AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez
 

 Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous

Invité
Invité


Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra Empty
MessageSujet: Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra   Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra EmptyLun 17 Oct - 23:41

Seems like salvation comes only in our dreams

Le sanctum était dans un état pathétique, tout comme l’était le sorcier suprême. Suprêmement avachis, des cadavres de bouteilles autour de lui. Elektra en fit rouler une du bout du pied, elle rebondit contre le pied sculpté du divan sans que cela ne fasse sourciller Strange profondément plongé dans un sommeil alcoolisé. Elle soupira, elle ne le portait pas exactement dans son cœur depuis qu’il l’avait arrêté, mais là il était à terre. Clea avait à nouveau disparu et elle avait emporté avec elle l’esprit et le courage de son mari.  Et lui avait laissé deux bébés qui babillaient actuellement auprès de Wong. Pour une raison sur laquelle elle n’avait aucune envie de se pencher, elle était plutôt furax de la situation, pas qu’une fibre maternelle se soit brutalement réveillée en elle, mais elle avait pleinement conscience de ce que pouvait impliquer un père démissionnaire. Au moins, les jumeaux ont Wong. Elle, avait eu Stick et bien qu’elle sache qu’elle n’avait pas à comparer l’incomparable, elle ne pouvait s’en empêcher. Si Clea voyait ça, elle… prendrait probablement tout de même la défense de son époux comme d’habitude, songea t-elle non sans une certaine amertume.

Les bras croisés, elle se pencha sur le dormeur, bien qu’à ce stade on pouvait presque parler de coma. De la barbe lui mangeait le visage et ses traits tirés trahissaient son état général. « Strange ? » appela-t-elle sèchement, sans trop y croire, avant de déplier un bras pour venir le secouer sans obtenir plus qu’un vague grognement. Loin d’elle l’idée de se montrer impoli, mais il était le seul magicien, le seul médecin qu’elle connaissait qui ne serait pas prompt à l’envoyer retourner croupir dans une cellule. Capitonnée ou non. Pas une seconde fois. Toute façon elle avait besoin de lui. Elle avait récemment admis qu’elle pouvait avoir besoin d’autrui, ce qui était chez elle un exploit. Et elle maniait encore avec une maladresse manifeste les demandes d’aide. Toujours est-il, que tout ce qu’elle avait comme médecin, c’était celui-ci, qui avait en plus l’avantage d’être magicien. Si la puce était brouillée, elle était encore bien fichée dans sa nuque. Elektra allait bien mieux, elle avait remonté la pente en laissant derrière elle une trainée de cadavre appartenant à La Main. Elle tuait et personne n’était là pour lui faire la morale. Et c’était bon putain. Elle se vengeait comme elle pouvait, avant de trouver une solution définitive à son petit problème. Elle était déterminée à en trouver une et à ne pas passer son existence à craindre jusqu’à son ombre.  

Elle abandonna sur la desserte le sachet de beignet qu’elle avait ramené en prévision. Rien de mieux que du gras pour éponger, Elektra le savait par expérience. L’assassine n’avait pas la patience d’attendre qu’il se réveille et chercha du regard de quoi le réveiller. Elle jeta son dévolu sur ce qui avait tout l’air d’être une cruche d’eau, probablement laissé par Wong et qui était le seul contenant de la pièce qui soit demeuré intouché.  Sans hésitation et sans remord Elektra attrapa la cruche et fit doucement couler un filet d’eau directement sur le visage de l’ivrogne. « Debout docteur. » chantonna-t-elle, avec une exaspérante nonchalance vis-à-vis de la situation. Comme elle s’attendait plus ou moins à ce qu’ils régurgitent le contenu de son estomac sur le sol elle contourna le canapé pour venir ouvrir les rideaux, le temps était maussade et c’est une lumière morne et grise qui envahit la pièce. « J’ai ramené des beignets » dit-elle en désignant le paquet, un peu impatiente, un peu agacée, pourtant aucune remarque indélicate ne lui échappa, pour le moment en tout cas. Et un sourire vague passa sur ses lèvres quand elle croisa son regard trouble. La perte de Clea lui était dévastatrice, elle comprenait ça et elle n’était pas qualifiée pour lui faire la morale. Sa dernière visite, si on pouvait appeler la téléportation forcée de Clea ainsi, s’était prolongée le temps de se remettre et elle accumulait trop de dettes envers cette femme pour ne pas, au moins, essayer de ne pas se montrer trop brutale avec ce qu’il restait de Stephen Strange. Jusqu’à ce qu’elle perde tout à fait patience.


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra Empty
MessageSujet: Re: Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra   Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra EmptyMer 9 Nov - 11:07


   
❝Seems like salvation
comes only in our dreams❞
   Elektra & Stephen
Il se sentait flotter comme s’il était prisonnier à l’intérieur d’une bulle. Plus rien n’avait vraiment de sens. Le monde dans lequel il se trouvait n’avait pas de sens. Il n’avait jamais vraiment eu besoin d’en avoir. Il n’en avait jamais eu lorsqu’il était venu les quelques dernières fois, ces fois où il s’y était retrouvé par erreur, ces fois où il avait été forcé d’y venir. Jamais il n’était venu de lui-même. Non, jamais il n’avait pensé qu’il le ferait. Pourtant voilà qu’il y était, debout à l’envers sur une motte de terre, la gravité le tirant vers le haut. Si gravité il y avait. Il savait que le propriétaire des lieux était au courant de sa présence. Il devait le juger de loin, se demander ce qui l’amenait et se réjouir de le voir ainsi chez lui, offert. Stephen aurait aussi bien pu être suicidaire que ça n’aurait rien changé. Au contraire, cela aurait expliqué pourquoi il venait ici chez l’un de ses pires ennemis.

« Je sais que tu me vois, Nighty. Ca ne sert à rien de te cacher, de réfléchir à m’attaquer. Je suis trop fatigué pour ça... » La forme astrale ne parlait pas vraiment, elle n’avait pas de voix propre, pas de poumons ou cordes vocales. Ses paroles n’étaient qu’une voix désarticulée qui emplissait l’esprit de la personne, ou des personnes, à qui l’âme s’adressait. Une forme primaire de télépathie finalement, qui n’ouvrait pas son cerveau aux autres et n’ouvrait pas non plus le cerveau des autres, mais qui permettait la communication basique. Nightmare n’était pour une fois pas monté sur un cheval. Il n’en avait visiblement plus besoin. Il avait changé depuis la dernière fois que Stephen l’avait vu. Moins humanoïde, quelque peu plus abstrait et monstrueux. Nightmare n’était que ce qu’il était finalement. Nightmare était la représentation de la peur des gens. Stephen l’avait toujours vu comme un homme parce qu’il avait peur des gens, peur de ce qu’ils étaient capables de faire pour gagner du pouvoir. Mais plus maintenant. Les peurs de Stephen étaient différentes désormais. Il avait peur de tant de choses, tant de concepts, de lui-même aussi parfois. Nightmare avait changé en fonction.

« Docteur Strange… Depuis le temps que je rêve de te voir ici, coincé une fois pour toute… Et voilà que tu viens de toi-même. » La voix de Nightmare semblait venir du plus profond de Stephen, et celui-ci frissonna malgré qu’il ne soit pas là physiquement. Un instant il se demanda si c’était pour cela que Nightmare était toujours là. Stephen aurait pu le faire disparaître tant de fois mais jamais il ne l’avait fait. Et s’il n’était qu’une part de lui finalement ? Et s’il n’y avait pas de Nightmare et que tout ce que faisait le monde des rêves, c’était développer cette voix qu’on avait dans la tête, ces petites peurs que l’on avait tous sans exception. Peut-être que ce monde ne faisait que donner l’illusion qu’existait en cet univers un homme qui n’était finalement que sa définition propre d’un cauchemar. « Je suis venu accéder aux rêves, c’est le seul endroit où je puisses. » Stephen sait que Nightmare ne laissera pas faire, il le sait mieux que quiconque. Il le connaît assez pour savoir ça. « Je ne vais pas pouvoir te laisser faire Docteur. Mais je peux te plonger dans les tiens. » Il tend la main et Stephen a l’impression d’être déjà dans un rêve. Une épée apparaît dans sa main, sa forme astrale s’en saisit comme s’il était vraiment là. « Je ne te demandais pas la permission. »

Il n’a rien le temps de faire avant que le froid ne lui brûle le front. Il pense que c’est Nightmare qui lui fait quelque chose, mais il ne l’a jamais vu utiliser un tel tour. Stephen se sent projeté, immédiatement ramené dans son enveloppe corporelle. Il entend -ou est-ce réel ?- une voix féminine qui lui demande de se réveiller. La minute d’après il se retrouve dans son fauteuil avec l’impression que son âme vient de se cogner contre son corps. Il sent une goutte s’écouler de ses cheveux pour tomber sur son nez et rouler sur l’arrête de celui-ci. Il secoue la tête par réflexe, avant de sentir son estomac faire un bon et de se pencher par dessus le bras de son fauteuil pour régurgiter. « Elektra... » Il jette un regard à la jeune femme qui se tient là, il a presque oublié sa présence dans le Sanctum. Il entend Luna pleurer quelques pièces plus loin, il sait que c’est Luna pour une étrange raison qu’il n’explique pas. Il se redresse pour mieux s’affaler contre le dossier du fauteuil, le regard suivant la jeune femme. « Des beignets, vraiment ? Dis-moi plutôt direct ce que tu me veux, au lieu de jouer à la gentille. » Il sait qu’elle fait un effort vis à vis de son état. Il déteste cela. Il aurait préféré qu’elle crie, qu’elle frappe, qu’elle montre qu’elle le hais. Comme elle sait si bien le faire d’habitude.

Il jette un regard morne à la boite de beignets. Il sent et entend son ventre qui gargouille, il n’a rien absorbé qui ne soit pas liquide depuis le matin de la veille. Il sent la faim qui lui étire l’estomac, mais au fond il ne veut pas manger pour autant. Manger est si normal. Et il ne peut rien faire de normal sans Clea n’est-ce pas ? Quand bien même ce que Clea et lui faisaient était rarement normal. Il finit par attraper un beignet garni de sucre glacé au chocolat blanc, mais il ne mord pas dedans. Il se contente de le fixer. Elektra tente d’être gentille, elle tente d’être délicate. C’est presque un avancé dans leur relation tumultueuse, un pas en avant qu’elle fait pour qu’ils s’entendent. Elle ne le veut peut-être pas, pas son genre de vouloir se réconcilier avec quelqu’un qui l’a autant fait souffrir, mais c’est ce qu’elle faisait inconsciemment. « Tu devrais me coller tes sais dans le torse, pas m’offrir des gâteaux. Je n’ai besoin de la pitié de personne. » Il a beau reconnaître qu’elle fasse des efforts, il n’est pas prêt à en faire. Il n’est pas d’humeur. Il se dit même que peut-être, elle allait vraiment le planter s’il continuait. Il n’est pas sûr d’en avoir envie. Mais il en a l’impression.

   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra Empty
MessageSujet: Re: Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra   Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra EmptySam 3 Déc - 18:02

Seems like salvation comes only in our dreams

L’envie de le frapper la prend bel et bien, si son expression se crispe un peu, elle ne fait que serrer les poings pour mieux les détendre. Ne pas s’énerver, jouer les gentilles comme il dit, au moins elle essaie. Se montrer compatissante n’est pas sa qualité première, alors si en plus lui n’y met pas du sien… « J’ai pas de pitié pour toi Strange. J’ai besoin de toi valide. Ton sort se barre et j’ai besoin de plus de temps pour trouver une solution. » dit-elle sèchement, blessée dans son ego. Elle essaie vraiment. Pourquoi personne ne semble le voir ? Et commence ce type peut se mettre dans un état pareil alors que ses gamins braillent dans l’autre pièce. Ca la met en colère, elle pense à son propre père et ça la met encore plus en colère. Cependant, elle a besoin de lui, malgré son état, malgré l’agacement prodigieux qu’il éveille en elle. Elle lui fait confiance pour ne pas la livrer à la Main, au moins à eux, le reste elle pourra le gérer, elle ne se laissera pas remettre en cage et si elle doit massacrer pour éviter que ça arrive, elle massacrera. Sa mise en prison a causé suffisamment de mal pour qu’il prenne ça pour un avertissement. C’était y’a pas si longtemps, c’était y’a une éternité. Cette seconde existence semblait s’étirer à l’infini avec très peu de répit. Elle changeait juste de chaînes et de geôlier et chacun semblait avoir une conception propre de ce qui était bon pour elle, de ce qu’elle devait faire, de comment elle devait être et se foutre complétement ce qu’elle pensait.

S’ils avaient la bonté d’envisager qu’elle puisse songer.

Ses poings se serrèrent à nouveau, elle poussa un soupire frustré. « J’ai besoin de toi maintenant. » insista-t-elle avec plus d’agacement et d’impatience cette fois. Elle voulait pouvoir continuer ses plans sans craindre de perdre le contrôle, sans perdre les miettes de raison qui lui restaient. Elle a envie de le secouer mais ça serait sans autre résultat que de le voir vomir à nouveau. Elle croise les bras pour se contenir. Son regard sombre est exaspéré, éclairé par l’indignation de le voir se laisser aller comme ça. Elle ne le réalise pas vraiment, elle ne le peut pas, mais son attitude montre également qu’elle s’en fait. Elle s’en fait pour ce pathétique magicien, ça ne l’a pas frappé parce qu’Elektra ne s’en fait jamais pour personne d’autre qu’elle-même. Derrière l’exaspération il y a une inquiétude qui n’est pas seulement tournée vers sa propre situation. Un changement subtil dont elle n’a pas conscience, dont elle n’a aucune envie, elle n’a pas de place pour les autres. Pourtant ils sont de plus en plus dans sa vie. Stick l’avait mise en garde, elle sait. C’est dangereux de s’en faire pour les autres, ils sont autant de faiblesses que l’ennemi peut utiliser et ses ennemis ont de nombreux visages et peu de scrupules.

Elle claqua des doigts devant le visage du magicien, agaçante, agacée. « Plus vite t’auras terminé plus vite tu pourras retourner t’oublier au fin fond d’une bouteille. » Elle se redresse et dégage d’un geste machinal ses cheveux par-dessus son épaule avant d’ajouter « Ou de dix. » S’il en reste ici. Les alcooliques savent toujours où trouver de l’alcool. Les alcooliques magiciens doivent être pires. Elle commence à prendre conscience de la colère, cette colère qui prouve qu’elle s’inquiète, cette colère qui vient de loin, elle est dérangeante, pas stimulante. Elle remue des choses qu’elle veut laisser enfouies, des choses qu’elle a verrouillées bien loin au fin fond de son subconscient. Elle détourne les yeux du spectacle de Strange, elle croise le regard de Wong qui passe à ce moment chargé d’un des bébés, elle n’a jamais très bien compris cet être, ni su lire en lui, il lui semble parfois appartenir à un autre plan de l’existence. Gardiens de ces lieux, il surveille. Peut-être elle, peut-être Strange, peut-être un peu les deux. Puis soudain c’est un chien qui fait irruption dans la pièce, Elektra n’a pas un très bon contact avec les animaux depuis qu’elle est revenue, elle n’y a jamais vraiment fait attention avant, mais elle est persuadée que c’est symptomatique de sa résurrection. Ils sentent que quelque chose ne va pas. Ils sentent qu’elle est détraquée. Ils se méfient d’elle. Sauf celui de Castle, probablement pas une référence. Et celui-ci, aboie plusieurs fois à son encontre, les oreilles basses et sans osé approcher, semblant invectiver son maître, Elektra lève les yeux au ciel.


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra Empty
MessageSujet: Re: Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra   Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra EmptyVen 16 Déc - 14:02


   
❝Seems like salvation
comes only in our dreams❞
   Elektra & Stephen
« Humph... » C'est tout ce qu'il arrive au début, lorsqu'il fait l'effort de tendre le bras vers un beignet. Il va devoir produire quelques rituels, il le sent. D'ordinaire, il n'en serait pas aussi ennuyé. Oui, Stephen aimait produire des rituels pour aider les gens, même s'il n'en était pas non plus en pleine exubérance quand il avait à en faire ne serait-ce que par respect pour ceux qui en souffraient. Mais tout simplement, il se sentait utile au monde et aux hommes, il sentait qu'il aidait à aller mieux et est-ce que cela n'avait donc pas été son rêve premier ? Oui, dans un futur lointain c'était ce qui l'avait poussé à devenir Docteur. Il avait encore son diplôme d'ailleurs, accroché dans le salon, juste à se droite. Si seulement il savait aussi soigner les peines de cœurs… Mais ce n'était pas son domaine à lui, malheureusement. Il faisait un mauvais patient de toute façon.

Il fixa le beignet entre ses doigts et y appliqua un sort. Non pas pour s'assurer qu'il n'y avait rien dedans qui puisse lui porter préjudice, Stephen connaissait assez Elektra pour savoir qu'elle n'utiliserai pas des méthodes aussi douces et discrètes pour s'en prendre à lui si elle en avait le désir. Tout simplement, il remplit le beignet d'alcool, celui-là même qui est encore dans son sang puisqu'il n'a pas encore bien décuvé. Il ne peut pas aider Elektra avec de l'alcool dans le sang. Certains rituels le demandent bien sûr, très rarement mais cela arrive. Stephen essaie d'éviter ces rituels à tout prix d'ordinaire, et c'est souvent Wong qui se retrouver à les faire pour lui. Il a toujours été admiratif du self control de son meilleur ami face à l'alcool. Il ne sait pas comment Wong fait, pour en boire assez pour un rituel tout en restant conscient de toutes ses actions et ne pas en vouloir toujours plus après ça. Il aimerai avoir cette résistance. Bien sûr, il sait que c'est lié à son passé, ou plutôt son présent désormais, d'alcoolique.

Sa tête résonne comme un gong lorsque Weasley entre dans la pièce et gronde. Le chiot n'était pas à la maison depuis si longtemps que ça lorsque Clea a disparu et il sait qu'elle lui manquait énormément, comme à eux tous. Le petit chiot traînait toujours dans les jambes de sa maîtresse. C'est elle qui avait trouvé un homme qui cherchait des gens pour adopter des chiens, même si cela avait été fait d'un commun accord. Ils avaient adopté le canidé ensemble, mais Wealsey avait toujours plus été le chien de Clea. Tout comme Gatsby avait toujours plus été le chien de Stephen. Le magicien se lève de son fauteuil en jetant le beignet dans la poubelle et en prenant un autre pour le fourrer dans sa bouche. « Weasley, ferme ta gueule s'il te plait. » Il est brusque avec le chien, tout de suite il s'en veut pour cela. Il voit d'ailleurs l’œil un rien blessé de Weasley lorsqu'il entend le ton froid de son maître. Stephen rate ses relations avec tout le monde en ce moment. Avec Elektra, avec Wong, avec ses enfants. Et visiblement, même avec son chien. Il s'abaissa à la hauteur du chiot pour venir le caresser entre les deux oreilles. « Pardon mon pote. On est à cran tout les deux en ce moment, hein ? Ouais, elle me manque à moi aussi... » Il a toujours eu un bon lien avec les animaux. Il essaie de calmer Weasley qui finit par arrêter de japper d'anxiété face à Elektra. Stephen le prend dans ses bras pour le serrer un peu contre son coeur sans lui faire de mal. Il se souvient du sourire de Clea lorsqu'il était arrivé. « C'est Elektra, tu la reconnais non ? C'est une amie de Maman. Elle a encore un peu l'odeur de sa magie, de quand elle lui a retiré sa puce. Allez calme-toi… » Stephen voit une larme qui roule de l’œil du chien et son cœur se serre au point qu'il a l'impression d'être sur le point de faire un arrêt. Weasley aime tellement Clea et il se rend bien compte qu'elle a disparu, que tout ça n'est pas naturel. Les chiens ont ce sixième sens. Et il en pleure. Stephen pleure avec lui. Il pleure parce qu'il se rend vraiment compte que Clea manque à plus que lui. Il embrasse plusieurs fois le museau du chiot, lui prodigue des tonnes de caresses jusqu'à le calmer un peu. Lorsqu'il le lâche, Weasley ne veut pas le lâcher d'une semelle. Stephen laisse faire. Un peu de compagnie leur fera du bien à tout les deux.

Le magicien fait signe à Elektra de le suivre dans la cuisine. Le mal de tête continue de faire résonner le moindre son et il a l'impression qu'il va vomir dans la seconde. Il a besoin de se faire un petit remontant. Normalement Wong ne le laisse pas trop toucher au frigo, il est un peu trop dangereux pour quelqu'un dont les mains font des gestes imprécis, mais il ne devrait pas râler que Stephen se soit préparer un breuvage magique contre la gueule de bois. « Le sort a tenu plus longtemps que je ne l'aurais pensé. Une chance que tu sois avec moi au moment où il faiblit. » Il colle tout un tas d'élément dans le mixeur et marmonne une formule magique. La mixture qui en ressort est criarde, d'un vert fluorescent. Il a l'habitude maintenant, Wong lui en prépare presque chaque matin. Il verse le tout dans un grand verre et soupire un peu. Il aimerai dire que le goût horrible finit par passer à force, mais ce n'est pas vrai. Il boit quand même d'une traite, puis s'essuie la bouche. « Le démon a commencé à se manifester, j'imagine ? Tu peux m'en dire plus ? »

   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra Empty
MessageSujet: Re: Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra   Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra EmptySam 7 Jan - 13:12

Seems like salvation comes only in our dreams

Les aboiements du chiot sont interrompus par la voix de Stephen, inhabituellement sèche, Elektra voit le regret instantané se peindre sur son visage. Elle hausse un sourcil et attend silencieusement que le sorcier ait terminé de calmer son animal de compagnie. La disparition de Clea semble même affecter le canidé. Un peu impatiente elle reste cependant en retrait face à cette scène, elle sait qu’elle le doit, que sa désinvolture habituelle serait malvenue. Alors elle attend qu’il ait calmé le chiot, elle pense à Clea un peu, elle se demande où elle est. Si elle doit revenir, qu’elle ne mette pas trop longtemps, de toute évidence son mari n’est pas apte à affronter la vie sans elle. Et il y a un paquet de gens qui ont besoin de son mari, dont elle. Stephen pleure, elle détourne les yeux, elle n’a jamais su gérer les sentiments, les siens, ceux des autres également.

Elle le suit quand il lui fait signe, plus sage que son image et s’assoit à demi sur un plan de travail, elle l’observe un moment rassembler un tas d’aliments et les fourrer dans un mixeur. Aucune chance que ce qui en résulte ait bon goût, mais ça n’est pas son affaire. « Il prend possession d’autres gens. Il n’arrive plus à jouer avec moi. » Elle le bloque. Bloque son esprit, ses barrières sont solides maintenant qu’elle connait son ennemi. « Je ne le laisse plus faire. » elle n’annonce pas cela sans une certaine fierté, elle apprend vite, c’est ce qui fait d’elle une guerrière redoutable. « Je sais pas vraiment comment. Je le sens parfois essayer, je l’entends gronder, menacer. » Comme un écho, trop lointain pour être inquiétant « J’ai pensé que je pourrais me débrouiller toute seule. » C’était probablement stupidement présomptueux. Elle se montre honnête, elle n’a jamais aimé demander de l’aide, elle a l’impression de se sentir redevable et elle déteste ça. Il ne demande rien en retour, mais même. Elle n’avait pas envie de venir redemander de l’aide. Elle l’a encore en travers, le temps passé dans sa cellule capitonnée. Bien que ce temps à lutter contre sa folie et le démon, qui sont finalement devenu une seule et même chose, lui ait été profitable, il n’y a aucune chance pour qu’elle en soit reconnaissante. Si sa pulsion meurtrière est passée, elle n’est pas prête à accorder à Stephen Strange sa confiance.

Ses doigts pianotent machinalement sur le rebord du plan, elle hésite à dire la suite, puis se lance, la rétention d’information ne la mènera à rien de toute façon. De cette information là en tout cas. « J’ai décidé de me faire stériliser. Régler la question une bonne fois pour toute. » Elektra ne sera jamais une maman, elle n’en a ni le désir, ni la possibilité. Son existence lui a apporté trop d’ennemi, il n’y a aucun scénario dans lequel elle pourrait se retrouver dans un pavillon en banlieue avec un labrador, des enfants et un quelconque mari. Elle ignore la réaction de Stephen et poursuit, maintenant qu’il semble un peu plus réactif. « J’ai convaincu un médecin de pratiquer sur moi » Persuadé pour être exact, d’une discrétion absolue, elle est toujours censée être morte aux yeux de la loi. « J’ai vu le type changer, tenter de m’attaquer. La bête l’a pris. Il ne peut plus m’avoir alors il prend ce qu’il y a autour. J’ai dû le tuer. » Elle s’assombrie un peu, le regard luisant d’une colère froide. « Je sais que j’ai pas beaucoup de principe... » Tuer quelqu’un qui ne le méritait pas fait partis de ses limites. Question de vision des choses probablement, certains diront que personne ne mérite d’être tué, elle n’est pas d’accord avec ça. « Depuis que La Bête a décidé d’activement pourrir mon existence, les dommages collatéraux sont de pire en pire ». Il y a eu ces gens dans le métro, la maladie, la bête ou les deux ont causé les premières morts gratuites, puis il y a eu le personnel de l’asile, le médecin et quelques autres. Elle n’a pas de remord, elle ne sait même pas si elle pourra ressentir des remords un jour, mais elle est agacée d’être un jouet meurtrier. Tuée ou être capturée, pire, fécondée.

Pour une raison qu’elle ne comprend toujours pas, il n’y a que Castle qui semble totalement immunisé à ça. Le type est si renfermé que même les démons ne passent pas et c’est plutôt relaxant il faut l’avouer. « Est-ce que toi, tu pourrais m’opérer ? Magiquement et définitivement. » Avant qu’il n’ait pu répondre elle ajouta : « Si tu me demandes si je suis sure je te jure que je te gifle. » Elle réalisa qu'elle avait plus parlé ces dernières minutes qu'elle ne l'avait fait depuis des semaines, tout occupée à n'avoir personne à tuer qui ne le mérite, à traquer et tuer autant de sbires de La Main que possible, elle avait franchement limité ses interactions sociales.


[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra Empty
MessageSujet: Re: Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra   Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra EmptyJeu 19 Jan - 17:40


   
❝Seems like salvation
comes only in our dreams❞
   Elektra & Stephen
Stephen boit en silence, écoutant simplement Elektra parler. Il évalue son histoire au fur et à mesure qu’elle la lui raconte, pas parce qu’il ne la croit pas mais parce qu’il tente de jauger le ton de sa voix. Elektra a ça en commun avec lui qu’elle n’aime pas demander de l’aide, et quand elle parlera de ses problèmes elle fera son possible pour donner l’impression que ce n’est rien et qu’elle s’en sort très bien toute seule. Ouais, lui c’est pareil. Il n’aime pas étaler ses soucis aux yeux des gens et avoir l’air trop faible pour se débrouiller seul, sauf qu’il est arrivé à un stade où ce n’est même plus de l’aide dont il a besoin mais une assistance. Il n’y avait qu’à voir Wong, qui s’était sûrement plus occupé des enfants depuis leur naissance que lui-même, ralenti par le départ si précipité de sa femme, si on pouvait réellement appeler cela un départ. Mais parce qu’il est pareil, il sait comment ça marche et il compte utiliser ce savoir pour comprendre la véritable ampleur du problème de démon. Seulement, bien vite, il se rend compte qu’Elektra explique les choses comme elles sont, sans tenter d’atténuer, comme si elle avait compris et accepté qu’elle ne saurait pas s’en sortir sans avoir un petit coup de pouce extérieur. C’était plus que Stephen avait jamais su faire, et en ça et bien d’autres choses, il admirait la jeune femme.

Il l’écoute parler du médecin qu’elle a été voir dans l’espoir de pouvoir se faire stériliser définitivement, et il se demande s’il aurait su faire la même chose dans un cas semblable, lui qui avait voulu des enfants. Elektra n’est bien sûr pas dans le même cas, pas marié, pas même en couple, n’ayant jamais aimé les enfants. Ce devait être facile pour elle, quelque part. Ca restait un sacrifice à ses yeux. Ce n’était pas sa décision spontanée mais la réaction face à la présence démoniaque qui risquait de la faire enfanter du diable. Elle est forcée quelque part, et si ce n’est pas un sacrifice de la maternité, c’est en quelque sorte un sacrifice de son propre honneur. Il n’a pas envie de prendre la jeune femme de pitié, mais il ne peut s’empêcher de ressentir une immense compassion pour elle lorsqu’elle lui parle de ce médecin innocent qu’elle a dû tuer pour se débarrasser de la bête. Il aimerait pouvoir lui apprendre les bases d’un exorcisme, mais pour un démon aussi puissant il faudrait bien plus que les bases.

« Je sais que tu es sûre. » Et il l’est. Il le voit dans ses yeux quand elle parle, et quand elle menace de le gifler s’il lui pose la question. Il se doute que c’est ce qu’elle veut, il s’en est douté à l’instant même où il lui a lu la prophétie, alors même qu’il ne la connaissait pas encore vraiment. Peut-être qu’il l’avait senti dans son aura, peut-être que quelqu’un qui est revenu d’entre les morts en a assez vu pour décider de ne pas mêler un enfant à tout cela. Il ne sait pas. Ce qu’il sait, c’est que ce n’est pas son devoir de juger le choix d’Elektra. « Si un jour tu changes d’avis, il reste l’adoption. Il y a énormément d’enfants qui ne demandent que ça. Te stériliser ne changera jamais ton choix d’avoir ou pas des enfants un jour. » Il s’appuie contre le comptoir de la cuisine, finissant le verre au goût exécrable tout en réfléchissant à ce qu’elle vient de lui dire sur le démon. « Je suis plus inquiété par le fait que la Bête puisse aussi facilement posséder des personnes de notre propre dimension. Quand c’était toi je comprenais, ta résurrection faisait de toi une sorte de point d’encrage entre les deux mondes, que j’ai scellé magiquement. Mais les autres… ? J’aimerai comprendre comment il passe si facilement de ce côté. Il doit y avoir une faille dans la protection naturelle de la terre mais je n’ai rien senti, et mes artefacts non plus. Tout cela est… inhabituel. » Il repose son verre et la cape vient instinctivement se placer sur ses épaules alors que son esprit commence à tourner, plus lentement d’habitude mais plus activement que ces derniers jours. Il repousse le vêtement, il n’en a pas besoin et il n’est pas d’humeur à jouer au Sorcier Suprême accompagné de ses super artefacts, pas aujourd’hui. « Il faudrait que je vérifies si ça vient de toi, si mon sceau ne tient totalement plus, ou si ça vient d’ailleurs. Si tu me permets. »

   
© Pando
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra Empty
MessageSujet: Re: Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra   Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Seems like salvation comes only in our dreams | Stephen&Elektra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DB Dreams !
» BIG DREAMS, GANGSTER.
» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34
» But dreams come slow and they go so fast ~ 21/03 | 16h20
» Dreams, the Blue Jay ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel, No one is innocent ::  :: Archives RP-