse à chercher dans sa mémoire. Une mémoire par ailleurs abimée qui l’incite au doute. Peut-être qu’elle l’a déjà croisé ? C’est probablement ça.

Le bâtiment est calme, c’est pas pour autant qu’une armée n’est pas sur le point de leur tomber dessus. Tant que ça reste les larbins réguliers ça ne sera que moyennement compliqué et pour les mutants, en ce qui la concerne, ils sont déjà morts. Avec un peu de chance, quelques-uns n’auront pas achevé leur transition et elle n’aura pas à se battre en plus contre la gamine. Son pragmatisme vis-à-vis de la situation risquait fort d’être confondu avec de la cruauté. Elektra est dépourvue de toute patience, en générale, mais plus encore lorsqu’il convient d’apporter des éléments sur ce qu’elle fait. Qui elle est. Pourquoi. Et tout ce qui peut concerner sa présence et ses actions. Ainsi, il restait deux possibilités à la personne : la raisonnable, qui consiste à abandonner la discussion et à accepter. La seconde : la violence, celle-ci elle y est plus habituée. Étonnamment les gens sont peu coopératifs face à un silence obstiné ou à des réponses élusives et sarcastiques. Incompréhensible.

Le son relativement proche d’un bruissement de tissu lui fait légèrement tourner la tête. « Il y en a d’autres » déclare-t-elle tranquillement en faisant machinalement tourner les saïs qu’elle a extirpé avec une satisfaction palpable. Prête à se battre, son expression à nouveau sérieuse et une impatience légère dans le regard. Se battre contre La Main est devenu son hobby numéro un et elle ne s’en lasserait jamais. Enfin peut être qu’elle envisagera l’utilisation d’armes plus radicales à l’avenir, c’est en tout cas la pensée qui traverse son esprit quand elle aperçoit les premières silhouettes. Elle commence à se dire qu’ils se doutaient que quelqu’un viendrait ici, ils sont devenus plus prudents. Elektra s’élance à nouveau au combat avec l’impudente confiance de celle qui est persuadée de sa victoire. Persuadée surtout qu’ils ne peuvent pas trop l’abîmer.


Revenir en haut Aller en bas
Windsong Newman

Windsong Newman
Confrérie

Date d'inscription : 08/08/2016
Messages : 55
Multicomptes : Jean-Ptr Prkov
Dollars : 79
Avatar : Mary Elizabeth Winstead
Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna 202537ezgif1396a43a0e5
Surnom : Windy
Race : Mutante
Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna 328708giphy
I wanna devise a virus. To bring dire straits to your environment. Crush your corporations with a mild touch. Trash you whole computer system and revert you to papyrus.
I want to make a super virus. Strong enough to cause blackouts in every single metropolis. Cause they don't wanna unify us. So fuck it total anarchy and can't nobody stop us.
Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna 353799giphy2


Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna   Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna EmptyJeu 26 Jan - 13:14



Pour une fois dans sa vie, Donna ignora une remarque sarcastique. Ne décida pas de rempiler par dessus en balançant sa propre réflexion sardonique. Préférant se contenter d'arborer un air à mi-chemin entre la surprise et l'horreur. Une fois la situation finalement installée dans son esprit, la mutante pris le temps d'observer son interlocutrice. Elle est plus toute jeune, il doit lui rester que quelques années à vivre. Enfin par rapport à moi, ici j'suppose qu'elle vivra longtemps et heureuse. A moins de continuer à traîner dans ce genre d'endroits glauques. Pourquoi est-ce que je pense à sa santé moi ? J'suis autant la fille protectrice qu'elle est la mère aimante. C'est cette réflexion qui sort la jeune femme de ses rêveries. La réalisation que la ninja a beau être sa génitrice, elle n'est actuellement rien de plus qu'une tueuse étrangère. Génitrice alternative en plus. Est-ce qu'on a le même sang d'une dimension à une autre ? J'me suis jamais posée la question, faudra que je fasse des recherches là dessus, ça peut avoir une influence sur le temps. Après le silence du malaise, c'est ma chère maman qui relance la conversation. Elle interroge encore, ça doit être son truc. On m'avait pas parlé de ce détail énervant en me racontant des histoires sur elle. D'un autre côté, on m'a longtemps pas parlé du léger détail "elle était payée pour buter des gens", alors ignorer les autres défauts étonne pas beaucoup. Comment j'ai trouvé la trace des élèves, donc ?

- On a un X-radar pour retrouver les X-mutants kidnappés par les moins-que-X. L'aigreur s'apparentant à tous les jeunes discutant pour la première fois avec un parent qui les a abandonné traversait la voix de notre protagoniste, alors que nous repassons à la troisième personne puisqu'elle ne risque pas de vous parler de ses sentiments d'orphelines. Les remarques ironiques et désagréables c'est son truc, les réflexions intenses sur ses sentiments beaucoup moins. Par la suite c'est sans surprise, pour aucune des deux Natchios, qu'Elektra ignora la première question de sa fille. Préférant avancer dans le QG. Au moins elle semblait accepter la présence de la voyageuse temporelle, n'essayant pas particulièrement de l'abandonner sur le chemin. C'est pourtant dans ses habitudes.

La magicienne de son côté essayait de définir ce qu'elle préférait. Le silence ou parler. Avait-elle vraiment envie de discuter avec sa mère ? Elle qui passe une grande partie de son temps à ignorer le reste du monde quand il l'aborde. Ou à l'insulter. En même temps, la X-Men était obligée d'admettre incapable d'ignorer totalement une telle situation. Qu'elle ressentait un bon millier de choses en se retrouvant ainsi confrontée à sa génitrice du futur. Quand j'la vois comme ça, dans son élément, je sais pas quoi penser. Impatiente de foncer assassiner une bande de cagoulés. J'ai l'impression que les Strange ont été un peu trop sympathique quand ils me parlaient d'elle. J'arrive pas bien à voir la bonne personne derrière la tarée armée apparemment heureuse de se lancer dans la baston.

- Evidemment, y'en a d'autres, vous avez de la chance à la Main, avec vos pantins encore plus acharnés que les habituels humains extrémistes. Occupée à se lancer dans des mouvements compliqués de doigt en invoquant une quelconque force, Donna ne remarqua pas s'être adressée à Elektra comme étant membre de l'organisation nippone. Un détail qu'elle connaissait, mais ne devrait certainement pas. Un soucis qui resta très mineur comparé à la suite. Lorsque l'un des pantins de la Main, apparemment plus perspicace que les autres, peut-être plus vieux, pointa notre super-héroïne du doigt. Avant de murmurer à ses camarades quelques phrases dont on pouvait tirer les mots "Bête" et "démon". Aussitôt ils se stoppèrent en pleine action, abandonnant le combat pour s'agenouiller face à la mutante.
- Huh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna   Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't look at me in that tone of voice | Elektra&Donna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 06. Ça te dit de devenir ma rivale?
» 02. And after all, you're still my wonderwall.
» o3. Score for four hands
» PROTECT YOUR SKIN YOU'RE IN IT ✘ elektra
» Fujita Aoi - our emotions are the voice of our soul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel, No one is innocent ::  :: Archives RP-