AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 Got a secret, can you keep it ? [DEFI] | ft. Mouse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Got a secret, can you keep it ? [DEFI] | ft. Mouse   Dim 27 Nov - 19:27



Got a secret, can you keep it ?
Maisie ξ Niall

Aujourd’hui, pas de mission pour Icare, pas de crise à gérer pour la Confrérie. Aujourd’hui, pour la première fois depuis longtemps, c’est repos. Enfin, repos… Si tant est que j’arrive à rester en place plus de deux heures… Surtout que certaines conditions n’étaient pas pour aider… Ce matin, Aidan était pressé et m’a pratiquement fait le show intégral. Pestant et râlant, j’avais pu profiter de la vue bien malgré moi lors de mon petit déjeuner. Mon ami d’enfance avait déboulé, des perles d’eaux coulant encore sur son torse, les hanches cerclées d’une serviette en vociférant et pestant sur son retard. Pour peu, j’aurai manqué m’étouffer dans mon café. Et alors qu’il était parti aussi vite qu’il était arrivé, j’avais bien été forcé de reconnaître que la vue ne m’avait pas laissé indifférent. Bordel. Je déteste quand cela m’arrive. Je déteste rien que l’idée que je puisse me mettre dans ces états rien qu’en le voyant passer un peu dénudé. C’est mon ami d’enfance, je le considère presque comme un frère. Ce genre de choses ne devrait pas avoir de place entre nous. Et le pire dans tout cela, c’est que je sais parfaitement qu’Aidan ne me voit pas du tout de cette manière et que je ne veux pas de cela entre nous. Enfin, je crois.

J’avais donc avalé mes tartines le plus rapidement possible et je m’étais éclipsé de l’appartement, filant avec Graeme à mes côtés. Des pensées sombres ne cessaient de tourner nous mon crâne. Est-ce que je suis en train de me voiler la face ? Est-ce que, réellement, je suis en train de développer des sentiments qui me dépassent vis-à-vis d’Aidan ? Après tout, j’ai déjà donné ma vie une fois pour lui. Ce n’est pas le genre de choses que je fais pour n’importe qui… Mais Aidan n’a jamais été n’importe qui. Il n’y a qu’une seule personne qui peut m’aider avec tous ces questionnements. Et c’est la seule à nous connaître tous les deux de longues dates. J’observe mon téléphone avec un brin d’hésitation avant de finalement envoyer un sms à ma petite sœur. Ok, ce choix pue la merde. Surtout qu’Aidan a clairement des vues sur elle et, plus même, des sentiments. Je n’en sait trop rien en ce qui concerne Maisie… Mais je ne vois pas trop qui d’autre contacter pour essayer de mettre les choses au clair ? Leonard ? Non. J’ai beau adoré cet homme, il n’a qu’un faible bagage en ce qui concerne les relations amoureuses et ce n’était pas vraiment une relation à ranger du côté sain des choses… Il n’est probablement pas le meilleur choix possible.

Mouse me répond, me signalant qu’on peut tout à fait se voir en ville. Je lui donne rendez-vous au starbucks le plus proche de chez elle et je me mets en route. Il est encore un peu tôt pour passer à l’alcool. Bien qu’un whiksy à boire d’une traite, ça ne me ferait pas de mal à l’instant. On marche un moment avec Graeme et finalement mon téléphone vibre à nouveau. Mouse. Elle me demande ce que je veux comme boisson. Je passe rapidement ma commande et lui promet d’être bientôt là. Je range mon téléphone et j’accélère le pas, ne voulant pas qu’elle m’attende trop longtemps. Depuis qu’on s’est retrouvé, je n’ai pas passé autant de temps que je l’aurais voulu avec ma petite sœur. Mais le monde est malheureusement tel qu’il est et on ne peut pas y changer grand-chose.

Alors que j’arrive dans la rue, je vois Mouse de loin qui m’attends dehors, une boisson chaude dans chaque main. Je souris déjà à l’idée de passer un peu de temps avec ma petite sœur. Jusqu’à ce que je me fasse bousculer. Un gars me dépasse en courant. Mon sourire disparait alors que je le vois s’accrocher à Maisie. Il lui parle, la tâche de ce qui doit être son sang. Bordel, je ne peux vraiment pas passer une journée tranquille hein ? Je me lance au pas de course vers ma petite sœur. J’attrape l’homme par le col et je le tire en arrière, le forçant à lâcher prise. « Va-t’en prendre à quelqu’un d’autre, connard ! » Je le tire en arrière, le jetant presque au sol. L’homme se relève rapidement et s’enfuis en courant. Mon regard se pose sur la petite clé usb qui est tombé aux pieds de Mouse. Je me penche et je la ramasse. « Tu vas bien ? Il ne t’a pas fait mal ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Got a secret, can you keep it ? [DEFI] | ft. Mouse   Sam 24 Déc - 0:18



Got a secret, can you keep it ?
Maisie ξ Niall

Ma tête me fait un mal de chien. J’ai une migraine puissance dix milles… je n’arrive même pas à bouger ma tête sur mon oreiller tellement c’est douloureux et ouvrir mes yeux me parait impossible. Mes paupières sont tellement lourdes que j’ai m’impression qu’elles sont collées. Jamais plus ! Jamais je ne picolerais autant à l’avenir… C’est ce que je dis à chaque fois, et c’est une résolution que j’oublie toujours très vite, la balayant de mon esprit. Pourquoi j’ai autant bu déjà ? Ha oui… Je me suis mise devant une chaîne de replay et j’ai enchaîné les films romantiques à la con autant que les verres. Putain. Pourtant je ne suis pas mièvre et ce genre de films ne m’attire pas plus que ça, sauf si il y a une bonne partie de rigolade dedans. Tout ça c’est à cause de cet abruti d’Aidan ! Depuis qu’il est de retour dans ma vie, je fais n’importe quoi. Mater des comédies romantiques en essayant de voir le rapport entre lui et moi. C’est une connerie monumentale ! Et me retourner le cerveau en plus avec plus d’alcool qu’il n’en faut pour approvisionner un bar, n’est pas non plus l’idée du siècle.

Il faut que je me lève… Non pas que je sois obligée puisque je ne travaille pas aujourd’hui, mais j’ai besoin de prendre un truc pour faire passer ce mal de tête qui va finir par faire exploser mon pauvre crâne. Je n’ai pas le courage de me battre pour ouvrir les yeux, alors c’est à l’instinct – les mains devant moi tout de même - que je fais le chemin de ma chambre jusqu’à ma salle de bain. J’arrive à soulever une paupière pour voir ce que je prends dans ma pharmacie, non sans une difficulté certaine. Ce n’est pas possible de se mettre dans un tel état. J’avale un truc effervescent – plus rapide d’action – et je me traîne tel un zombi jusqu’à ma chambre où je me laisse tomber comme une… merde, disons-le, sur mon lit. Le visage enfoui dans mon énorme oreiller, je ne demande qu’à mon mal de tête de se tirer et de me laisser dormir paisiblement. Dans mon sommeil, au moins, je ne suis pas torturée par Aidan, les sentiments que j’ai ou non pour lui, ceux qu’il pourrait avoir ou non pour moi, ou encore Niall et ses sentiments à lui. C’est trop le bordel pour ma pauvre tête quand je suis dans mon état normal, alors là, c’est même pas la peine !

Je sens la douleur se dissiper doucement, lentement mais sûrement. Un petit sourire naît aux coins de mes lèvres. Avec un peu de chance, dans quelques minutes, je sombre dans l’oubli… C’est sans compter sur mon téléphone qui se met à sonner ! Bordel de… N’ouvre pas les yeux Maisie. Ignore le. Dors. Oui mais je ne peux pas. Et si c’était important ? Niall ? Graham ? Aidan ? C’est moi où mon monde tourne autour de mecs uniquement ? Fait chier, je ne peux pas m’empêcher de regarder. Si ce n’est pas important, bye, bye, je retourne dans une position douillette… Mais c’est Niall et il aimerait que l’on se retrouve. Sérieusement, je ne vais pas dire non à mon frère. Surtout pas après tout ce temps perdu loin l’un de l’autre. Et puis, j’ai aussi envie de le voir malgré mon état. Je me lève de mon lit qui rechigne à ma laisser partir – oui c’est lui, pas moi ! – et je réponds à Niall tout en retournant dans ma salle de bain. Il aurait pu envoyer son message cinq minutes plus tôt, ça m’aurait évité les allers et retours… JE saute dans ma douche et tout mon corps frissonne sous l’eau froide qui ruisselle sur ma peau. Oui j’ai de l’eau chaude, mais pour me réveiller après une cuite pareille, et ce en très peu de temps, rien ne vaut l’eau froide. Je ne m’attarde pas sous le jet d’eau, savonnée et rincée plus vite qu’il ne faut pour le dire. Je prends rapidement des vêtements dans l’armoire que j’enfile tout aussi vite. Retour à la salle de bain, je me met un coup de crayon sous les yeux, du mascara, je passe mes mains dans mes cheveux pour lueur donner ce côté un peu sauvage et je me claque les joues avec mes mains histoire de me réveiller pour de bon. J’attrape mon manteau, mon sac et je sors de chez moi, direction le point de rendez-vous donné par Niall. Si il avait choisi un autre endroit, je n’aurai jamais été prête à temps !

Arrivée au starbucks, je me mets au bout de la file d’attente et j’envoie un message à mon frère pour savoir ce qu’il veut boire. En quelques secondes, j’ai sa réponse et ça tombe bien, c’est à mon tour. Je prends les deux boissons et je me mets dans un coin, non loin du starbucks afin que Niall puisse me voir. D’ailleurs je l’aperçois au loin. Mon regard est rivé su lui si bien que je vois qu’il se fait bousculer mais je ne fais pas attention à la personne qui lui a collé cette mine mécontente sur le visage. Au contraire ça me fait sourire. On est à New York ! On se fait bousculer sans arrêt dans cette ville. Ce qu’il l’est moins en revanche, c’est qu’on s’agrippe à vous avec insistance limite couvert de sang, vous en mettant sur vous au passage. Je suis complètement décontenancée. J ne réagis pas sur le moment, trop surprise par ce qu’il se passe. Je reste comme pétrifiée. Cela ne me ressemble pas. L’homme fini par se pousser. Ou plutôt c’est Niall qui le dégage en le jetant au sol. « Va-t’en prendre à quelqu’un d’autre, connard ! » Le type se relève et s’enfuit sans un mot. Je suis encore sous le choc. Mon cerveau a du mal à analyser ce qu’il vient de se passer. Probablement un reste d’alcool dans le sang…

Mon frère se baisse et ramasse quelque chose au sol. « Tu vas bien ? Il ne t’a pas fait mal ? » Je le regarde sans vraiment le voir, serrant toujours les boissons chaudes dans mes mains. Incroyable qu’elles soient encore là et pas par terre ! « Ca… ça va, je… » Mes yeux tombent sur l’objet que Niall vient de ramasser et c’est comme un déclic. Je lui mets son gobelet dans la main et je lui prends la clé usb avant de l’attirer avec moi plus loin, au commencement d’une ruelle désertée. « ‘Trouves le Shield.’ C’est ce qu’il m’a dit en essayant de me donner ce truc. » Je me mets à réfléchir à toute vitesse, du moins j’essaie. « Pourquoi moi ? Je pourrais faire partie du mauvais camp, je pourrais la laisser là, je pourrais la mettre à la poubelle… il y a tellement de possibilités. Je ne comprends pas pourquoi il me l’a remise. Il était clairement en danger, vu comment il était amoché et la vitesse à laquelle il s’est tiré. Il l’a peut-être fait pour que ceux qui le poursuivent continu de lui courir après alors qu’il n’a plus cette clé. Mais si ‘est tellement important, pourquoi la donné à une inconnue dans la rue ? » Je lève les yeux vers mon frère, totalement perdue, en quête de réponses, comme s’il les avait toutes. « Tu connais des agents du Shield ? Non parce que personnellement je ne sais pas où les trouver. Et mais attends, si c’est dangereux ce qu’il y a là dedans, et que même les Shield ne devait pas l’avoir ? Pourquoi courir après cet homme si ce n’était pas u truc super important ? Niall ? » Trop de questions, probablement pas assez de réponses. Je me sens démunie. « J’ai besoin d’un verre là. » Adieu bonne résolution.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Got a secret, can you keep it ? [DEFI] | ft. Mouse   Sam 24 Déc - 14:17



Got a secret, can you keep it ?
Maisie ξ Niall

« Ca… ça va, je…  ‘Trouves le Shield.’ C’est ce qu’il m’a dit en essayant de me donner ce truc. » Je retiens une grimace à la mention du SHIELD. Bien sûr, j’ai déjà entendu parler de cette organisation. Difficile d’ignorer l’existence de cette organisation en travaillant pour la Confrérie. Je fais partiellement partie de leurs clients cibles. Une sorte de milice moins gouvernementale qu’ARES. On pourrait presque appeler ça une milice depuis qu’ils se sont détachés du gouvernement. Je n’aime pas l’idée d’être lié de prêt ou de loin à eux. Je grimace. Le fait que Mouse soit mêlé à tout ça, ça ne me plait pas du tout. Mon soudainement nerveux, je laisse mon regard parcourir la rue à la recherche d’un comportement suspect. Ma main vient couvrir celle de Mouse tenant la clé usb. Exposer ce truc comme un trophée ne me semble pas être une bonne idée. Je ne sais pas si ce truc a été volé ou si ce sont des données leur appartenant mais le SHIELD sait se montrer brutal pour obtenir ce dont il a besoin. Mieux vaut rester discret. « Pourquoi moi ? Je pourrais faire partie du mauvais camp, je pourrais la laisser là, je pourrais la mettre à la poubelle… il y a tellement de possibilités. Je ne comprends pas pourquoi il me l’a remise. Il était clairement en danger, vu comment il était amoché et la vitesse à laquelle il s’est tiré. Il l’a peut-être fait pour que ceux qui le poursuivent continu de lui courir après alors qu’il n’a plus cette clé. Mais si ‘est tellement important, pourquoi la donnée à une inconnue dans la rue ? Tu connais des agents du Shield ? Non parce que personnellement je ne sais pas où les trouver. Et mais attends, si c’est dangereux ce qu’il y a là-dedans, et que même les Shield ne devait pas l’avoir ? Pourquoi courir après cet homme si ce n’était pas u truc super important ? Niall ? J’ai besoin d’un verre là. » Le moins que l’on puisse dire, c’est que Maisie sait s’impliquer sur base de peu. Mon regard parcourt une dernière fois la foule avant que je ne pose une main sur l’épaule de Mouse, nous faisant marcher dans une direction au hasard. Mieux vaut aller n’ importe où que de rester ici à la vue de tous. « Commence par te calmer. Les murs ont des oreilles et des yeux à New York. Range la clé à un endroit où tu sais qu’on ne pourra pas te la prendre sans que tu ne le remarque. » On marche un moment en silence et en sirotant nos boissons chaudes. Je veux juste qu’on s’éloigne un peu de l’endroit où on lui a donné cette foutue clé usb. Rester sur place aurait un arrière-gout suicidaire dans ma bouche.

Finalement, je me dirige vers une rue moins fréquentée, continuant de marcher tout de même. « Le SHIELD… C’est pas vraiment le genre de trucs auxquels j’ai envie d’être mêlé. Je connais qu’une seule personne travaillant pour eux et... » Je grimace. « Disons qu’on n’est pas vraiment en bon terme. J’essaye de faire profil bas chez eux. » Disons que débarquer la bouche en cœur après m’être fait choper chez une certaine agent Carter… Je doute qu’elle laisse passer après la raclée qu’elle m’a donnée la dernière fois. Elle n’était vraiment pas contente de trouver quelqu’un en train de fouiner chez elle. « Bref… Il n’y a pas trente-six possibilités. Soit c’est quelque chose qu’ils ont volés, soit c’est quelque chose qu’on essaye de leur voler. Je vais pas te le cacher, je ne suis pas un grand fan d’eux… Mais je ne suis pas pour autant un grand fan de leurs ennemis. Mais s’il y avait des caméras de surveillance dans la rue où il te l’a donnée, on va avoir des ennuis tous les deux. Ils adorent abuser de Big Brother. » Je m’arrête brusquement, mon regard pétillant de malice et de complicité. « Il faut qu’on sache ce qu’il y a sur cette clé… Tu serais capable de nous dessiner un ordinateur ? Certaines clés envoient des signaux une fois branchés. Il vaut mieux qu’on ne la connecte pas à un appareil personnel et qu’on se tire rapidement après avoir copié les données. » Faire ça avec Mouse… C’est dangereux pour elle… Mais je me sens à nouveau comme un enfant jouant à ‘et si… ?’ avec sa petite sœur. Je ne devrais pas prendre autant de plaisir à nous voir potentiellement menacés. Pourtant, j’ai l’étrange sensation de partager ce qui fait maintenant mon quotidien avec elle. Et, bordel… Ça fait du bien. Tout aussi risqué cela puisse être, cela nous donne à nouveau quelque chose à partager, cela me donne l’occasion de lui donner un aperçu de ce que je fais depuis plus d’un an pour vivre. Envolé mes prises de tête sur ma situation avec Aidan, il n’y a plus que l’adrénaline du moment et la réflexion. Comment se sortir de se traquenard ? La solution la plus simple serait d’aller déposer la clé à l’adresse où j’ai cambriolé l’agent Carter mais… Je ne sais pas pourquoi, je ne suis pas particulièrement chaud… Et j’aimerais avoir une idée de ce que contient cette clé… Sait-on jamais que ça soit un truc super utile comme les dossiers du Registration Act ou que sais-je. Et puis… Peut-être est-il possible d’échanger cette clé contre une petite somme d’argent ? Cela me permettrait d’acheter un petit appartement, de devenir à nouveau indépendant et arrêter de dormir chez ceux qui veulent bien m’offrir leur hospitalité. Ne pas avoir d’endroit à moi, ça me manque. Ça commence à me faire sérieusement chier de squatter chez des amis. Mais, définitivement, si je veux avoir une chance de vendre cette clé, je dois savoir ce qu’il y a dessus. Le plus sage serait de la remettre à Graham mais qui sait ce que cette diva pourrait en faire… Je ne pense pas qu’il soit un grand fan du SHIELD, lui non plus. « Seulement si tu veux t’embarquer dans ce genre de trucs avec moi, bien sûr. Ça peut rapidement déconner ce genre d’affaires. » Ça me fait chier de la savoir en danger mais le mal est fait. Il suffit qu’on identifie son visage sur une vidéo de surveillance et elle ne tarderait pas à recevoir de la visite chez elle. Et je ne peux pas prévoir si elle sera agréable ou pas. Je préfère honnêtement la savoir à mes côtés, là où je peux la protéger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Got a secret, can you keep it ? [DEFI] | ft. Mouse   Sam 14 Jan - 1:04



Got a secret, can you keep it ?
Maisie ξ Niall

Je suis perdue et un peu effrayée par ce qui est en train de se passer. Il y a trop de questions qui se bousculent dans ma tête. Qui y’a-t-il dans cette clé par exemple ? C’est celle là qui domine toutes les autres. Elle ne peut qu’être importante mais pour qui ? Le SHIELD bien évidemment, mais qui d’autre veut s’en emparer ? Le Parti Collectif – ces crétins anti-mutants – Icare ? Aidan emploie-t-il des méthodes de ce style avec ses collègues ? La Confrérie ? Suer, j’ai un de leur membre actif avec moi et il s’agit de mon frère. Ca craint ! Ca pue sérieusement cette affaire et je n’aime pas ça. Je veux faire quelque chose, quelque chose de bien, faire le bon choix, mais comment savoir lequel est juste ? Je n’ai pas assez de données pour comprendre clairement la situation. « Commence par te calmer. Les murs ont des oreilles et des yeux à New York. Range la clé à un endroit où tu sais qu’on ne pourra pas te la prendre sans que tu ne le remarques. » Il a raison, je dois me calmer. Je ne dois pas me montrer agité, qui sait qui nous observe… Voilà je suis parano maintenant ! Niall a raison, je dois cacher cette clé et c’est avec tout le naturel du monde que je la glisse dans mon décolleté. Il n’y a peut-être pas grand-chose qui remplisse mon soutient gorge mais au moins, je peux y cacher un petit objet de ce style. Je défie quiconque d’essayer de me la prendre sans que je ne m’en rende compte !

Sous la pression de la main de mon frère sur mon épaule, je marche doucement à ses côtés, comme si de rien n’était et je le suis jusqu’à une ruelle où il semble plus enclin à parler même s’il ne s’arrête pas pour autant. « Le SHIELD… C’est pas vraiment le genre de trucs auxquels j’ai envie d’être mêlé. Je connais qu’une seule personne travaillant pour eux et... » Il grimace… il vient de grimacer là ?! Ce n’est pas bon… encore moins avec Niall. « Disons qu’on n’est pas vraiment en bon terme. J’essaye de faire profil bas chez eux. » Je soupire. Je parie qu’il s’est envoyé en l’air avec un agent et qu’il n’a plus donné signe de vie après où qu’il lui a fait comprendre qu’il ne comptait pas alors que l’autre le croyait. Niall et ses histoires de cul… certaines choses ne changent jamais. « Bref… Il n’y a pas trente-six possibilités. Soit c’est quelque chose qu’ils ont volés, soit c’est quelque chose qu’on essaye de leur voler. Je vais pas te le cacher, je ne suis pas un grand fan d’eux… Mais je ne suis pas pour autant un grand fan de leurs ennemis. Mais s’il y avait des caméras de surveillance dans la rue où il te l’a donnée, on va avoir des ennuis tous les deux. Ils adorent abuser de Big Brother. » Merde, je n’avais pas pensé aux caméras ! Mais d’un sens ce n’est serait pas une mauvaise chose. Si le SHIED nous trouve, on leur donne la clé et le tour est joué ! Sauf si cette clé ne dit pas tomber dans leurs mains finalement… C’est à s’en arracher les cheveux !  

Niall s’arrête brusquement et comme je suis perdue dans mes pensées, je ne le remarque pas et je ne cogne dans son dos. Pas vraiment fort, mais juste assez pour me frotter le nez. JE suis prête à lui crier dessus pour cette arrêt de merde qu’il vient de faire, mais son regard plein de malice m’en dissuade. Je m’interroge à nouveau en croyant reconnaître la lueur qui brille dans ses yeux. Quelque chose que je n’ai pas vu depuis des années… de la complicité. « Il faut qu’on sache ce qu’il y a sur cette clé… Tu serais capable de nous dessiner un ordinateur ? Certaines clés envoient des signaux une fois branchés. Il vaut mieux qu’on ne la connecte pas à un appareil personnel et qu’on se tire rapidement après avoir copié les données. » Je comprends bien qu’on ne peut pas mettre cette clé sur un ordinateur ordinaire à cause des risques, mais dessiner une telle chose… mon visage se ferme sans que je ne puisse me contrôler. Je n’ai jamais exploité mon pouvoir. Les quelques choses que j’ai réussi à faire apparaître au fil des années, étaient soit petites, soient des coups de chances – comme le bouquet de fleurs identique à celui de Aidan. Je ne voulais pas utiliser mon don. J’avais trop peur. Peur de l’inconnu, peur d’être une mutante… je suis une peureuse dans le fond. Je n’aspire qu’à une vie simple et tranquille, cachant ma nature non pas à cause de l’autorité, mais à cause du regard et du jugement des autres. Je me sens vraiment naze là. On a besoin de mon pouvoir et je ne sais pas si je suis capable de faire ce que mon frère me demande. Peut-être que j’aurai dû m’exercer, apprendre à connaître mon don et à le maîtriser afin de me rendre utile quand l’occasion se présente. En même temps, comment j’aurai pu savoir qu’un jour on me mettrait une clé usb visiblement importante entre les mains ?

« Seulement si tu veux t’embarquer dans ce genre de trucs avec moi, bien sûr. Ça peut rapidement déconner ce genre d’affaires. » Je penche la tête légèrement sur le côté. « Tu as raison. Je vais te laisser la clé et rentrer sagement chez moi. Je vais attendre que les agents du SHIELD ou toute autre organisation défonce ma porte et m’interroge, voir me torture pour savoir où est ce truc. » Je ne suis pas du genre à chercher les problèmes – pas de ce genre là en tout cas – mais lorsqu’ils me tombent dessus, je ne peux pas les ignorer. Oui le danger est présent, mais il le serait aussi si je faisais semblant que cette histoire ne me concernait pas, parce qu’elle me concerne. C’est vers moi qu’est venu cet homme et si les caméras étaient présentes dans cette rue, alors on pensera que je suis sa complice. Je ne peux pas ignorer la situation et au fond, je n’en ai pas envie non plus. « J’ai pas mon matériel sur moi, je ne pensais pas que j’en aurai besoin. » Je dois trouver un support où on n’ira pas très loin, je ne sais pas si je suis capable de faire apparaître un ordinateur, mais si je n’ai pas de papier, je ne risque pas de le savoir. Je regarde autour de moi et la solution est juste sous mon nez : J’arrache une affiche collée sur un mur – une pour le Registration Act, en voilà une qui servira vraiment à quelque chose – puis je sors une stylo de mon sac. Je trouve un vieux morceau de carton déchiré non loin, ça fera l’affaire. Je pose l’envers de l’affiche dessus et je me mets au travail, à genoux sur le bitume. Je mets quelques minutes à réaliser mon dessin. Non pas que représenter un ordinateur soit compliquer en soit, mais j’essaie de me concentrer afin de reproduire exactement mon pc portable. Je le connais par cœur alors autant que je réalise ce modèle. Je ne sais pas si l’exactitude de mes dessins a à voir avec mon pouvoir, mais autant tout donner, ce n’est pas vraiment le moment de faire des tests.

L’objet fini par apparaître en face de moi pile à mon dernier coup de crayon. Je l’ouvre et je retiens mon souffle en appuyant sur le bouton de démarrage. Marchera ? Marchera pas ? Et c’est avec surprise et soulagement que je le vois se mettre en route. Comment j’ai fait ça ? Je n’e  sais rien, je ne sais vraiment pas grand-chose de ma mutation, mais pour le coup elle m’est bien utile. Je sors la clé usb de sa cachette secrète et je la branche sur l’ordinateur. « C’est le moment de vérité. » Qui a-t-il dessus ? un truc top secret que le commun des mortels ne devrait pas connaître ? Je me fais pleins de films et je me rends compte d’une chose : « J’ai pas été excitée comme ça depuis des années ! » C’est tellement grisant de se prendre pour une sorte d’espion que j’en oubli le potentiel danger que les données contenues sur cette clé pourraient nous balancer en pleine face.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Got a secret, can you keep it ? [DEFI] | ft. Mouse   Lun 20 Fév - 1:17



Got a secret, can you keep it ?
Maisie ξ Niall

« Tu as raison. Je vais te laisser la clé et rentrer sagement chez moi. Je vais attendre que les agents du SHIELD ou toute autre organisation défonce ma porte et m’interroge, voir me torture pour savoir où est ce truc. » Je lève les yeux à ciel face à ma propre connerie. Bien sûr que non, elle ne peut pas juste retournée à sa vie comme si de rien n’était. Pourquoi il a fallu que ça tombe sur elle, hein ? Parfois, je me demande ce qu’on a pu faire aux Nornes pour avoir autant la poisse, dans la famille. L’un de nos ancêtres s’est-il attiré le courroux d’un dieu quelconque ? Alors pourquoi Loki et sa fille m’ont-ils déjà sauvés tous les deux ? « J’ai pas mon matériel sur moi, je ne pensais pas que j’en aurai besoin. » Ce qui parait logique. A la base, on sortait boire un café pour que je puisse un peu vider mon sac et lui parler de mes problèmes de cœur, pas pour jouer aux détectives se mettant en danger rien qu’en possédant une clé USB à l’effigie du SHIELD. Qui sait ce qu’il peut y avoir là-dessus et qui sais quels ennuis cette clé pourrait nous amener… Je devrais peut-être la ramener à la Confrérie… Cela pourrait être une carte intéressante à jouer pour nous. De ce que j’en sais, le SHIELD ne s’est pas montré favorable au Registration Act, ce qui lui vaut son statut actuel de milice privée aux yeux de l’Etat. Mais ils ne sont pas pour autant des alliés. Qui sait ce que l’on pourrait faire en possession des bonnes informations à leur propos… J’observe Mouse s’éloigner pour arracher une affiche publicitaire pour le RA. Comme quoi, il ne faut pas grand-chose quand on est dans le besoin. Dommage… J’aurais vraiment bien aimé pouvoir vider mon sac auprès de ma petite sœur. Mais peut-être que cette série d’événement est là pour me dissuader de le faire… ? En silence, je l’observe dessiner. Pendant ce temps, je jette de temps à autre des coups d’œil aux bouts de la rue, ne souhaitant pas vraiment qu’on se fasse surprendre. Encore une fois, on ne sait pas qui en a après cette clé. Mes doigts passent nerveusement sur les runes du bracelet que Vind m’avait offert quand je lui avais demandé de m’en apprendre plus sur la mythologie nordique, de m’initier à ses croyances. Quand l’ordinateur apparait devant Mouse, je pose une main sur son épaule, le regard brillant de fierté. Elle m’a dit ne pas s’être entrainée du tout mais elle m’a franchement l’air de bien s’en sortir. J’aimerais lui apprendre à mieux se maîtriser, si elle le désire. Elle possède un don qui me semble on ne peut plus puissant et qui pourrait amener à faire des petites merveilles. « C’est le moment de vérité. » L’ordinateur est en train de reconnaitre la clé usb, je retiens mon souffle, m’accroupissant à côté de ma sœur pour mieux voir l’écran. « J’ai pas été excitée comme ça depuis des années ! » Mon regard croise le sien, pétillant de malice et d’adrénaline. Je lui rends son sourire, sa bonne humeur finissant par être contagieuse. Si je voulais jouer le vieux con, je lui dirais que, au final, cette adrénaline, on finit par s’en passer quand on sait la douleur et les difficultés qu’elle peut amener. Mais je n’ai pas envie de briser ce moment de complicité qu’on est clairement en train de partager. « Bienvenue dans mon monde. »

Je lui ébouriffe les cheveux comme j’avais l’habitude de le faire quand on était enfant. Mon regard quitte le sien et se pose sur l’ordinateur. Je tends une main, glissant mes doigts sur le trackpad, ouvrant la dite clé usb. Je lâche un juron quand je le dossier s’ouvre, faisant passer l’écran de l’ordinateur au noir. On reste quelques secondes à fixer l’écran noir avant qu’une série de chiffre et de nom ne défile devant nos yeux, trop rapidement pour qu’on puisse s’arrêter sur quoi que ce soit. « Est-ce que c’est ce que je crois… ? » Des noms, des adresses, des numéros de dossiers. On a clairement une liste d’individus, leur localisation et… Je lâche un nouveau juron. Une liste de pouvoirs… « Bordel… Si cette clé usb appartient bel et bien au SHIELD… Il vaut mieux qu’elle ne tombe pas dans les mains du gouvernement… Ça pourrait les mettre plutôt en colère… » Les noms arrêtent de défiler, laissant la place à une série de symboles dans une langue étrange. Je jette un bref regard à Mouse qui a l’air aussi perplexe que moi. Est-ce seulement humain, comme langue ? Après tout… Pourquoi pas ? Il parait que le SHIELD fait pas mal mumuse avec des trucs aliens… Ca pourrait être un truc alien, non ? Ne sachant pas lire ce qui se passe à l’écran, je retire la clé sans prendre le temps de fermer le programme ou de l’éjecter. « Je n’aime pas ça. On devrait se débarrasser de ce truc… Et mettre les voiles d’ici rapidement. Je connais un squat pas loin où on ne nous trouvera pas et où on pourra parler de ce que contient cette clé au calme…Laisse l’ordinateur ici. » Je me relève et je fourre la clé dans ma poche. J’ai un mauvais pressentiment autour de tout cela… Est-ce qu’on vient vraiment de mettre la main sur l’une des parties des dossiers du Registration Act ? Je devrais montrer ça à Graham, je devrais donner cette clé à la Confrérie… Mais je ne veux pas mettre Mouse en danger par rapport au SHIELD. Parce que si cette clé est bien ce que je pense qu’elle est, ils vont la chercher… Et ils ne s’arrêteront pas avant de l’avoir trouvée. Entre de mauvaises mains, de telles données pourraient être catastrophique… Mais, que compte en faire le SHIELD ? Est-ce bien sage de le leur rendre ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Got a secret, can you keep it ? [DEFI] | ft. Mouse   Mar 21 Fév - 22:33



Got a secret, can you keep it ?
Maisie ξ Niall

« J’ai pas été excitée comme ça depuis des années ! » Nos regards s’accrochent et je vois dans celui de Niall la malice qui y brille. Je pense que mes yeux sont similaires aux siens. C’est un vrai moment de complicité que nous partageons là, comme deux enfants jouant à une chasse au trésor. Les enjeux sont bien plus importants, mais à cet instant, prise dans l’excitation, je n’y fais pas vraiment attention. « Bienvenue dans mon monde. » Je commence à comprendre l’intérêt que mon frère porte à la Confrérie mais aussi – un peu – à Icare. C’est tellement cool de jouer à l’agent secret et l’adrénaline est tellement bonne. Si à ça, on ajoute le fait d’être convaincu d’agir pour le bien de tous, pourquoi alors y renoncer ?

Niall passe une main dans mes cheveux qui ne sont de toute façon clairement pas coiffés et je me laisse à rire doucement. Ca m’a manqué : Ces petits gestes, ces marques d’attentions. Malgré mon âge, impossible de ne pas l’apprécier. Mais rapidement, nous nous concentrons sur l’ordinateur. Niall se charge de manipuler l’ordinateur tendis que je retiens mon souffle. Qu’allons nous découvrir sur cette clé qui semble attirer tant de convoitises ?  Je jure en même temps que mon frère lorsque l’écran devient noir : les données sont-elles protégées ? Se serait logique. Des données aussi importantes doivent être cryptées et ça me fait chier. Je pense un instant à Chipset qui pourrait nous décoder tout ça, mais suis-je prête à l’embarquer dans dedans ? Même si je sais qu’il ne refuserait pas de nous donner un coup de main. L’idée de le mettre volontairement en danger ne me plait pas.

Je pense que découvrir ce que contient la clé est fichue, mais tout d’un coup, une série de noms, d’adresses, de pouvoirs défile à une vitesse folle sous nos yeux. « Est-ce que c’est ce que je crois… ? » Niall jure alors je cherche à comprendre. « Bordel… Si cette clé usb appartient bel et bien au SHIELD… Il vaut mieux qu’elle ne tombe pas dans les mains du gouvernement… Ça pourrait les mettre plutôt en colère… » Cette liste c’est… je frissonne à l’idée de comprendre. Mais des symboles étranges attirent mon attention. Niall et moi échangeons un regard interloqué. Visiblement, il ne sait pas non plus de quoi il s’agit. « Je n’aime pas ça. On devrait se débarrasser de ce truc… Et mettre les voiles d’ici rapidement. Je connais un squat pas loin où on ne nous trouvera pas et où on pourra parler de ce que contient cette clé au calme…Laisse l’ordinateur ici. » J’acquiesce et pendant que Niall reprend la clé, je commence par déchirer mon dessin. Je détruirai l’ordinateur par la suite mais autant ne laisser aucun indice. Mais alors que je déchire mon dessin en quatre, l’ordinateur apparu grâce à celui-ci se brise également en quatre morceaux. Je regarde successivement mon dessin et l’ordinateur d’un air hébété : « Il s’est passé quoi l ? C’est quoi qui ai fait ça ? » C’est possible ? Est-ce que mes actions sur mes œuvres ont un impact direct sur ce que je fais apparaître. Ok, c’est juste flippant ! Même si dans la cas présent c’est plutôt utile. Il nous faut partir mais j’ai besoin de tester quelque chose avant : Je pose les morceaux de papiers par terre, puis je sors mon briquet de ma poche et je mets le feu à mon dessin en morceaux. La suite me fascine autant qu’elle me glace le sang : l’ordinateur brûle à son tour. C’est définitivement flippant ! Est-ce que je suis la seule  pouvoir faire ça ou n’importe qui en possession d’un de mes dessins peut détruire ce qui en est sorti ? Je n’aime pas ça, pas du tout.

J’essaie de me reprendre tant bien que mal. Il faut se concentrer sur ce qu’on vient de découvrir sur la clé. « Allons-y. J’te suis. » Nous commençons à marcher et mes pensées se bousculent et se mélangent entre les différentes découvertes que nous venons de faire. Mais je dois me concentrer sur le problème actuel. « C’était quoi ? La liste de ceux déjà pucés ou une liste de non pucés mais dont ils connaissent déjà l’identité ? Si c’est le cas, on peut s’attendre à une rafle si jamais cette clé tombe entre les mauvaises mains. On devrait la donner au SHIELD. Après tout, ils travaillent avec des Dieux, des hors-normes et tout ça… ou alors aux x-mens. Ils sauront où la mettre en sécurité. » Je réfléchis à voix haute – enfin je murmure tout de même. J’ai besoin que Niall m’apporte des réponses.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Got a secret, can you keep it ? [DEFI] | ft. Mouse   Sam 18 Mar - 22:33



Got a secret, can you keep it ?
Maisie ξ Niall

« Il s’est passé quoi l ? C’est quoi qui ai fait ça ? » Mon regard se pose sur l’ordinateur en train de se briser et je sens un léger frisson me remonter le long du dos. Je ne savais pas qu’elle était capable de faire ça… et visiblement, elle non plus… « Non… Cette capacité t’appartient… Et quand bien même, je ne suis qu’un copieur… Je n’ai pas de mutation spécifique. Dépêche-toi, on doit partir d’ici. » Je resserre mon perfecto autour de mes épaules et je laisse mon regard courir le long de la rue. Combien de temps avant que le SHIELD ne nous tombe dessus ? On ne peut pas vraiment dire que je me sente en sécurité. Pourquoi a-t-il fallut que ça tombe sur nous, hein ? Mon regard se repose sur Mouse et je la vois mettre le feu à son dessin, faisant bruler les restes de l’ordinateur. Construction et destruction. Cela me semble logique. Je connais peux de mutants capable d’altérer définitivement la réalité en y créant de manière définitive des entités. Mais l’heure n’est pas à se questionner autour de la mutation de Mouse. On aura tout le temps du monde pour ça si jamais on se sort vivant de cette histoire. « Allons-y. J’te suis. » Les mots sonnent comme une douce mélodie à mes oreilles et je ne retiens pas mon soupir de soulagement. Je me mets en marche et elle m’emboite le pas. On marche d’un pas vif et rapide. « C’était quoi ? La liste de ceux déjà pucés ou une liste de non pucés mais dont ils connaissent déjà l’identité ? Si c’est le cas, on peut s’attendre à une rafle si jamais cette clé tombe entre les mauvaises mains. On devrait la donner au SHIELD. Après tout, ils travaillent avec des Dieux, des hors-normes et tout ça… ou alors aux x-mens. Ils sauront où la mettre en sécurité. » On débouche sur une grand rue et mon regard cherche les caméras de surveillances. « Pas ici… On en reparle dans dix minutes. » Je glisse ma main dans la sienne pour être sûr qu’elle ne me perde pas et j’accélère encore la marche, fendant la foule qui s’agitait sur le trottoir en cette chaude matinée ensoleillée. Quand on arrive au bon endroit, je bifurque à nouveau dans une petite ruelle et je nous guide d’un pas assuré et ferme dans un coin plutôt mal famé de cette partie de la ville. Finalement, on débouche prêt d’un bâtiment abandonné. On longe le long d’un grillage qui clôture la propriété. Je lâche sa main quand je retrouve l’endroit que je cherchais. Je me penche et soulève un morceau du grillage, l’enjoignant à se faufiler de l’autre côté. Elle s’exécute sans poser de question et après un dernier regard dans la ruelle, je la suis. Une fois de l’autre côté, je trottine jusqu’au bâtiment que je longe. Je retrouve sans peine la fenêtre par laquelle j’avais l’habitude de m’introduire à une certaine époque. Je fais la courte échelle à ma sœur avant de me hisser d’un bond à l’intérieur. J’époussète mes vêtements et je jette un œil autour de moi. Cela fait un moment maintenant que je ne suis plus venu ici. Cela remonte à une époque que j’essaye d’oublier tant bien que mal. Rien ne semble avoir bougé cependant. J’avais pourtant dit à Jeff qu’il pouvait venir crécher ici s’il en avait besoin… Je suppose que ses mains tremblantes ne l’ont pas aidé à franchir le grillage ou à monter jusqu’ici.

Je me mets en route vers les étages supérieurs du bâtiment. Le squat que je m’étais installé est au quatrième étage, dans la pièce la moins humide et la mieux isolée que j’avais trouvé à l’époque. « Ici il ne devrait pas y avoir d’oreille indiscrètes pour écouter… Et je pense que ça ne fera pas de mal de disparaitre quelques heures des rues, le temps de savoir quoi faire avec ce truc… » On continue de monter les étages et je laisse mon cerveau bouillir quant à savoir quoi faire exactement de cette clé. « On ne peut pas la remettre aux X-Men… Ils jouent bien trop proche des lois. Ce sont des boyscouts en collant qui donneraient cette clé à n’importe qui la demandant un peu trop fermement. Crois-moi, je sais très bien de quelle puissance de feu ils disposent pour avoir manqué mourir de leur main mais leur école est leur faiblesse. Ils ne prendraient pas le risque de voir leurs étudiants mis en danger par la possession d’une telle chose. Ils se contenteraient de refiler la patate chaude à quelqu’un d’autre. » Je m’arrête sur le palier du quatrième étage et je m’enfonce dans le dédale de couloir. « Et si on a bel et bien entre les mains la liste de toutes les personnes recensées au Registration Act… Eh bien, on va clairement faire devoir attention à ce qu’on en fait… Et on devient des belles cibles brillantes pour avoir mis la main sur un truc pareil. Je veux même pas savoir qui est déjà en train de nous chercher. Ah, c’est ici. » Je pousse une porte dont le grincement retentit dans tout l’étage. Le bois est gorgé d’eau et d’humidité à se retrouver ici sans traitement. S’ouvre alors un lieu forgé de souvenirs. Le matelas défoncé et taché sur lequel je dormais est toujours à sa place, ainsi que les couvertures défraichies et bouffées par les mythes. Il n’en reste d’ailleurs plus grand-chose aujourd’hui. Je rentre dans la pièce et je marche jusqu’à la fenêtre pour jeter un œil rapide aux passants dehors. Je m’en éloigne tout aussi vite pour revenir vers ma sœur. « Et si le SHIELD ne comptait pas en faire un bon usage ? Je veux dire, ils sont désolidarisés du gouvernement et ont été déclarés milice privée. Je ne suis pas vraiment leur plus grand fan et je ne leur fais pas confiance… Si ce n’était pas risquer de lui attirer un paquet d’emmerdes plus gros que lui, je te dirais qu’on devrait confier ça à Graham. En tant que technopathe, il est sans doute le plus à-même de savoir quoi faire de ce truc tout en sachant ce que c’est vraiment… Il y a bien Aidan qui pourrait nous aider avec Icare mais, encore une fois, je refuse de le mêler à ça. » Aidan… Je pince les lèvres en pensant à lui. Son image se fait persistante dans ma mémoire et je me rappelle cruellement que, à la base, j’étais sensé demander à Mouse de la voir pour lui parler du fait que je me sens salement attiré par mon colocataire et ami d’enfance… Et que ce sentiment est en train de me rendre fou parce qu’il n’a pas sa place entre lui et moi. « Ma première impulsion serait de donner ces informations à Magneto. » Et alors que je prononce ces mots, je sais que cela ne va pas plaire à ma sœur.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Got a secret, can you keep it ? [DEFI] | ft. Mouse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Got a secret, can you keep it ? [DEFI] | ft. Mouse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Defi pour futurs maires: les marches publics dans les rues
» Secret War
» Amour secret...
» Le secret de Térabithia
» secret of mana

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel, No one is innocent ::  :: Archives RP-