AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 It's time to explain youself ft. Graham

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: It's time to explain youself ft. Graham   Dim 11 Déc - 16:28



It's time to explain yourself
Graham ξ Gordon

Je parcours attentivement le dossier du mutant recherché. Pour la première fois depuis longtemps, je pars en solo sur cette mission. Ça m'avait manqué de ne plus avoir à jouer la nounou. Mon regard s'arrête sur chaque information et l'enregistre soigneusement dans ma mémoire. Nom, prénom, âge, adresse, métier, signes distinctifs mais surtout, mutation. Cette dernière est l'information la plus importante. Sans ça, nous partons totalement à l'aveugle. Aujourd'hui, c'est une femme d'une trentaine d'années, journaliste. Je soupire intérieurement, j'aime pas les journalistes. Ils sont tous pareils, prêts à tout pour sortir en premier un gros titre et peu importe si l'information est modifiée. Du moment que ça fait vendre, c'est pas important. Bon, il ne sont pas tous comme ça, je sais mais, ça change rien au fait, qu'en général, j'aime pas les journalistes. Ça et le thé froid, sinon, ça va.

Je fronce les sourcils à la lecture de la mutation de Mrs. Jones, il est écrit qu'elle est capable de s'imprégner de l'esprit animal et mythique. Ok… C'est super vague comme description quand même. Pas de description plus détaillée, ni de ses préférences, ni de ses capacités ou de son niveau… Rien du tout. Je suis déçu, où est le ''pratique le kung-fu à haut niveau'' qu'on trouve normalement dans les descriptions. Rah la la, c'est plus ce que c'était.

Comme je disais, quand on a pas beaucoup d'informations, on part un peu à l'aveuglette. C'est exactement ce qu'il se passe ici. Je suis allé voir mes supérieurs, pour leur demander s'il n'avait rien d'autre à son sujet parce que bon, les missions suicides, c'est pas trop mon délire. Apparemment, les autres informations sont ''tops secrètes''. « Comment vous voulez que je fasse bien mon travail si vous ne me donnez pas toutes les informations ? Et puis, si c'est top secret, pourquoi vous n'envoyez pas quelqu'un de plus qualifié ? » A voir leurs têtes, ça leur a pas spécialement plu. Bon, ça a fini avec un ordre express de me rendre sur les lieux. Susceptibles.

La demoiselle travaille dans une petite agence dans le Queens. Ça ne me plaît pas de débarquer à son travail, l'air de rien pour lui demander de me suivre. Donc, j'ai préféré attendre le soir et la rencontrer à son appartement qui se trouve un peu à l'écart du reste de la ville. C'est pratiquement désert dans le coin, juste des kilomètres d'immeubles tous alignés les uns à côté des autres. Le seul commerce dans un rayon de deux cents mètres est une boucherie. Glauque. Ça a l'air d'être le genre de boucherie peu concernée par les normes de l'hygiène, faisant le ménage qu'au moment d'être contrôlée. Je sonne à la porte « ARES ! Ouvrez, s'il-vous-plaît » Pas de réponses. Ça commence à devenir une habitude de ne pas répondre quand on toque. Finalement, les cliquetis des verrous se font entendre et le porte s'entrouvre légèrement, dévoilant le visage de Mrs Jones.

« Irina Jones ? Je suis Gordon Kent, un agent d'ARES, je peux vous parler ?
- Donnez-moi une minute »

La porte se referme. Je m'attends à entendre le reste des verrous céder mais au lieu de ça, un grognement sourd me parvient de l'autre côté de la porte « Irina, vous allez bien ? » Waw, c'est nouveau cet effet qu'ARES a sur les gens. Le grondement s'amplifie, se rapprochant de celui d'un animal… Oh. OH. Juste à temps, je fais un bond sur le côté pour éviter le porte projetée vers moi. Dans l'encadrement de la porte se dessine une silhouette monstrueuse, courbée sur elle-même. Je suis sûr qu'elle ferait plus de deux mètres de haut si elle était entièrement redressée. Je ne saurais dire la forme que c'est mais ça se rapproche d'un mélange entre une femme et King Kong. Nos regards se croisent mais je n'y reconnais aucune lueur humaine, c'est un regard entièrement animal. Et fou furieux.

Je me relève en quatrième vitesse et je m'élance vers la sortie. Je sens derrière moi que la bête s'apprête à me suivre. Je tourne au bout du couloir et je me heurte dans quelque chose. Ou plutôt quelqu'un. « Lester ?! Qu'est-ce que tu fais ici ?! » Pas le temps d'attendre sa réponse, je l'attrape rapidement par le bras et je l'emmène avec moi vers la sortie, sans aucun ménagement. Derrière nous, celle qui était avant Irina nous poursuit, ses pas martelant le sol et se rapprochant beaucoup trop à mon goût. Je pousse Lester vers la sortie et j'essaye de repousser le gorille géant mais ça ne le tiendra pas à l'écart bien longtemps. Le voilà qui se rapproche de plus en plus et je n'ai pas le temps de tenter plus que ça. De toute façon, je dois d'abord penser à protéger l'invité surprise. Je sors à mon tour et je bloque la porte de sortie avec tout ce qui se trouve à ma portée, histoire de couvrir notre fuite. Tout y passe, arbres, arbustes, voitures, rochers, absolument tout.

Je me retourne et je constate avec horreur que mon portable est tombé de ma poche au moment où je suis rentré dans Lester. Génial ! Je n'ai pas les moyens de contacter ARES, je vais devoir me débrouiller. J'attrape de nouveau mon demi-frère par le bras et je le traîne à toute vitesse vers la boucherie que j'ai vu tout à l'heure. Je fais sauter le verrou et l'obligeant à se déverrouiller. Je fais rentrer Lester avant moi et lui dis de nous trouver une cachette. Je le suis après avoir entendu le gorille géant débouler dans la rue. Lester m'attend dans la chambre froide, avant de rentrer, je désactive le thermostat, ce serait con de mourir de froid, quand même. Je rentre en fermant la porte derrière moi et en la bloquant de nouveau avec tout ce qui se trouve dans la pièce. Des étagères et des chariots volent de tous côtés pour se placer devant la porte.

Je me recule, silencieusement. De l'autre côté, on entend déjà les pas lourds du gorille, se dirigeant inlassablement vers nous. Je m'attends à voir la porte sauter d'un moment à l'autre. Au lieu de ça, le sol tremble lorsque King Kong s'assoit derrière la porte, nous bloquant ainsi la seule sortie. Soudain, les conduits d'aération se mettent à vrombir doucement et à cracher un froid glacial. Oh, c'est pas cool ça. Je me tourne vers Lester, j'espère qu'il est fier de lui « Je peux savoir ce que tu faisais là ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: It's time to explain youself ft. Graham   Mar 13 Déc - 14:15


IT'S TIME TO EXPLAIN YOURSELF
Graham ξ Gordon

Adossé dans le couloir, je tendais l’oreille, écoutant attentivement les pas de mon demi-frère dans le couloir. J’étais surpris qu’il ne m’ait pas encore remarqué, puisque je le filais depuis un moment maintenant, mais je suppose que c’était ma chance coutumière qui m’avait été d’un grand secours sur ce coup-ci. Ça ou bien j’accordais beaucoup trop de crédit au petit.

Je me penchais, jetant rapidement un coup d’oeil dans le couloir pour observer Gordon frapper à une porte, l’air droit dans ses bottes et sur de lui. De toute évidence, le type était sur de faire la bonne chose... Est ce que c’était mon rôle de grand-frère que de lui ouvrir les yeux ? Ou bien justement, est ce que je devais respecter ses opinions personnelles ? Bon sang, tout ça était juste beaucoup trop nouveau et bizarre... Quand bien même on a déjà vécu des trucs de fou tout les deux, je ne sais de lui que ce que j’ai pus en trouver en hackant son dossier personnel d’ARES... Ça et les archives de la presse britannique bien sur...

Dans tout les cas, il fallait qu’on discute. Je refusais de laisser passer l’opportunité d’apprendre à connaître mon petit-frère, ne fut-il qu’à moitié de mon sang. Et c’était la raison de ma présence ici. Je voulais qu’on parle. Parce qu’il me semblait qu’on avait tout les deux des choses à se dire, des trucs à mettre au clair. Je détestais vraiment l’idée de remuer dans mon passé de la sorte, mais j’étais surtout persuadé que je ne voulais pas tout gâcher avec Gordon.

Je me glissais à nouveau hors de vue quand Kent junior prit la parole. Oulah, il arrive vraiment à arrêter des gens avec cette méthode ? Bon ok, je m’étais fais avoir, mais ça avait plus à voir avec Vind qu’avec les méthodes de Gordon... Comment aurais-je pus le laisser à ce moment là hein ? Instinctivement, mes mains se levèrent vers l’écharpe que je portais pour camoufler la cicatrice qu’il m’avait laissé la première fois que nous nous étions croisés.

Je sursautais en entendant un bruit sourd. Il ne me fallut qu’un instant pour rassembler mon courage et me mettre en route vers mon demi-frère. Et non, ce n’était pas de inquiétude qui m’enserrait la poitrine, allez vous faire voir. Je m’immobilisais face au gorille géant cependant, mon inquiétude (qui n’existe pas, je vous le rappelle) cédant rapidement place à la panique pure.

« Lester ?! Qu'est-ce que tu fais ici ?!
- Tu pose toujours ce genre de questions quand tu es poursuivis par un gorille géant ? Ouais, ça doit définitivement être génétique... »

Je terminais ma phrase sur une note un peu plus aiguë, me laissant entraîner par cet aimant à emmerdes que je commençais à soupçonner en la personne de mon demi-frère.

Sans vraiment savoir comment, je me retrouve devant Gordon, et il me pousse vers la sortie. J’accélère le pas, un bruit derrière moi m’indique qu’une grosse masse est rentré dans quelques chose et l’espace d’une seconde, mes tripes se serrent à l’idée que le quelque chose puisse être l’inhumain.

Je m’écartais donc de la porte avant d’entendre mon frère la passer à son tour. Je poussais un soupir de soulagement, prenant un instant pour reprendre mon souffle alors que mon frangin me faisait une vraie démonstration de force avec ses compétences. Ouais... Ok, définitivement plus impressionnant que mes petits tours de passe-passe technologiques.

Je pensais qu’on devait être sortis d’affaire, vu la masse de trucs impressionnant qui bloquaient à présent la porte, mais Gordon était déjà à nouveau sur moi, m’entraînant à l’écart au pas de courses en me tenant par le bras.

A nouveau, je ne proteste pas, principalement motivé par les lourds bruits de bois qui craque que j’entends derrière nous. Mais dans quelle merde est ce qu’il venait de se fourrer au juste ? Et il prenait vraiment plaisir à faire son job ? Et surtout, est ce que le masochisme était quelque chose de génétique ?

Je repris la tête une fois tout les deux dans une vieille boucherie qui avait une drôle d’odeur. Mais bon, quand on est poursuivit par King Kong et qu’on a ni poitrine opulente ni cascade de cheveux blond, on fait ce qu’on peut hein. Un mot et Gordon m’envoie à la recherche d’une cachette. Une cachette, il a beau dos lui ! On était dans une boucherie ! A part se la jouer Star Wars en se cachant dans des carcasses, je voyais mal comment on allait faire.

Je stoppais ma course en passant devant la chambre froide et m’y engouffrais sans hésitation. Il n’y avait pas trop le choix de toute façon. Je fis signe à Gordon de me rejoindre, ce qu’il fit après avoir couper le thermostat. Hey, bien pensé !

Je reculais vers le fond de la pièce alors que tout les objets qui s’y trouvaient semblaient inexorablement destiné à se coller à la porte comme si leur vie en dépendait. Enfin, le cas échéant, c’était sans doute la notre, de vie, qui en dépendait.

Je retins ma respiration alors que je m’avançais à nouveau vers mon demi-frère, écoutant avec attention les pas lourds du gorille géant qui s’approchaient. Un tremblement plus tard et le mécanisme de refroidissement se remettait en marche. Bon et bien, je suppose qu’on va vraiment mourir ici... Note que... Ma main glissa dans ma poche et j’effleurais Betty du bout de doigts, me connectant à l’appareil pour jauger de l’état du réseau. Super, on captait ! On allait pouvoir sortir d’ici ! Enfin... La situation me semblait idéale pour avoir cette petite conversation, non ? Une occasion pareille ne risquait pas de se représenter de si tôt.

« Je peux savoir ce que tu faisais là ?
-Woh, ne me donne pas de ce regard là, c’est pas moi qui ait fichu la version moderne de King Kong en pétard. Et c’est certainement pas moi qui participe à une traque méthodique des plus-qu’humains. »

Je m’avançais vers lui, affichant un air léger qui dénotait probablement avec mes reproches déguisés. Je lui offris un sourire et posait ma main sur son épaule, solennel.

« Sinon, moi aussi je suis content de te voir frangin. Et si la question était qu’est ce que je fichais à cet endroit précis quand on s’est rentré dedans... Et bien... Je te cherchais. Je pense qu’on a pas mal de choses à ce dire. »

Je laissais retomber ma main le long de mon corps, frissonnant doucement avant de retirer mon écharpe et de la passer autour du coup de l’inhumain, la nouant délicatement pour éviter qu’il n’attrape la mort. Soudainement plus très sur de moi, je détournais le regard, ma main venant frotter la cicatrice à l’arrière de ma nuque maintenant nue.

« Je ne m’attends pas à ce que tu comprenne ma décision de ne pas me recenser, mais je pense qu’on devrait quand même apprendre à se connaître. Au moins un peu. Je sais pas... J’ai vraiment pas l’habitude de ce genre de conneries. Mais puis qu’on est coincé ici, autant en profiter pour rattraper un peu le temps perdu, non ? Et ça tombe bien, puisqu’on a plein de truc à mettre à plat. Et si on commençait par la raison pour laquelle tu as l’air de m’en vouloir ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: It's time to explain youself ft. Graham   Mar 13 Déc - 20:40



It's time to explain yourself
Graham ξ Gordon

« Woh, ne me donne pas de ce regard là, c’est pas moi qui ait fichu la version moderne de King Kong en pétard. Et c’est certainement pas moi qui participe à une traque méthodique des plus-qu’humains. » Je roule des yeux. Ça y est, c'est reparti. Vas-y, j'adore quand tu donnes des leçons, ça te va tellement bien « J'aurais pu m'occuper de la version moderne de King Kong si je ne t'avais pas eu dans les pattes » Au lieu de ça, j'ai du assurer la sécurité de Lester qui ne devait même pas être ici. Face à ce monstre, il n'aurait pas fait long feu et je n'aurais clairement pas pu me battre contre un gorille de deux mètres et assurer le postérieur du petit fouineur. Pas tout seul, en tout cas. Il s'approche et pose une main sur mon épaule. Il est beaucoup trop jovial, surtout après les reproches à peine déguisés qu'il vient de faire. Décidément, il n'a pas changé.

« Sinon, moi aussi je suis content de te voir frangin. Et si la question était qu’est ce que je fichais à cet endroit précis quand on s’est rentré dedans... Et bien... Je te cherchais. Je pense qu’on a pas mal de choses à se dire.
- Personnellement, j'appelle ça de l'espionnage. Au fait, t'es très doué à ce petit jeu, regarde, on est piégé dans une chambre froide par ta faute. T'as réussi ton coup. »

Je fourre mes mains dans mes poches, je n’ai pas envie d’avoir une discussion avec lui. Il n’y a rien à dire, si ce n’est que je lui en veux beaucoup d’avoir déserté l’Angleterre. Et de nous avoir fait enfermer dans une chambre froide. Lentement, il retire son écharpe et me la place autour du cou. Je le laisse faire, ne sachant pas comment réagir, ni comment comprendre le message derrière ce geste. Je ne lui ai pas demandé de le faire. Il devrait la garder, c’est lui qui va attraper froid sinon. De toute façon, ce serait bien fait, voilà. J'espère qu'il va choper un rhume, une angine ou une rhino-pharyngite, et il n'aurait que ce qu'il mérite.

« Je ne m’attends pas à ce que tu comprenne ma décision de ne pas me recenser, mais je pense qu’on devrait quand même apprendre à se connaître. Au moins un peu. Je sais pas... J’ai vraiment pas l’habitude de ce genre de conneries. Mais puis qu’on est coincé ici, autant en profiter pour rattraper un peu le temps perdu, non ? Et ça tombe bien, puisqu’on a plein de truc à mettre à plat. Et si on commençait par la raison pour laquelle tu as l’air de m’en vouloir ? » Un sourire cynique se glisse sur mes lèvres. Il n’en a aucune idée hein ? En même temps, comment pourrait-il être au courant alors qu’il ne savait même pas que j’existais. Je fais quelques pas, le temps de rassembler mes idées et surtout, pour me préserver du froid qui commence doucement à se faire sentir « J’ai pas mal de raisons de t’en vouloir. Quand t’as fui l’Angleterre, il a bien fallu trouver un remplaçant, un nouvel héritier Kent. Devine qui est aussi un Kent et qui vivait dans l’ombre de la famille principale ? Coucou ! J’ai vécu ta vie pendant quelques années avant de moi aussi, mettre les voiles. » Je me stoppe de moi-même. Je ne suis pas du genre à me lamenter sur mon sort d’habitude. Il ne me semble pas avoir déjà parlé de cette période à quelqu’un, même Bishal n’est pas au courant. Cette fois, c’est différent. Il s’agit de Lester, c’est de sa faute tout ça. Il ne se serait pas sauvé comme un voleur, les choses auraient été totalement différentes. Peut-être pas en mieux, mais différente. Au lieu de ça, il a laissé une place vide et cette place devait être comblée à tous prix. Je n’aime pas repenser à cette période et la présence de Lester ne cesse de la rappeler. Aujourd’hui, c’est terminé, il n’empêche que j’ai vécu un enfer par sa faute.

« Et toi, je peux savoir d’où te vient ce soudain instinct fraternel ? La première fois, tu semblais beaucoup plus préoccupé par l’amour de ta vie que par la possibilité d’avoir un demi-frère »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: It's time to explain youself ft. Graham   Mar 13 Déc - 22:12


IT'S TIME TO EXPLAIN YOURSELF
Graham ξ Gordon

Bon, dire que Gordon n’avait pas l’air ravis de me voir était un doux euphémisme apparemment. D’un autre coté, je ne serais pas là si ça n’avait pas été le cas. Enfin, je n’aurais pas été en train de le stalker sans aucune honte. Enfin, je crois que je ne l’aurais pas été...

Je le suivis néanmoins du regard avec attention alors qu’il commençait à faire les cents pas, sans doute pour rassembler ses esprit et construire sa pensée. En ça, on était totalement différent lui et moi. Je ne réfléchissais jamais avant de parler, les mots, une fois formulé dans mon esprit semblant toujours se presser de franchir mes lèvres comme s’ils avaient la mort aux trousses.

« J’ai pas mal de raisons de t’en vouloir. Quand t’as fui l’Angleterre, il a bien fallu trouver un remplaçant, un nouvel héritier Kent. Devine qui est aussi un Kent et qui vivait dans l’ombre de la famille principale ? Coucou ! J’ai vécu ta vie pendant quelques années avant de moi aussi, mettre les voiles. Et toi, je peux savoir d’où te vient ce soudain instinct fraternel ? La première fois, tu semblais beaucoup plus préoccupé par l’amour de ta vie que par la possibilité d’avoir un demi-frère. »

Aouch... Je savais que ça ne serait pas forcément agréable, mais cette fois-ci, ce fut bien une réelle tristesse qui déforma mes traits. Avec un peu de chance cependant, mon demi-frère n’aurait pas encore appris à différencier mes moments de grandiloquences et mes moments d’honnêteté. Je n’aimais pas afficher mes faiblesses, et encore moins être lu par mon entourage.

Cédant à la facilité, je laissais la colère se hisser en rempart entre moi et la sensation d’avoir faillis à un devoir dont je n’avais jamais eus la connaissance. Fronçant les sourcils, tentant de chasser le sentiment d’échec qui m’avait envahis, menaçant de me noyer. Mon regard furieux se campa dans celui de Gordon.

« Tu n’as pas le droit de juger une situation dont tu ignores tout ! J’étais en train de le perdre. Je donnerais ma vie pour la sienne sans même avoir besoin d’y penser, ce qui arrivera probablement à un moment ou un autre, et j’étais en train de le perdre. Excuse moi de t’avoir fais passer en second après l’homme le plus important de ma vie ! La prochaine fois qu’un inconnu débarquera en prétendant avoir un lien de sang avec moi, je laisserais tout tomber pour me pencher sur la question. »

Je pris une grande inspiration, et expirais tout aussi longuement, me passant les mains dans les cheveux pour tenter de me reprendre, de me calmer. Péter les plombs ne me ressemblait pas. Les seules personne a parvenir à obtenir se genre de réaction de ma part étaient Vind et Niall. Jamais personne ne m’avait fait réagir de la sorte aussi rapidement. Est ce que c’était donc ça, une relation fraternelle ? Est ce que c’était une sorte de règle universelle justifiant soudainement toutes les disputes entre frère du monde ?

« Mais Lester a merdé. Je... J’ai merdé. J’ignorais complètement avoir un petit frère. Si j’avais sus que Gavin allait reporter ses espoirs sur toi, je ne serais jamais partis. Il est probable qu’après le scandale, il se serait de toute façon tourné vers toi, mais j’aurais du être là pour m’interposer... »

Je poussais un nouveau soupir avant d’aller m’adosser contre l’un des mur glacé de la chambre froide, me laissant glisser jusqu’au sol, passant à nouveau mes mains dans mes cheveux. Je notais distraitement que ces dernières tremblaient. Et ce n’était pas forcément que le froid qui était à l’oeuvre ici... Je n’avais pas l’habitude de faire face à mes émotions, préférant les cacher sous un masque au point de me convaincre moi même qu’elles n’existaient pas.

Un rire triste et désabusé se fraya un chemin dans ma gorge. Je ne savais tout simplement pas quoi dire ou faire pour que les choses s’arrangent. Les gens qui gravitaient autour de moi s’étaient toujours accommodé de mon attitude égoïste et sans-gêne. Je ne savais pas comment convaincre Gordon de ma sincérité, ça faisait maintenant trop longtemps que je n’avais plus eus à le faire avec quiconque.

« Et dire que j’ai toujours voulu avoir un frère... »

Mon regard chercha à nouveau le sien, affichant un sourire triste que je ne parvenais pas à réprimer, une pointe d'espoir au fond des prunelles.

« Mais je suis là maintenant... Et je veux faire les choses bien... Si tu es d'accord pour essayer de réparer les choses ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: It's time to explain youself ft. Graham   Mer 14 Déc - 21:22



It's time to explain yourself
Graham ξ Gordon

Je crois que j’ai touché en plein dans le mille. A moins qu’il ne joue encore la comédie, comme il sait si bien le faire. Je ne sais pas s’il a déjà été sincère, ou s’il s’est toujours caché derrière un masque. Est-ce qu’il feint cette tristesse ou est-ce que son masque s’est brisé ? Je ne sais pas et je m’en fiche pas mal. Pour une fois que je peux lui dire ce que je pense de lui, je ne m’en prive pas. Depuis tout ce temps, j’ai rêvé de pouvoir lui dire que c’était qu’un enfant gâté et égoïste. Même lorsque je lui ai annoncé qu’il avait un frère, il s’est encore fait passé avant. Je ne demandais pas à ce qu’il me saute autour du cou non plus, je ne pense pas que je l’aurais accepté de toute façon, mais juste, de s’arrêter au milieu de son discours enflammé, pour juste prendre le temps de considérer cette possibilité. Je demandais rien de plus, juste quelques secondes d’attention. C’était visiblement trop.

« Tu n’as pas le droit de juger une situation dont tu ignores tout ! J’étais en train de le perdre. Je donnerais ma vie pour la sienne sans même avoir besoin d’y penser, ce qui arrivera probablement à un moment ou un autre, et j’étais en train de le perdre. Excuse moi de t’avoir fais passer en second après l’homme le plus important de ma vie ! La prochaine fois qu’un inconnu débarquera en prétendant avoir un lien de sang avec moi, je laisserais tout tomber pour me pencher sur la question. » J’en ai marre de passer second, on a bien vu ce que ça a donné. Je te demande pas de pleurer sur mon sort, ça ne vaut pas le coup mais juste d’admettre que c’est de ta faute. Ce jour-là, c’était la première fois qu’on se rencontrait réellement, la moindre des choses auraient été de t’arrêter, juste une minute, après, tu aurais pu reprendre ta vie et moi la mienne, de toute façon, j’ai toujours fait comme ça, avec ce que j’avais, et c’est très bien, je ne me plains pas. Ma gorge se serre, ça me fait mal qu’il me traite d’inconnu alors que je n’ai jamais cessé d’entendre parler de lui, étant plus jeune. Tout tournait autour de la famille Kent, tout tournait autour de Gavin et lui. Ah tiens, de la jalousie, ça faisait longtemps. Décidément, Lester ne fait ressortir que les mauvais côtés…

« Mais Lester a merdé. Je... J’ai merdé. J’ignorais complètement avoir un petit frère. Si j’avais sus que Gavin allait reporter ses espoirs sur toi, je ne serais jamais partis. Il est probable qu’après le scandale, il se serait de toute façon tourné vers toi, mais j’aurais du être là pour m’interposer...
- Oui, mais tu ne l’étais pas. Cette période est une des pires de ma vie et c’est à cause de toi. Bien sûr, c’est pas ta faute, pourquoi ça le serait ? T’étais pas au courant, tu t’es enfui et tant pis pour les dommages collatéraux »

Je suis amer, beaucoup plus que ce que j’aurais voulu. Mes phrases sont teintées par la rancœur que je nourris pour lui depuis des années. Je sais que ce n’est pas sa faute, qu’il ne pouvait pas prévoir mais c’est arrivé. Ce que je ressens en ce moment pour lui, c’est tous ces moments de souffrance qui l’ont bâtis, pierre par pierre. J’étais enfermé dans cette prison d’or et d’argent, tout ça à cause de ses conneries. La colère maintenant, je passe par un éventail d’émotions, toutes plus désagréables les unes que les autres.

Je continue de marcher, pour évacuer ce trop-plein d’émotions, et pour m’éloigner de Lester. Son rire, triste, résonne dans la chambre froide. Mon attention se reporte malgré moi sur lui. « Et dire que j’ai toujours voulu avoir un frère... » Ah oui ? J’ai toujours voulu avoir une famille normale, on n’a pas toujours ce qu’on veut dans la vie. « Mais je suis là maintenant... Et je veux faire les choses bien... Si tu es d'accord pour essayer de réparer les choses ? » Je ne réagis pas, je ne sais pas quoi en penser, ni quoi dire. Sans parler du fait que je suis actuellement totalement perdu. Je l’ai détesté, haï, lui, Gavin et tous ces hypocrites de la haute bourgeoisie. Tous sont responsables mais Lester en est l’instigateur. Tout a commencé avec lui. Je ne sais pas si j’ai envie de lui pardonner. Cette rancœur, elle m’habite depuis si longtemps, est-ce que je suis prêt à la laisser tomber ?

Je continue de fixer le sol, en silence. J’ai toujours voulu avoir une famille fonctionnelle et voilà que je repousse un frère. Mes pensées et mes sentiments se contredisent, je déteste avoir à faire face à ce genre de questions. Il assure vouloir se racheter mais je ne sais pas si je pourrais passer au-dessus un jour. Les conséquences de son départ sont les raisons du mien. « Même si tu n’étais pas au courant de mon existence, je ne peux m’empêcher de te blâmer, parce que sans ton départ, ça ne serait jamais arrivé » Je relève enfin les yeux vers lui, une once de tristesse voilant mes prunelles. « Mais te repousser aujourd’hui serait stupide, et injuste » Ces paroles me coûtent énormément, devoir mettre de côté ce sentiment de colère qui m’avait accompagné durant tant d’années laisse un vide derrière lui, un vide effrayant.

Mes mains se posent sur l’écharpe de Lester autour de mon cou. Je devrais lui rendre, il a l’air d’en avoir plus besoin que moi. Je m’approche de lui et je m’agenouille à ses côtés. Délicatement, je retire l’écharpe et je la noue doucement autour de son cou. Le froid mord de nouveau la peau à nue de ma nuque. Instinctivement, je passe une main sur la petite cicatrice. Ça me démange, cette sensation de corps étranger, indésirable, me fait frisonner. Je m’assois à ses côtés et je m’adosse au mur glacé, je sens le froid pénétrer à travers mes vêtements. « Alors, dis-moi, qu’est-ce que t’es devenu après avoir quitté l’Angleterre ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: It's time to explain youself ft. Graham   Mer 14 Déc - 22:03


IT'S TIME TO EXPLAIN YOURSELF
Graham ξ Gordon

« Oui, mais tu ne l’étais pas. Cette période est une des pires de ma vie et c’est à cause de toi. Bien sûr, c’est pas ta faute, pourquoi ça le serait ? T’étais pas au courant, tu t’es enfui et tant pis pour les dommages collatéraux »

Je fermais les yeux un bref instant, tentant de refouler la colère qui tentait toujours de grimper en moi, comme pour me protéger de sentiments bien plus dévastateur encore. Faire le choix de tout abandonner, d’arrêter d’être Lester, n’avait pas été aussi facile que j’avais tendance à le prétendre. C’est d’ailleurs pour cette seule raison que je n’aimais pas en parler. Tout ce potentiel gâché.

Jusqu’à présent, je m’étais répété à moi même que cette renaissance était en fait une bonne chose, que jeter Lester aux orties pour Graham avait fait de moi ce que je suis, avait permis à des dizaines de mutants de trouver une meilleure vie, que je n’échangerais ça pour rien au monde. C’était faux bien sur. Une partie de moi se languissais de tout ce que j’avais du laisser derrière moi pour y parvenir. Oh, je l’avais enterré suffisamment profondément sous des couches et des couches de mantra et de nouveaux souvenirs. Quelque part, je n’avais jamais cessé de chercher les ennuis, ne fut ce que pour me tenir occupé.  

Ce n’est pas tant la famille Kent que je regrettais. Ou du moins pas celle que j’ais pu connaître. Non, c’était plus une histoire de rêve brisé qu’autre chose. Une utopie à laquelle je n’avais finalement jamais pu renoncer. Et Gordon m’offrait sur un plateau une toute nouvelle raison de regretter mon départ. J’avais été lâche. Et il ne m’en avait pas seulement coûté à moi même, mais aussi à mon frère.

Bien sur, les choses sont différentes aujourd’hui. Jamais je ne renoncerais à Vind, quoi qu’il m’en coûte. Lester était finalement un bien faible prix à payer en comparaison. Mais ne me montrais-je pas une fois de plus égoïste en ayant fait payer le prix de mon bonheur à ce frère que je ne connaissais même pas ?

« Même si tu n’étais pas au courant de mon existence, je ne peux m’empêcher de te blâmer, parce que sans ton départ, ça ne serait jamais arrivé. Mais te repousser aujourd’hui serait stupide, et injuste »

Ma gorge se sert alors que je relève la tête, mes yeux rencontrant les siens. Oh, tout n’étais donc pas perdu ? Comment exactement avais-je réussis à ne pas tout planter magistralement au juste ? Ne sachant trop que dire, je me contente de hocher doucement la tête, un fin sourire étirant doucement mes lèvres.

Je l’observe s’approcher de moi et s’installer à mes cotés. Je le laisse remettre mon écharpe en place sans commenter. Peut-être était-il encore un peu tôt que pour qu’il n’accepte des témoignages d’affections de ma part ? Je n’en avais strictement aucune idée. Je suivis ses mains du regard alors qu’il nouait délicatement l’écharpe autour de mon cou, comme je l’avais un peu plus tôt pour lui. Est ce que c’était sensé vouloir dire quelque chose ?

Quand je relevais le regard, ce fut pour le voir se masser la nuque, comme je le faisais souvent depuis qu’elle était marquée d’une cicatrice. Instinctivement, je me laissais aller contre lui. Juste assez que pour que nos épaules se touchent. Le contact avait quelque chose de tangible, de rassurant. J’avais toujours été quelqu’un de tactile. Sauf que jusqu’à présent, je n’en avais jamais eu rien à faire de ce que les gens en pensaient. Jusqu’à présent.

« Alors, dis-moi, qu’est-ce que t’es devenu après avoir quitté l’Angleterre ? »

Mon sourire s’élargit un peu plus et je tournais la tête vers Gordon pour le regarder, heureux qu’il essaie d’apprendre à me connaitre un peu plus. Le fait est que je ne devrais probablement pas aborder toute la partie Chipset de mon histoire en présence d’un agent d’ARES, mais à cet instant, je n’en avais juste plus rien à faire. De toute façon, il m’avait déjà mis sous les verrous une fois, on pouvait pas vraiment faire pire hein ?

« Je suis partis tout droit pour les USA. Officiellement, je suis un consultant en informatique à mon compte depuis lors. Officieusement, j’aide les mutants qui souffrent de persécutions à refaire leurs vies. »

Je ramenais mes deux mains en coupe devant mon visage avant de souffler dessus, tentant de me réchauffer comme je pouvais. C’est qu’il commençait à faire sacrément froid là dedans.

« Nouveaux papiers, nouvelle identité, nouveaux compte en banque, nouvelle maison, nouvelle vie. J’essaie de faire une différence avec le don qui m’a été donné. »

Je sentis une étincelle de malice s’allumer dans mes pupilles alors que je poursuivais.

« Bon, ok, j’utilise un peu aussi mon pouvoir pour m’amuser. Les petites vengeances de la vie. Tu savais que, chaque année, Gavin faisait un don important pour une association caritative qui aide les pauvres ? Lui non plus. Aller, assez parlé de moi, ma vie n’est pas aussi fascinante que ça. Raconte moi comment un Kent a pu finir dans les bureaux d’ARES. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: It's time to explain youself ft. Graham   Mer 21 Déc - 0:22



It's time to explain yourself
Graham ξ Gordon

Est-ce que j’ai bien fait de lui pardonner ? Non, pardonner n’est pas le bon mot. Est-ce que j’ai bien fait de faire taire la rancœur et la colère que je ressentais pour lui ? Ne me serais-je tout simplement pas laisser berner par cet tristesse qui déformait ses traits ? Je me suis laissé croire qu’il regrettait réellement mais si je m’étais trompé ? Et s’il jouait avec moi comme il joue avec tout le reste, sans aucune considération pour les conséquences ? Il l’a déjà fait une fois, il pourrait recommencer. Et cette fois, je ne pourrais que me blâmer pour avoir été assez stupide pour croire à cette utopie.

Toutefois, je jette un regard à nos deux épaules qui se touchent. J’ai envie d’y croire. Ça me fait mal de l’avouer, j’ai pas envie d’oublier, de le laisser s’en tirer sans payer le prix de la souffrance que j’ai enduré. Ça semble trop facile. Si ça se trouve, demain, il aura déjà oublié. Ça ne m’étonnerait même pas. Finalement, je n’ai pas envie d’abandonner maintenant la chasse aux sorcières. Je sais ce que j’ai dit, je ne peux plus le retirer mais je ne peux pas balayer d’un revers de la main tout ce que son comportement passé m’inspire. Je refuse de laisser ma carapace se briser pour un frère qui ne s’est jamais soucié de moi. Finalement, mes mots n’étaient que des paroles en l’air, sans aucun fondement, je n’y croyais pas, comment j’aurais pu ? Son visage semblait sincère mais ses actes le contredisent. Ça remonte peut-être à des années mais je n’ai pas oublié.

« Je suis partis tout droit pour les USA. Officiellement, je suis un consultant en informatique à mon compte depuis lors. Officieusement, j’aide les mutants qui souffrent de persécutions à refaire leurs vies. Nouveaux papiers, nouvelle identité, nouveaux compte en banque, nouvelle maison, nouvelle vie. J’essaie de faire une différence avec le don qui m’a été donné. Bon, ok, j’utilise un peu aussi mon pouvoir pour m’amuser. Les petites vengeances de la vie. Tu savais que, chaque année, Gavin faisait un don important pour une association caritative qui aide les pauvres ? Lui non plus. Aller, assez parlé de moi, ma vie n’est pas aussi fascinante que ça. Raconte moi comment un Kent a pu finir dans les bureaux d’ARES. »

Un sourire étire mes traits malgré moi. Bien fait pour Gavin. Ça le mettrait dans tous ses états si jamais il venait à l’apprendre.

« Ma vie n’est pas plus fascinante. J’ai vécu dans la peau d’un Kent pendant quelques années, juste le temps de finir mes études, avant de claquer la porte. J’ai pas mal voyagé, surtout en Europe et en Asie. J’ai vécu deux ans au Népal avant de venir m’installer aux USA. J’ai découvert mes pouvoirs par hasard et je me suis engagé dans ARES. Rien d’exceptionnel. »

Je frissonne et je replie mes genoux contre mon torse, enroulant mes bras autour. Je commence à être frigorifié. Il faudra bien sortir à un moment où un autre. Sauf que si je fais ça, Lester risque d’être blessé, ou pire. Non, je ne m’inquiète pas, je respecte le protocole, c’est différent.

« Là-bas, j’ai trouvé une véritable raison de me lever le matin. J’ai choisi ce que je voulais faire, personne ne m’y a forcé ou a conditionné mon choix. C’était la première fois que je choisissais ce que je voulais réellement devenir, il n’y a pas eu de grand manitou pleins aux as pour me dire de faire ça et de surtout pas me plaindre de la chance que j’avais. »

Le seul désavantage, c’est cette puce. Oui, je sais, c’est la loi, c’est pour nous protéger, c’est pour rassurer les populations, je sais tout ça et dans l’ensemble, je suis d’accord mais, je ne sais pas, dans un sens, ça me gêne, ça m’irrite. Avoir ce traceur GPS sous la peau, c’est une atteinte à l’intimité, et à la liberté. Mais c’est la loi, on fait avec et si ça peut permettre à ce monde de tourner plus rond, je suis prêt à faire ce sacrifice.

« Ce boulot n'est pas parfait, il a des tonnes de défauts, mais c'est mon choix. Peut-être que je pourrai même faire changer leurs manières de l'intérieur... »

Je ne devrai pas lui en faire part, je ne sais même pas pourquoi je l'ai dit, c'est sorti tout seul, presque naturellement... Cette idée me trotte dans la tête depuis quelques temps déjà. Depuis que les missions finissent à peu près comme celle-ci. Ce n'est pas normal, c'est qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Pour l'instant, rien de concret, mais j'y réfléchis.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: It's time to explain youself ft. Graham   Jeu 29 Déc - 11:47


IT'S TIME TO EXPLAIN YOURSELF
Graham ξ Gordon

Oh, voilà un sourire qui fait plaisir. Je crois que c’est la première fois que je lui arrache un sourire un peu sincère. Comme quoi il y avait de l’espoir, pas vrai ? Dans tout les cas, j’étais résolu à ne plus laisser tomber mon frère. J’avais envie d’apprendre à le connaître.

Et, parallèlement, j’avais la sensation d’avoir une dette particulièrement lourde envers lui. Le genre de dette qu’il n’est pas évident d’ignorer. Sa vie a été marquée par mes choix, le moins que je puisse faire, c’est m’assurer qu’il aille bien maintenant et qu’il ne manque de rien. Et lui fournir ce qu’il lui manquait le cas échéant. Pas sur qu’il accepte mon aide, mais je n’avais pas vraiment prévu d’accepter le moindre refus de sa part.

« Ma vie n’est pas plus fascinante. J’ai vécu dans la peau d’un Kent pendant quelques années, juste le temps de finir mes études, avant de claquer la porte. J’ai pas mal voyagé, surtout en Europe et en Asie. J’ai vécu deux ans au Népal avant de venir m’installer aux USA. J’ai découvert mes pouvoirs par hasard et je me suis engagé dans ARES. Rien d’exceptionnel.
-Ow, il t’as fait faire quoi au juste ? Sciences-po, droit ou médecine ? »

Gavin avait toujours été obsédé par ces trois branche, comme la plupart des gens de la haute. Je n’étais parvenu à faire ingénieur uniquement parce que j’avais changé d’école dans leur dos. Mes pouvoirs étaient encore naissant et maladroits à l’époque, mais c’était suffisant. Et j’avais de toute façon du passer par la case étude forcée avant de pouvoir faire ce pourquoi j’étais vraiment taillé. Je suppose que Gordon n’a pas eut cette chance.

« Là-bas, j’ai trouvé une véritable raison de me lever le matin. J’ai choisi ce que je voulais faire, personne ne m’y a forcé ou a conditionné mon choix. C’était la première fois que je choisissais ce que je voulais réellement devenir, il n’y a pas eu de grand manitou pleins aux as pour me dire de faire ça et de surtout pas me plaindre de la chance que j’avais.
-Ouep, la dessus, on est pareil. Commencer ma nouvelle vie n’a pas forcément été la chose la plus facile, mais je suppose que c’est le prix de la liberté.
-Ce boulot n'est pas parfait, il a des tonnes de défauts, mais c'est mon choix. Peut-être que je pourrai même faire changer leurs manières de l'intérieur...  »

Je fronçais un bref instant les sourcils, fixant mon demi-frère comme s’il était une énigme insondable. Jusqu’ici sa détermination a faire appliquer la loi m’avait semblé sans faille. Et maintenant, il m’exposait ses doutes ? Venait-on de franchir une étape dans notre relation ?

Mais soudainement, il me semblait particulièrement injuste que je sois le seul à savoir qu’il fallait marcher sur des oeufs entre nous. Il était d’ARES, j’étais de la Confrérie. Pas vraiment compatible si vous voulez mon avis. Et, encore une fois, j’étais celui qui en savait plus que l’autre. D’habitude j’appréciais particulièrement avoir un coup d’avance sur les gens mais, bordel, on parlait de mon petit frère. Est ce qu’on ne pouvait pas jouer carte sur table une bonne fois pour toute ?

« Gordon... J’ai pas envie qu’il y ait de secrets entre nous. Je pense que Gavin en a déjà assez fait de ce coté là. Mais, sincérement, je crois pas que tu vas apprécier ce que j’ais à te dire. »

J’enroulais mes bras autour de moi, autant pour me protéger du froid que pour me protéger de la plus que probable mauvaise réaction de l’inhumain.

« Mais avant, faut que tu saches un truc sur moi. Je suis profondément pacifiste. La violence me répugne, je ne ferais jamais rien qui puisse blesser quelqu’un. Je suis d’ailleurs persuadé que c’est ce qui me tuera un jour... Ça ou un accident de voiture... Bref. Pas le sujet. Donc ouais, profondément pacifiste. La seule personne que j’ai jamais attaqué c’était un extra-terrestre chelou sur la lune, mais c’est une autre histoire. »

Je me gardais bien de mentionner les gens que je n’avais pas directement blessé mais qui l’avaient été par ma faute, par mes actions pour la Confrérie. Mais on ne faisait pas vraiment d’omelette sans casser des oeufs, pas vrai ? C’était plus ou moins inévitable, compte tenu de la situation actuelle.

Je relevais le regard pour plonger mes yeux dans ceux de Gordon, soudainement en proie au doute. N’étais-je pas en train de faire une énorme connerie ? Est ce que, vraiment, il était possible qu’un confrériste et un agent d’ARES entretiennent une relation fraternelle ? Il allait me repousser, c’était certain. Et je me retrouverais de nouveau seul. Mais n’était ce pas plus simple finalement ? Non, je ne serais pas seul, j’avais Vind. Tant qu’il serait là, je ne serais plus seul. Mais pour combien de temps me supporterait-il au juste ?

En proie à la nervosité et à la peur, je sentis mon corps se charger d’électricité statique, mes cheveux se dressant d’eux même à l’arrière de ma nuque. Je me décalais sur le coté, rompant le contact de mon épaule sur celle de mon demi-frère pour éviter de lui transmettre le courant que je venais de générer par accident, lui offrant un regard d’excuse.

« Je t’ais dis que j’aidais les mutants en difficulté à se trouver une nouvelle vie ? Et bien, il se trouve que ça a finit par attirer l’attention de certaines personne. Le SHIELD entre autre, mais ça c’est pas grave. Il y a des années de ça maintenant, la Confrérie m’a contacté. Laisse moi finir avant de partir en vrille. La Confrérie est loin d’être aussi violente que ce que lui accorde sa réputation. Sinon, je ne les aurait pas rejoins. Je suis un pacifiste. Je bosse avec la Confrérie depuis des années et le seul être vivant que j’ai blessé, c’était un homme vert sur la lune. Je fais ce que j’estime juste pour l’avenir des mutants. Pour qu’on puisse un jour vivre sans avoir peur de ce que nous sommes, du regard des autres sur nous. »

Je me tus finalement, les yeux fixés sur Gordon, dans l’attente de sa réaction. Il allait s’énerver, il allait crier, il ne voudrait plus jamais avoir rien à faire avec moi. Et peut-être que c’était plus simple comme ça, peut-être que c’était tout ce que je méritais après tout.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: It's time to explain youself ft. Graham   Dim 8 Jan - 2:05



It's time to explain yourself
Graham ξ Gordon

« Gordon... J’ai pas envie qu’il y ait de secrets entre nous. Je pense que Gavin en a déjà assez fait de ce coté là. Mais, sincèrement, je crois pas que tu vas apprécier ce que j’ai à te dire. » Ah, je le savais ! Je me doutais bien que ce n’était pas tout. Il va falloir que je lui pardonner quoi en plus ? Avoir bousillé une partie de ma vie, ça ne lui a pas suffit ? Ça me ferait bien marrer qu’il m’annonce qu’il bosse pour la Confrérie, tiens. Ce serait parfait. Ça confirmerait que, finalement, j’ai bien fait de ne pas lui pardonner. J’inspire profondément. Il ne m’a encore rien dit, je ne vais pas commencer à m’énerver. J’ai l’impression d’avoir les nerfs à vifs quand je suis en compagnie de Graham. Pas étonnant, aussi mais même Robbie n’arrive pas à me faire monter dans les tours aussi vite.

« Mais avant, faut que tu saches un truc sur moi. Je suis profondément pacifiste. La violence me répugne, je ne ferais jamais rien qui puisse blesser quelqu’un. Je suis d’ailleurs persuadé que c’est ce qui me tuera un jour... Ça ou un accident de voiture... Bref. Pas le sujet. Donc ouais, profondément pacifiste. La seule personne que j’ai jamais attaqué c’était un extra-terrestre chelou sur la lune, mais c’est une autre histoire. » J’arque un sourcil. Ok, ça part mal, ça part très mal. Je ne suis même pas sûr de vouloir entendre la suite. Me préciser de cette manière qu’il est pacifiste, ça n’a rien pour me rassurer ou me mettre en confiance. Je le toise du regard, attendant impatiemment la suite. Alors, c’est quoi ce grand secret que tu as à dire ? Si secret et pas bien que t’es obligé de rappeler ta non-violence ?

Quelque chose contre mon épaule me titille. Il se décale, penaud, après m’avoir presque donné un petit coup de jus. Je ne m’en préoccupe pas, je suis dans l’expectative, j’attends ses prochains mots. Je veux savoir pourquoi il prend autant de pincettes tout à coup. « Je t’ai dis que j’aidais les mutants en difficulté à se trouver une nouvelle vie ? Et bien, il se trouve que ça a finit par attirer l’attention de certaines personne. Le SHIELD entre autre, mais ça c’est pas grave. Il y a des années de ça maintenant, la Confrérie m’a contacté. Laisse moi finir avant de partir en vrille. La Confrérie est loin d’être aussi violente que ce que lui accorde sa réputation. Sinon, je ne les aurait pas rejoins. Je suis un pacifiste. Je bosse avec la Confrérie depuis des années et le seul être vivant que j’ai blessé, c’était un homme vert sur la lune. Je fais ce que j’estime juste pour l’avenir des mutants. Pour qu’on puisse un jour vivre sans avoir peur de ce que nous sommes, du regard des autres sur nous. » J’en reste bouche bée. Je ne pensais pas avoir raison pour la Confrérie. J’ai dit ça sous le coup de la colère, je ne m’attendais certainement pas à ce que ce soit vrai. Je ne sais pas quoi dire. Je suis tellement dégoûté par ce que je viens d’entendre. Il a beau répéter qu’il est pacifiste, il fait partie de cette organisation, donc, ils tolèrent leurs actes. Ça me donne envie de vomir… Et dire que ce type est mon demi-frère. Je serre les dents et je me relève, guidé par une colère sourde « Faut que je sorte d’ici » Je veux plus rester dans la même pièce que lui. Tant pis pour les dommages collatéraux, tant pis s’il se retrouve blessé, mais là, c’est trop pour moi. Je me barre d’ici.

Je me place juste derrière la porte, fiévreux. J’envoie une puissante onde de choc qui envoie valser la porte et le gorille endormi sur plusieurs mètres. Je l’avais pas fait jusque là, j’aurais très bien pu. Au fond de moi, je voulais vraiment lui laisser une chance de s’expliquer. Je comptais pas vraiment lui pardonner mais juste de savoir qu’il regrette, ça me fait sentir un peu mieux. La boucherie est complètement ravagée, je vais encore me faire taper sur les doigts par les dirigeants d’ARES. Qu’ils aillent se faire voir pour une fois, actuellement, j’ai toutes les raisons du monde de m’énerver et de me lâcher un peu. Godzilla commence à se relever, visiblement surpris par ce retournement de situation. D’un mouvement sec, je l’envoie bouler dans un autre coin de la boucherie, peut-être plus fort que je ne l’aurais voulu. Je lance un regard noir à Lester « Soit tu me donnes ton téléphone le temps que j’appelle des renforts, soit, tu te casses immédiatement d’ici. Dans tous les cas, t’avises même pas de t’excuser, j’en ai ma claque de tes mensonges » Un rire désabusé franchi mes lèvres « Sérieusement, la Confrérie ? C’est pour ça que t’as quitté l’Angleterre ? C’est pour ça que tu t’es permis de foutre en l’air ma vie ? Pour un groupe terroriste qui se considère supérieur et qui n’hésite pas à faire sauter des bâtiments ! Waw, tellement fier de mon frangin. » Je me passe rageusement une main dans les cheveux, garder le contrôle sur mes pouvoirs n’a jamais été aussi difficile qu’en ce moment. Tout en serrant les dents, je lui crache presque ces mots au visage « Oh, et pour information, j’ai fait médecine. »

Est-ce que les pouvoirs de Gordon commencent à faire des leurs ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 22/10/2015
Messages : 776
Dollars : 5412

MessageSujet: Re: It's time to explain youself ft. Graham   Dim 8 Jan - 2:05

Le membre 'Gordon Kent' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Actions RP' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mnoii.forumactif.be
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: It's time to explain youself ft. Graham   Mar 21 Fév - 19:07


IT'S TIME TO EXPLAIN YOURSELF
Graham ξ Gordon

« Faut que je sorte d’ici »

Je pinçais les lèvres. Je n’aurais pas du dire ça. Mais c’était sans doute pour le mieux. S’il pouvait juste décider qu’il ne voulait plus jamais me voir, tout ça serait beaucoup plus simple. Je sursautais quand la porte de la chambre froide s’arracha de se gonds. Bon, je l’avais vraiment énervé… Je passais ma main sur ma nuque et grimaçais à nouveau avant de faire un pas prudent vers lui.

Je sursautais à nouveau quand il envoya bouler King Kong dans un coin. Au moins il ne défoulait pas ses nerfs sur moi, c’était toujours ça de prit. J’aurais eu l’air bien con, après avoir répété en boucle à Vind qu’il n’y avait aucune inquiétude à avoir à propos de mon demi-frère, de revenir blessé de cette petite rencontre. Nos regard s’accrochèrent et se vissèrent l’un à l’autre. J’aurais bien détourné les yeux sauf que non, je n’avais pas honte de faire partie de la confrérie. J’en étais même fier. Il ne m’enlèverait pas ça.

« Soit tu me donnes ton téléphone le temps que j’appelle des renforts, soit, tu te casses immédiatement d’ici. Dans tous les cas, t’avises même pas de t’excuser, j’en ai ma claque de tes mensonges.
-Mes mensonges ? Quels mensonges ? Que les choses ne sont pas noir ou blanches ?
-Sérieusement, la Confrérie ? C’est pour ça que t’as quitté l’Angleterre ? C’est pour ça que tu t’es permis de foutre en l’air ma vie ? Pour un groupe terroriste qui se considère supérieur et qui n’hésite pas à faire sauter des bâtiments ! Waw, tellement fier de mon frangin.
-J’ai quitté l’Angleterre parce qu’il n’y avait plus rien pour moi là-bas. Puis j’ai entrepris de sauver d’autres mutants victimes d’oppressions. Puis seulement la Confrérie m’a contacté. As-tu seulement idée du nombre de laboratoire qu’on a du démanteler ? Tous, sans exceptions faisaient des test illégaux sur des sujets mutants. Sais tu seulement le nombre d’arme anti-mutant qui sont actuellement en construction ? Le nombre de personne qui cherchent un “vaccin” pour nous “soigner”? Les méthode ne sont pas toutes roses, mais blâme moi de vouloir protéger les gens seulement. C’est pas ce que t’es aussi sensé faire, avec ton sois-disant programme de recensement ? En quoi est ce que nous traiter comme du bétail que l’on marque est différent, dis moi ?  »

Les mots étaient sortis secs, froids et inquisiteurs. Je commençais à en avoir plus qu’assez de jouer le rôle du méchant dans tout ça. Et s’il ne voulait pas comprendre que je faisais de mon mieux pour faire une différence et aider les gens, à mon propre niveau, et bien je pense qu’on avait plus rien à se dire lui et moi. Cette conversation aura été vraiment édifiante, finalement. J’aurais sans doute du faire ça plus tôt… Ça m’aurait ôté d’un poids.

Mais je crois que mes mots ont terminer de l’énerver, parce qu’à ce moment là, le paysage autour de nous commença à virer vraiment bizarre. Les objets et autres débris se mirent à voler un peu partout. Je m’avançais pour sortir, mais en arrivant au niveau de mon demi-frère, je me trouvais repoussé en arrière. Je jurais et levais les bras pour protéger mon visage des débris qui voletaient et me remis en marche, me battant contre la force qui émanait de Gordon.

Graham parvient-il a ses fins ?:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 22/10/2015
Messages : 776
Dollars : 5412

MessageSujet: Re: It's time to explain youself ft. Graham   Mar 21 Fév - 19:07

Le membre 'Graham Johnson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Actions RP' :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mnoii.forumactif.be
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: It's time to explain youself ft. Graham   Dim 19 Mar - 0:11



It's time to explain yourself
Graham ξ Gordon

« J’ai quitté l’Angleterre parce qu’il n’y avait plus rien pour moi là-bas. Puis j’ai entrepris de sauver d’autres mutants victimes d’oppressions. Puis seulement la Confrérie m’a contacté. As-tu seulement idée du nombre de laboratoires qu’on a du démanteler ? Tous, sans exceptions faisaient des test illégaux sur des sujets mutants. Sais tu seulement le nombre d’arme anti-mutant qui sont actuellement en construction ? Le nombre de personnes qui cherchent un “vaccin” pour nous “soigner”? Les méthode ne sont pas toutes roses, mais blâme moi de vouloir protéger les gens seulement. C’est pas ce que t’es aussi sensé faire, avec ton sois-disant programme de recensement ? En quoi est ce que nous traiter comme du bétail que l’on marque est différent, dis moi ?
-Nous, on ne tue personne ! »

Il pense peut-être que je ne sais pas. Il pense peut-être que je ne suis qu’une marionnette aveugle et incapable de voir plus loin que le bout de son nez. « Allons, Lester, je suis allé sur le terrain, j’ai vu ce que certains confréristes s’autorisent à faire sous prétexte que c’est pour aider leurs frères. Votre cause est louable, pas vos méthodes ! » Je ne suis pas le méchant de cette histoire et ARES n’ont plus. On protège la population, on ne détruit pas tout sur notre passage en pensant que ça va plaider notre cause et rendre le monde plus sûr. J’y crois pas. Alors, c’est pour ça que ma vie a été sacrifiée ? Pour satisfaire les caprices d’un gamin utopiste ? Est-il aveugle à tout ce qu’à fait la Confrérie ? N’a-t-il pas vu les dégâts, les dommages collatéraux ? Est-il conscient de ce que leurs actions engendrent ? Non, bien sûr que non ! Il n’en a pas eu conscience à l’époque, pourquoi l’aurait-il maintenant ?

Alors, presque inconsciemment, mes pouvoirs se manifestent et leur contrôle m’échappe. J’ai rarement été aussi en colère et j’en veux tellement à Lester pour ses actions et son inconscience. Ce gars est un danger public. Il dit aider les mutants, mais il détruit des vies à côté, au final, de quel côté penche la balance ? La vie n’est une pas équation mathématique, on ne fait pas froidement un calcul pour savoir combien de vies sont sacrifiables pour en sauver d’autre. Pour qui se prend-il ? Il tente d’approcher, de se battre contre le champ gravitationnel, mais je le repousse sans mal. Ah non, certainement pas. Je ne sais plus à quoi m’attendre avec toi. Je m’attendais pas à des miracles, mais là, on a touché le fond.

J’en oublie la femme que j’étais venu appréhender, il ne reste plus que Lester et son incroyable capacité à me décevoir un peu plus à chaque fois qu’on se voit. Un peu comme avec Gavin, finalement. Comme quoi, tel père tel fils. D’ailleurs, je le vois s’acharner à essayer de remonter jusqu’à moi. Pourquoi est-ce qu’il se donne autant de mal ? Qu’est-ce qu’il essaye d’accomplir ? S’il croit que son entêtement va changer quoi que ce soit, il peut touj… Je m’immobilise lorsque les bras de Lester se resserrent autour de moi. Mais qu’est-ce qu’il fait ? Je suis totalement pris au dépourvu par sa réaction, si bien que les objets qui commençaient à virevolter dans la pièce s’écrasent lourdement au sol sous l’effet de la gravité. Je reste la bouche entrouverte, incapable d’émettre le moindre son ou de formuler une phrase cohérente. Après quelques secondes qui semblent s’étirer indéfiniment, je reprends consistance « Lester ? Lâche-moi. » Pas de réaction de sa part, je suis toujours prisonnier de ses bras. « Lâche moi tout de suite ! » Je force le passage et je me recule de quelques pas, ne quittant pas des yeux mon demi-frère. Je suis essoufflé, fatigué d’avoir déployé cette puissance sans le moindre contrôle. Je le détaille quelques secondes, encore décontenancé « Tu voulais faire quoi là ? Tu penses qu’avec un câlin, tout va s’arranger ? Tu crois peut-être qu’un peu d’amour fraternel va effacer tout ce qui s’est passé ? »

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: It's time to explain youself ft. Graham   

Revenir en haut Aller en bas
 
It's time to explain youself ft. Graham
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel, No one is innocent ::  :: Archives RP-