AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 [Double Défi] Voyage Inattendu |Soren&Samuel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Samuel Wilson
Secret Avenger - STAFF

Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 691
Multicomptes : Pas encore
Dollars : 1528
Avatar : Anthony Mackie

Age : 38 ans
Surnom : Sam
Nom de code : Falcon
Localisation : New-York
Pouvoir : Il est équipé d'un exo-squelette doté d'aile assez résistantes pour lui permettre de voler.
Métier : Ex Travailleur social et Avengers
Race : Humain / Hors Norme









MessageSujet: [Double Défi] Voyage Inattendu |Soren&Samuel   Jeu 22 Déc - 13:18

Voyage InattenduSoren & Samuel
Les choses n’étaient pas vraiment allées dans son sens dernièrement. Dernièrement, Samuel avait perdu ce qui s’apparentait à son meilleur ami. Ami qui avait péri lors d’une mission. Mission qui s’était révélée mortelle. Mortelle non pour lui mais pour Steve Rogers. Rogers qui l’avait remis sur les rails du combat. Combat qu’il n’avait pas mené comme il aurait dû le faire. Faire,il aurait se concentrer. Se concentrer sur ce qui arrivait à gauche plutôt qu’à droite. Droite qui s’est vue plus compliquée. Compliqué comme plusieurs ennemis qui avait déborder le Captain. Captain qui s’était vu dépasser par les événements… Evénements qui n’étaient pas allée comme il l’aurait souhaité. « Souhaité », un bien grand mot que Samuel avait du mal à utiliser maintenant. Maintenant, l’ancien militaire était plutôt du genre à ne rien souhaiter. Souhaiter était quelque chose qu’il ne s’autorisait plus. Plus depuis qu’il avait perdu deux hommes alors qu’il était censé surveiller leurs arrières. Arrières qui avaient fini entre quatre planches, six pieds sous terre. Terre qui l’avait vu pleurer pour Rogers et avant ça, pour Riley. Riley qu’il avait perdu des années auparavant et cette perte avait peut-être été le plus gros coup dur de sa vie. Vie qu’il avait passée à perdre des gens. Gens qui semblaient disparaitre les uns après les autres.

Samuel avait un peu de mal – beaucoup de mal- avec cette histoire. Histoire qui l’avait plus ou moins rendu dépressif. Dépressif dans le genre triste du terme. Terme bien choisit pour quelqu’un qui passait son temps à sourire et à faire des blagues avant la disparition de son ami. Ami qu’il venait d’ailleurs d’enterrer en grande pompe à New-York. New-York qu’il venait aussi de quitter pour pouvoir s’éloigner. S’éloigner de toute cette histoire et essayer de faire le point sur ce qu’il s’était passé et comment il allait pouvoir gérer. Gérer, pour l’instant, il n’y arrivait pas et n’arrivait pas non plus à enlever cette culpabilité. Culpabilité qui semblait vraiment lui coller à la peau et ne pas le quitter. Quitter était ce qu’il avait fait après l’enterrement et il n’avait pas eu de mal à sortir des Etats-Unis. Etats-Unis qui s’étaient révélés en deuil pour quelqu’un qu’ils chassaient encore la veille. La veille, Samuel avait mis les pieds sur le continent européen et dans le beau pays qu’était l’Autriche. L’Autriche qu’il avait d’ailleurs choisit complétement au hasard en posant son doigt sur un globe terrestre et partir sous ce qui se trouvait sous son doigt. Doigts qui se trouvaient à présent enroulés autours d’un verre d’alcool assez fort. Fort, peut-être un peu trop pour ce qu’il s’était passé après. Après…. Après, Samuel n’avait plus vraiment de souvenir. Souvenirs envolés et réveil douloureux.

Douloureux comme ses poignets. Poignets apparemment liés entre eux et dans une pièce à peine éclairée. Eclairée par quelques appliques collées aux murs. Murs qui semblaient être aussi défraichies que sa mémoire. Mémoire qui semblait ne pas vouloir revenir et Samuel pensa que boire des alcools étrangers n’était peut-être pas la meilleure des idées. Idées qui semblaient ne pas vouloir se rassembler alors qu’il passait de nouveau son regard dans la pièce. Pièce qui semblait regorger de surprises. Surprises qui se manifestaient par la présence d’un autre homme, tout aussi attaché que lui et apparemment autant dans le gaz que lui. Lui qui ne savait pas où il se trouvait ou comment il était arrivé dans cette pièce flippante. Flippante autant que les pensées qui lui traversaient l’esprit. Esprit qui commençait d’ailleurs à remettre tous les tiroirs dans les bonnes cases. Cases qui n’avaient pas encore retrouvé de la lumière à tous les étages. Etages qui ne semblait d’ailleurs pas présents dans la pièce dans laquelle il se trouvait accompagné par un homme qu’il n’avait jamais vu. Vu ou croisé d’ailleurs. Ailleurs ou lors des quelques heures qu’il avait passé à Vienne. Vienne, une bien belle ville qu’il aurait aimé visiter s’il ne se trouvait pas dans une pièce sans fenêtre avec une seule et unique porte. Porte qui s’ouvrit d’ailleurs sur 4 hommes, tous armés. Armés de bien belles armes et ils ne semblaient vraiment amicaux avec eux. Eux qui semblaient avoir de gros problèmes. Problèmes dont il ne connaissait pas l’étendue…

- Qu’est-ce que vous avez fait ? demanda-t-il alors à l’autre homme qui se trouvait à ses côtés.

Côtés assez proches d'ailleurs puisqu'ils étaient quasiment collés l'un à l'autre par les épaules. Épaules qui étaient quand même un peu douloureuses et qui l'interrogeait sur ce qu'il avait fait les heures précédentes.

Défis parce qu'on est des thugs :
 




_________________


The guilt is an old friend.
La culpabilité n'est pas rationnelle. C'est un poids qui vous écrase, qu'on le mérite ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [Double Défi] Voyage Inattendu |Soren&Samuel   Lun 26 Déc - 15:54



[DOUBLE DÉFI] - Voyage inattendu
Samuel ξ Søren

J’ai envie de voyager. Voyager aussi loin que le vent me portera. Portera ou volera hein, peu importe mais ce serait quand même plus pratique en avion. Avion que je ne pourrais prendre qu’à condition de mettre acheter un billet. Billet qui coûte de l’argent et dont j’ignorais que j’allais en avoir grandement besoin sur cette planète. Planète de merde sur laquelle je suis coincé depuis un moment déjà et dont les habitants me semblent de plus en plus étranges. Étranges, non pas dans leur fonctionnement biologique que je connais pas cœur, mais dans leur culture et coutumes, toutes différentes suivant le pays ou le continent. Continent au nombre de cinq, ou six parce qu’il y en a u composé uniquement de déchets humains. Humains, ou autres, car je ne pense pas être le seul alien échouer ici. Ici, sur Midgard, il doit au moins y avoir d’autres Skrulls, des infiltrés. Infiltrés dans ce système afin d’aider l’Empire Skrull. Skrull et uniquement Skrull, pas question d’aider qui que ce soit d’autre. Autre, je veux parler des Midgardiens, évidemment, ils sont bien gentils mais franchement, c’est de leur faute si on en est là aujourd’hui. Aujourd’hui, c’est de leur faute si je suis sur cette foutue planète.

Planète que j’ai décidé de visiter, parce que, malgré ma colère, je ne pourrai pas retourner à la maison. Maison dont j’ai été expulsé et qui me considère sûrement comme un traître. Traître, ce n’est aucunement moi, mais cet allumé de Urkt'Ktst. Urkt'Ktst , un autre exobiologiste Skrull croyant pouvoir sauver le monde. Monde qui se fout pas mal de son cas. Cas que j’espère régler à coup de X1R1, ce ne serait que justice.

Justice que je continue d’espérer, encore et toujours et qui ne me quitte à mon arrivée à Vienne, en Autriche. Autriche, un pays remarquable au nom amusant. Amusant, comme l’histoire de mon arrivée ici. Ici, arrivé avec le premier avion que j’ai vu, j’ai même pas cherché à comprendre ni à savoir où il se rendait. Rendait, à travers le hublot, une vue plutôt jolie pour une ville Midgardienne. Midgardienne, car oui, cette ville reste pourtant très basique et archaïque. Archaïque, un peu comme tout ce qui se trouve ici. Ici, à Vienne, j’ai pourtant trouvé quelque chose que j’avais pas croisé depuis… Depuis quelques jours. Jours qui me séparent de ce qu’on appelle communément des problèmes. Problèmes que, pour une fois, je n’avais pas cherché et qui me sont pourtant tombé dessus. Dessus et par surprise, bande de lâches.

« Lâches » est la première chose que je dis à mon réveil, encore sonné. Sonné, tout comme l’homme qui se trouve à mes côtés.

« Qu’est-ce que vous avez fait ?
Fait, mais absolument rien ! Rien du tout, je me baladais tranquillement et voilà que je me retrouve dans cet endroit. Endroit que je ne reconnais pas du tout, tout comme ces hommes en face de nous qui n’ont pas l’air d’être très amicaux. Amicaux ou pas, de toute façon, je dois sortir d’ici, j’ai des choses à découvrir, des gens à voir, une ville à visiter et un avion à prendre. Prendre de la bière en passant, c’est ça que j’ai failli oublier, heureusement que je suis là pour m’en souvenir, un peu plus et j’allais revenir les mains vides, ça aurait été dommage quand même. Même si bon, à choisir entre un kidnapping et revenir les mains vides, j’aurai… J’aurai choisi le kidnapping, ça va, c’est bon. Bon les gars, déridez-vous un peu, on dirait des Midgardiens du troisième âge, et dîtes-nous ce qu’il se passe, je suis pressé. Pressé de partir d’ici, vous savez, j’aime pas trop avoir les mains attachés et être enfermé, mauvais souvenirs. Souvenirs que je vous raconterai volontiers autour d’une pomme une fois que vous m’aurez détaché. Détaché et conduis jusqu’à la sortie, ou pas, je peux trouver ma route tout seul. Seul ou avec mon nouveau copain là, quoi que, vous pouvez le garder finalement. »

Finalement, ils ne font que se lancer des regardes interloqués avant que celui qui semble être l’alpha de la meute me dise de la mettre en veilleuse. Veilleuse sur laquelle mon regard se pose et dont la lumière éclaire un petit coin de la pièce, près de la porte. Porte définitivement fermée et ça n’a rien pour me plaire. Plaire à ces hommes est obligatoire si je veux sortir le plus vite possible de cette pièce. Pièce qui semble dangereusement rétrécir de plus en plus. Plus ou moins, je ne sais plus mais j’ai besoin de prendre l’air. Air qui commence à me manquer et dont j’ai besoin pour conserver mon calme. Calme qui glisse doucement entre mes doigts, tel du sable. Sable sur lequel mes pieds reposent et qui recouvre entièrement le sol de la pièce. Pièce qui se stabilise au fur et à mesure que je reprends ma respiration. Respiration toujours compliquée mais devenant de plus en plus facile. Facile oui, nécessaire oui. Oui, il faut que je sorte de là. Là, c’est la porte à environ cinq mètres de ma position. Position très inconfortable, je tiens à le souligner.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Samuel Wilson
Secret Avenger - STAFF

Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 691
Multicomptes : Pas encore
Dollars : 1528
Avatar : Anthony Mackie

Age : 38 ans
Surnom : Sam
Nom de code : Falcon
Localisation : New-York
Pouvoir : Il est équipé d'un exo-squelette doté d'aile assez résistantes pour lui permettre de voler.
Métier : Ex Travailleur social et Avengers
Race : Humain / Hors Norme









MessageSujet: Re: [Double Défi] Voyage Inattendu |Soren&Samuel   Mer 4 Jan - 21:44

Voyage InattenduSoren & Samuel
Quitter les USA n’était peut-être pas une bonne idée finalement. Finalement, il aurait mieux fait de rester cloitrer à se morfondre dans la base de Virginie. Virginie qu’il avait lâchement abandonné au profit d’un pays qu’il ne connaissait pas le moins du monde. Monde qu’il trouvait vraiment pourris en ce moment et bien plus depuis qu’il était enchaîné dans ce qui semblait être une cave. Cave qui n’était manifestement pas isolée, qui sentait le renfermé et qui faisait flippé. Flipper parce que quatre hommes armés se trouvaient devant lui et qu’ils ne semblaient pas là pour taper la discute. Discute que son compagnon d’infortune semblait avoir commencé. Commencer comme la patience des bonhommes. Bonhommes qui semblaient vraiment s’énerver au fur et à mesure de la tirade de son co-détendu. Co-détendu qui semblait d’ailleurs ne pas avoir la langue dans sa poche et qui possédait véritablement un don pour les longues élocutions. Elocution quasiment effectué sans une respiration. Respiration qui semblait être assez difficile. Difficile dans le sens où Samuel voyait bien que l’homme à ses côtés semblait paniquer. Paniquer n’était peut-être pas le mot adapté mais dans tous les cas, il n’était pas très à l’aise dans ce genre d’environnement. Environnement assez hostile, il ne pouvait que l’avouer. Avouer que lui aussi n’était pas vraiment à l’aise dans ce genre de situation. Situation plutôt cocasse pour quelqu’un comme lui. Lui qui était censé être un militaire aguerrit, ne pas se laisser attraper et combattre le crime. Crime dont il semblait être la victime. Victime vraiment pas au clair avec les attentes de ses ravisseurs. Ravisseurs qui les toisaient toujours avec leurs petits yeux minuscules. Minuscules comme la cave. Cave qui semblait déranger fortement son compagnon de galère.

- Galère. Galère, voilà dans quoi je me retrouve à vouloir quitter les USA. USA desquelles je n’aurais jamais dû partir. Partir, c’est d’ailleurs ce qu’on devrait faire vous ne pensez pas ? Pas parce qu’on est pas bien ici, mais plutôt parce que les quatre bonhommes qui se trouve devant nous n’ont pas l’air sympathiques. Sympathique comme la ville dans laquelle on se trouve et que je n’ai pas pu visiter parce que je me retrouve coincé avec un homme qui parle trop. Trop d’ailleurs, comme la fréquence de votre respiration. Respiration que vous devriez calmer. Calmer, comme les pensées qui semblent tourner dans votre tête.

Tête qui tournait d’ailleurs à plein régime de son côté. Côté qui semblait être beaucoup plus humide que le côté de son voisin parce que son T-shirt commençait doucement mais surement à tremper. Tremper comme l’était son front. Front était venu se poser sur les genoux qu’il avait replier sur sa poitrine. Poitrine et cœur qui commençaient à battre à cent à l’heure. Heure dont il ne savait d’ailleurs pas le nombre. Nombre qui semblaient imprimés sur l’un des avants bras d’un des hommes présents dans la pièce. Pièce qui était bien trop petite pour six hommes de leurs carrures. Carrures imposantes et qui n’aidait pas vraiment au confort des positions dans lesquelles ils se trouvaient, lui et le brun. Brun qui semblait évaluer l’étendue des solutions qui se présentaient à eux. Eux qui devaient absolument sortir de cette pièce et découvrir le pourquoi du comment ils étaient là. Là et ensemble, poings liés comme pour leur signifier qu’ils n’avaient pas intérêt à s’enfuir. S’enfuir, premier objectif qui s’était imprimé dans la tête de Samuel depuis qu’il avait plus ou moins retrouvé ses esprits. Esprits qu’il semblait avoir perdu pendant un petit moment après l’ouverture de ses paupières. Paupières qui papillonnaient pour essayer de se faire une idée du tableau global. Global comme l’attaque qu’il allait devoir mener contre ses assaillants. Assaillants qui discutaient maintenant entre eux dans une langue qu’il ne connaissait pas, ce qui lui laissait l’occasion de chuchoter avec son camarade.

- Camarade, il faut que nous quittions cette pièce. Pièce qui semble assez étroite pour qu’on puisse les éliminer rapidement. Rapidement et proprement ce serait quand même mieux. Mieux, si vous pouviez d’ailleurs me dire comment vous êtes arrivé là. Là qui semble être bien loin de l’avion et de la ville que vous deviez visiter. Visiter, c’est également ce que je devais faire en débarquant à Vienne…

Vienne qui ne semblait pas aussi hospitalière qu’il ne l’aurait imaginé. Imaginer, Samuel était assez loin d’imaginer la réaction du chef de bande à ses murmures. Murmures qui lui coutèrent un coup dans la mâchoire et un voyage dans les étoiles. Etoiles qui dansaient maintenant devant ses yeux. Yeux qui se posèrent sur son codétenu, lui demandant implicitement s’il avait une meilleure idée. Idée qui semblait être de limiter ses paroles pour éviter de récolter de nouveaux coups. Coups qui étaient quand même assez douloureux quand il y pensait.




_________________


The guilt is an old friend.
La culpabilité n'est pas rationnelle. C'est un poids qui vous écrase, qu'on le mérite ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [Double Défi] Voyage Inattendu |Soren&Samuel   Dim 12 Fév - 13:03



[DOUBLE DÉFI] - Voyage inattendu
Samuel ξ Søren

« Galère. Galère, voilà dans quoi je me retrouve à vouloir quitter les USA. USA desquelles je n’aurais jamais dû partir. Partir, c’est d’ailleurs ce qu’on devrait faire vous ne pensez pas ? Pas parce qu’on n'est pas bien ici, mais plutôt parce que les quatre bonhommes qui se trouvent devant nous n’ont pas l’air sympathiques. Sympathique comme la ville dans laquelle on se trouve et que je n’ai pas pu visiter parce que je me retrouve coincé avec un homme qui parle trop. Trop d’ailleurs, comme la fréquence de votre respiration. Respiration que vous devriez calmer. Calmer, comme les pensées qui semblent tourner dans votre tête.
- Tête qui va très bien, merci de vous en inquiéter, jusqu’à présent, elle m’a toujours sorti des pires situations. Situations comme celle-là par exemple. Exemple de bien piètre qualité, je le conçois, mais eh, personne n’est parfait. Parfait, ce n’est en tout cas pas l’adjectif que j’utiliserais pour qualifier notre situation quelque peu embarrassantes. Embarrassante surtout pour vous, Midgardiens. Midgardiens que je vais réduire en poussières si vous ne me détachez pas tout de suite ! Suite funeste que vous allez bientôt connaître dès que mes mains seront de nouveau libres »

Libre de nouveau, je pourrais m’en charger seul, mais ce serait griller ma couverture. Couverture que je m’évertue à maintenir depuis que je me suis retrouvé sur Midgard sans aucun moyen de rentrer, ou plutôt, je ne veux pas rentrer. Rentrer pour me faire traiter de traître et de déserteur ? Déserteur ne fait pas partie des substantifs dont je vante et de toute manière, je ne le mérite pas. Pas parce que j’ai bel et bien quitté mon poste, mais parce que ce Skrull m’a téléporté ici contre mon gré. Gré maltraité et de nouveau bâillonné. Bâillonné, le Midgardien à côté de moi ne serait pas de refus, il parle trop. Trop à mon goût et visiblement, au goût des quatres fils de Krees en face de nous. Nous qui ne voulons que sortir et continuer tranquillement nos vies. Vie que je m’efforce depuis 30 ans maintenant de préserver, ce n'est pas pour la perdre maintenant.

« Maintenant, bouclez-là. Là, j’ai un couteau dans la main et devinez quoi, ce n’est pas pour couper vos liens, bien au contraire »

Contraire ou pas, approche-toi un peu, tu vas voir si ces pauvres liens vont me retenir, le SHIELD n’y est pas parvenu alors quatre Midgardiens sous-évolués, laissez moi rire. Rire qui résonne dans la pièce en réponse aux menaces de l’un d’entre eux. Eux, qui pensent que capturer un Skrull est chose aisé, ça va leur faire tout drôle. Drôle, comme cette situation, je suis sur le point de griller ma couverture, et ce, sous le nez de cinq personnes, ça en fait des vies à supprimer. Supprimer ces vies où voir ce que j’ai bâti jusqu’à présent s’écrouler, je dois faire un choix. Choix nouveau qui s’offre à moi, je souris légèrement, j’en aurais presque oublié que les pouvoirs, c’est chose courante, maintenant.

« Camarade, il faut que nous quittions cette pièce. Pièce qui semble assez étroite pour qu’on puisse les éliminer rapidement. Rapidement et proprement, ce serait quand même mieux. Mieux, si vous pouviez d’ailleurs me dire comment vous êtes arrivé là. Là qui semble être bien loin de l’avion et de la ville que vous deviez visiter. Visiter, c’est également ce que je devais faire en débarquant à Vienne…  
- Vienne ou pas, je venais juste en voyage, la ville m’importe peu. Peu voire pas du tout, je fais juste du tourisme. Tourisme qui s’éternise et de jour en jour, j’en apprends de plus en plus sur vous et chaque jour, je me demande comment ça se fait que vous ne vous êtes pas encore tous entre-tué. Entretué ou égorgé, ça m’arrangerait, ça me ferait moins de travail et vous n’auriez pas dispersé votre foutue maladie. Maladie qui tue de plus en plus, l’avez-vous remarqué ? Remarqué non, j’en doute, vous ne seriez pas là à faire du tourisme également, vous seriez en labo ou en train de mettre vos services à profit. Profit qui semble personnel, n’est-ce pas ? Pas que je vous juge hein, ça ne s'est pas nouveau, mais que faites vous en Autriche ? Autriche, il faudra peut-être penser à changer le nom d’ailleurs... »

D’ailleurs, sans attendre sa réponse, je transforme mes mains en sabres et je coupe mes liens, sous le regard effaré des quatre glandus. Glandus oui, c’est un nouveau mot que j’ai appris il n’y a pas longtemps, je l’aime bien. Bien, je coupe également ceux de mon compagnon d’infortune, mais bon, c’est un Midgardien, je n’aurais pas besoin de son aide pour sortir de cet endroit. Endroit peut-être trop étroit pour réellement engager un combat avec ces gens, et de toute façon, j’ai perdu un peu de ma forme olympique depuis que j’ai travaillé sur la Zone Bleue, de toute façon, je n’ai jamais été très sportif. Sportif par contre, c’est le cas du Midgardien là, mouais, il a sûrement quelque chose à compenser. Compenser peut-être son intelligence déjà limitée par son appartenance à l’espèce humaine.

« Humaine, ou humain, peu importe, je t’ai sauvé la vie, tu m’en dois une. Une fois qu’on sera sorti d’ici, faudra qu’on discute, je pense qu’on va avoir des choses à se dire. Dire tout ça, maintenant, est inutile et nos hôtes s’énervent et rassemblent leurs armes. Armes que j’espère toujours en votre possession ou du moins, à portée de main ? Mains visiblement vides, comment avez-vous fait pour survivre aussi longtemps, vous êtes tellement fragiles, un kidnapping et il n’y a plus personne »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Samuel Wilson
Secret Avenger - STAFF

Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 691
Multicomptes : Pas encore
Dollars : 1528
Avatar : Anthony Mackie

Age : 38 ans
Surnom : Sam
Nom de code : Falcon
Localisation : New-York
Pouvoir : Il est équipé d'un exo-squelette doté d'aile assez résistantes pour lui permettre de voler.
Métier : Ex Travailleur social et Avengers
Race : Humain / Hors Norme









MessageSujet: Re: [Double Défi] Voyage Inattendu |Soren&Samuel   Jeu 16 Fév - 15:20

Voyage InattenduSoren & Samuel
Midgardien était un mot qu’il avait entendu dans la bouche d’une seule personne depuis qu’il avait rejoint les Avengers. Avengers qui étaient composés de Thor. Thor qui appelait bien volontiers les habitants de la terre Midgardiens. Midgardiens dont il faisait partie et qui se demandait maintenant d’où venait son compagnon d’infortune. Infortune d’ailleurs bien pauvre puisqu’il se trouvait à côté d’un homme qui ne venait pas de la planète terre. Terre qui semblait propice à recevoir tous les perdues de la galaxie. Galaxie qu’il voyait maintenant plus grande depuis qu’il avait rencontré des aliens, qu’il avait vu des méchants descendre du ciel et qu’il était accroché à l’un des aliens venu ici pour raison inconnu. Inconnu comme les motivations des quatre hommes qui se trouvaient toujours devant eux et que le brun venait de menacer. Menacer n’était peut-être pas la meilleure des manières pour rester en vie mais l’homme à ses côtés semblait d’une toute autre opinion. Opinion qui n’était pas vraiment écouté de la part des preneurs d’otage. Otage parce qu’il en était actuellement un et que cela ne lui était pas arrivé depuis longtemps. Longtemps comme le fait d’être accrochés par les poignets dans une cave sombre dans un pays qu’il ne connaissait point. Poings qui se seraient et se desserraient derrière son dos pour essayer de faire circuler le sang malgré les liens. Liens qui étaient manifestement trop serrés. Serrés comme le d’action dont il disposait. Disposait d’ailleurs de pas grand-chose à part leur poings et les armes présentes dans les mains des méchants. Méchants qui ne semblaient d’ailleurs pas inquiétés des mots de son camarades et qui semblaient d’ailleurs enhardis par leurs messes basses.

Basse comme le plafond de cette foutue cave dont il ne se savait toujours rien. Rien comme d’ailleurs les motifs de l’homme. Homme qui semblait être venu à Vienne pour voyagé. Voyagé comme lui mais peut-être pas avoir les motivations. Motivations que l’homme trouvait d’ailleurs bien personnel à son gout. Gout dont Samuel se fichait d’ailleurs royalement maintenant. Maintenant, Samuel avait plutôt envie d’ouvrir sa bouche pour donner son avis.

- Avis, encore et toujours avis. Avis qu’est le vôtre et dont je me passerais, merci bien. Bien maintenant, que cela est dit, je peux aussi rajouter que ma présence à Vienne ne vous regarde en rien.  Rien, voilà ce que je vais répondre à vos questions. Questions que je trouve d’ailleurs bien incisives et qui ne prêtent d’ailleurs à aucune réponse de ma part. Part qui semble trouver un peu ridicule votre idée de changer le nom de l’Autriche.

Autriche, pays dans lequel, à partir de maintenant, il ne remettrait plus jamais les pieds. Pieds qui le démangeaient d’ailleurs d’envoyer dans la tête des méchants qui se trouvaient devant lui. Lui qui n’arrivait toujours pas à se défaire de ses liens. Liens qui ne firent d’ailleurs pas long feu aux vues des mains transformés en sabre que son compagnon de d’infortune venait de faire apparaître. Apparaître venant du mot apparition. Apparition qui semblait surprendre Samuel. Samuel qui avait déjà deviner que l’homme à ses côtés n’étaient pas humains. Humain comme lui et comme les quatre autres personnes présentes dans la pièce. Pièce maintenant bien plus grande depuis qu’il avait les mains libres et qu’il pouvait se mettre debout. Debout avec la tête touchant largement le plafond de cette cave. Cave qu’avait choisis les hommes toujours armés. Armés, comme il était censé l’être d’après son compagnons de cellule. Cellule qui n’en serait plus une dans peu de temps. Temps qu’il savait précieux et qu’il ne voulait pas perdre. Perdre comme il allait l’être quand il sortirait de cette pièce, ne sachant pas vraiment où ils avaient terminé. Terminé comme cette histoire il l’espérait. Espérait aussi que l’homme qui était avec lui allait bientôt se taire pour passer à l’action.

- L'Action et ensuite on parle. Parle comme les hommes qui sont en train de le faire devant nous. Nous qui ne sommes même pas un binôme. Binômes que semblent d’ailleurs faire nos ennemis pour s’attaquer à nous. Nous, on continuera, si vous le voulez toujours, cette conversation qui semble sympathique à la fin de cette histoire.  

Histoire qui sembla se corser quand les hommes chargèrent vers eux. Eux qui allaient d’ailleurs se défendre pour sauver leurs vies. Vie que semblait mépriser son compagnon de cellule. Cellule qui devint d’ailleurs un vrai champ de bataille quand Samuel amorça le premier coup en direction d’un des hommes. Homme qui savait d’ailleurs se défendre. Défendre comme Samuel. Samuel qui était, il ne fallait pas l’oublier, un ancien militaire et un membre (plus trop maintenant) des Avengers. Avengers qui seraient quand même bien utile maintenant. Maintenant que Samuel enfonçait son poing dans le visage d’un méchant, dans son ventre ensuite et qu’il le mettait allégrement par terre avant de récupérer son arme. Arme qu’il utilisa ensuite pour assommer le deuxième homme et qu’il pointa sur un troisième, toujours occupé à menacer son compagnon. Compagnon qui semblait d’ailleurs attendre le déluge pour s’occuper des ennemis.

- Ennemis que vous devriez combattre. Combattre comme l’humain fragile vient de le faire avec les deux hommes qui se trouve maintenant à baver sur le sol.





_________________


The guilt is an old friend.
La culpabilité n'est pas rationnelle. C'est un poids qui vous écrase, qu'on le mérite ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: [Double Défi] Voyage Inattendu |Soren&Samuel   Sam 11 Mar - 18:37



[DOUBLE DÉFI] - Voyage inattendu
Samuel ξ Søren

« L' Action et ensuite, on parle. Parle comme les hommes qui sont en train de le faire devant nous. Nous qui ne sommes même pas un binôme. Binômes que semblent d’ailleurs faire nos ennemis pour s’attaquer à nous. Nous, on continuera, si vous le voulez toujours, cette conversation qui semble sympathique à la fin de cette histoire. »

Histoires. C’est exactement comme ça que je définirais les paroles de ce Midgardien. Midgardien qui semble bien plus à l’aise en combat qu’en parole. Paroles que je continue de débiter, espérant ainsi gagner du temps face à deux de nos geôliers. Geôliers visiblement très mécontents de se prendre une raclée par mon compagnon d’infortune. Infortune qui est la mienne puisque j’ai complètement oublié mes cours d’auto-défense. Défense que je me contente d’assurer en agitant les sabres en direction des deux hommes. Hommes qui restent à distance raisonnable et je me félicite intérieurement pour avoir atteint ce résultat. Résultat tout de même insatisfaisant.

« Ennemis que vous devriez combattre. Combattre comme l’humain fragile vient de le faire avec les deux hommes qui se trouvent maintenant à baver sur le sol. 
- Sol que tu vas rejoindre, Midgardien, si tu ne calmes pas tes ardeurs »

Ardeurs qui devraient être calmées à coup de scalpel, parole de scientifique. Scientifique, c’est d’ailleurs ce que je suis, et non pas un soldat. Soldat maîtrisant l’art du combat, j’entends, et personnellement, je maîtrise plus l’art des sciences. Sciences qui me sont pour l’instant d’aucune utilité, je dois bien l’avouer. Avouer devant ce Midgardien prétentieux, plutôt crever. Crever, c’est ce qui va m’arriver si je ne me décide pas à changer de tactique de combat, et vite. Vite, je me lance enfin dans une réelle tentative de blesser les personnes en face de moi. Moi, toujours armé de mes sabres, je tranche l’air en diagonale et coupe la jambe droite d’un des hommes. Homme qui s’écroule sur le sol dans un hurlement de douleur tandis que son pote décide de frapper rapidement alors que je suis déstabilisé par mon élan. Élan que je parviens à utiliser à mon avantage en faisant en sorte que ce dernier midgardien s’empale sur mes sabres. Sabres que je retransforme tout de suite en bras afin de me débarrasser du cadavre de l’imbécile.

Imbéciles, c’est ce qu’étaient ces hommes en s’attaquant à moi. Moi, je suis un Skrull, pas un vulgaire Midgardien, il ne fallait pas vous attendre à gagner ce combat. Combat qui a duré plus longtemps que je ne l’aurais voulu mais, ce n’est pas grave, il n’y a que le résultat qui compte. Compte tenu du fait que je n’étais pas aidé avec mon compagnon d’infortune, je m’en serais très certainement mieux sorti sans lui, il n’a fait que me retarder. Retarder, c’était peut-être son but après tout. Tout bien réfléchi, non, je me trompe certainement.

« Certainement, voilà qui est fait. Fait et donc, plus à faire, c’est très bien. Bien, sortons d’ici maintenant, je pense qu’ils n’ont pas été assez intelligents pour refermer la porte à clé derrière eux. Eux, ou elles, j’avoue ne pas avoir spécialement vérifié »

Vérifier que la porte est bel et bien ouverte est ma priorité première. Première étape vers la liberté et la tranquillité, loin de ce foutu Midgardien qui s’est payé ma tête. Tête qui va finir six pieds sous terre dès que j’en aurais fini avec lui. Lui, il va me servir de cobaye pour une vivisection. Vivisection qui est d’ailleurs bien plus ma spécialité que les combats. Combats désormais finis pour moi, je rentre à New York. New York ou ailleurs, peu importe, mais loin de ce trou paumé. Paumé, c’est également mon ressenti lorsqu’on déboule sur une grande pièce, entièrement blanche et sans fenêtre. Fenêtre qui me manque de plus en plus. Plus j’avance et moins je suis rassuré. Rassuré, c’est un air que je tente d’afficher alors que je me retourne vers le Midgardien.

« Midgardien, tu reconnais cet endroit ? Endroit qui t’es peut-être familier, à toi ou à ton espèce ? Espèce avec des goûts très particuliers en matière de décoration, tout ça fait très chambre aseptisée »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Samuel Wilson
Secret Avenger - STAFF

Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 691
Multicomptes : Pas encore
Dollars : 1528
Avatar : Anthony Mackie

Age : 38 ans
Surnom : Sam
Nom de code : Falcon
Localisation : New-York
Pouvoir : Il est équipé d'un exo-squelette doté d'aile assez résistantes pour lui permettre de voler.
Métier : Ex Travailleur social et Avengers
Race : Humain / Hors Norme









MessageSujet: Re: [Double Défi] Voyage Inattendu |Soren&Samuel   Mar 28 Mar - 21:25

Voyage InattenduSoren & Samuel
Un sourire était passé sur les lèvres de Samuel après la réponse de l’extraterrestre. Extraterrestre qui semblait d’ailleurs un peu vexé de la répartie qu’il avait eue pour lui. Lui qui se mit d’ailleurs au travail après l’avoir allégrement menacé. Menacé mais pas effrayé. Effrayé n’était pas quelque chose que Samuel expérimentait souvent. Souvent, il lui arrivait d’être un peu embêté, avoir un peu peur mais jamais dans l’extrême d’être effrayé. Effrayé, il laissa aux ennemis. Ennemis qui se trouvait maintenant par terre et plus ou moins en morceaux. Morceaux qui dégoulinait doucement de sang. Sang dont Samuel n’était pas vraiment friand. Friand d’autre chose mais certainement pas de Sang. Sang qu’il n’avait que trop vu dans sa carrière de militaire. Militaire qu’il avait été qui trouvait d’ailleurs que la réponse de l’extraterrestre avait un peu tardé. Tardé comme le combat qui s’était déroulé devant ses yeux et qu’il avait regardé sans réellement intervenir. Intervenir comme venait de le faire son compagnon de cellule qui venait de se tourner vers lui pour lui parler. Parler était apparemment quelque chose qu’il aimait bien faire aux vues des tirades qu’il lui avait lancé. Lancer comme la deuxième arme qu’il venait de récupéré sur l’un des corps. Corps qui gisait maintenant sur le sol. Sol sur lequel il marcha pour quitter la cave dans laquelle ils avaient été enfermés. Enfermés, ils l’étaient toujours puisqu’ils venaient d’arriver dans une grande pièce blanche sans fenêtres. Fenêtre qui apparemment n’était pas très connu des bandits autrichiens puisque depuis qu’il s’était réveillé, Samuel n’en avait pas vu. Vu comme l’espèce de porte encastré dans le mur du fond. Fond qui semblait tout de même assez loin de leur position ce qui le renseigner sur la taille moyenne de la bâtisse. Bâtisse dont il ne connaissait pas vraiment l’emplacement. Emplacement qu’il essaye d’analyser alors que l’extraterrestre dont il ne connait toujours pas le nom lui adresse la parole. Parole qui n’est pas dénuée de sens mais qui ne lui donne pas énormément de solution.

- Solution. Solution que tu me demandes mais que je n’ai pas. Pas vraiment d’idée et pas vraiment familier à l’endroit. Endroit que je pense être un ancien laboratoire. Laboratoire qui n’est plus en service au vu des trous qui se trouvent par terre et de l’éclairage pourri du plafond. Plafond qui semble haut, pièce qui semble large, je pense que nous sommes peut-être dans un ancien complexe souterrain militaire. Militaire qui date surement de la dernière guerre, qui doit se trouver en périphérie de Vienne mais je ne suis pas certain. Certain indice pourrait nous aiguiller mais je pense que pour l’instant, il faudrait qu’on quitte cet endroit. Endroit qui n’est absolument pas sûr et qui doit encore abriter quelques camarades de nos amis restés à l’écart.

Ecart qu’il commençait à creuser avec son collègue à la vue des pas qu’il avait fait dans la pièce pour l’examiner. Examiner minutieusement était quelque chose qu’il n’avait plus vraiment l’habitude de faire puisque Redwing le faisait très bien à sa place. Place ou pièce qu’il essayait d’ailleurs d’analyser pour trouver un point de sortie. Sortie qui s’imposa comme étant la porte qu’il avait remarqué plus tôt. Tôt ou tard, Samuel et le brun qui le suivaient allaient devoir prendre une décision. Décision qui ne serait pas trop difficile à prendre aux vues de la situation dans laquelle ils avaient mis les pieds. Pieds qui n’était d’ailleurs pas au courant du pourquoi ils s’étaient tous les deux retrouver accrochés l’un à l’autre alors qu’ils ne se connaissaient pas.

- Pas vraiment le choix. Choix qui semble être assez évident à la vue de la situation. Situation dont ne nous connaissons toujours rien et qu’il faudrait qu’on éclaircisse. Eclaircisse comme la serrure de cette porte qui semble fermée et qui nous les casse un peu. Peut-être que vous devriez faire votre truc avec vos bras, histoire de nous sortir de là. Là qui va commencer à me rendre nerveux si on ne sort pas rapidement.

Rapidement comme le fait qu’il avait attrapé la poigné de la porte et qu’il avait donc ouvert la porte sans difficulté aucune. Aucune ou aucun professionnalisme venant de la part de Samuel. Samuel qui avait d’ailleurs regardé son camarade avec un sourcil haussé sur le front et une mine de « C’est pas grave, tu trouveras l’occasion d’être utile plus tard » sur le visage. Visage qu’il garda cependant sérieux alors qu’il avançait doucement en dehors de la pièce, arme en avant.

- Avant qu’on aille plus loin, j’aimerais dire que le prochain bonhomme qu’on rencontre on le garde vivant. Vivant pour pouvoir l’interroger et ainsi obtenir les réponses que l’on attends.




_________________


The guilt is an old friend.
La culpabilité n'est pas rationnelle. C'est un poids qui vous écrase, qu'on le mérite ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Double Défi] Voyage Inattendu |Soren&Samuel   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Double Défi] Voyage Inattendu |Soren&Samuel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel, No one is innocent ::  :: Archives RP-