AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez
 

 A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous

Invité
Invité


A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) Empty
MessageSujet: A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen)   A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) EmptyLun 16 Jan - 7:10

A pair of Kingfishers
Warren Worthington III & Robert Aylen
L'année dernière le jeu Pokémon Go a fait fureur dans le monde entier. Les gens ayant grandi avec les petites créatures sont sortis de chez eux pour chasser les précieux pokémons armés de leurs smartphones à l'aide de la réalité virtuelle. Le buzz n'a pas duré très longtemps, dès l'entrée de l'hiver plus personne n'utilisait l'application. Cependant, quelques développeurs voulurent aller plus loin, remplacèrent les pokémons par les mutants et la réalité virtuelle laissa place à la réalité vraie. Exit la chasse bon-enfant et les arènes dans les parcs, iOs et Androïd ont proposé un jeu où les utilisateurs pourraient photographier les gens hors-normes et les marquer sur la carte du monde afin que d'autres personnes puissent les traquer. Activez la carte et les balises et vous verrez quels optimisés sont autour de vous, vous pourrez ainsi admirer un cracheur de feu ou un homme-loup en live, le suivre pour mettre à jour sa localisation et enrichir encore et encore la base de données de photos. Certains crieront encore au Big Brother is watching you, d'autres verront là une façon ludique de vivre au quotidien avec le Registration Act.

Bien évidemment, la plateforme est privée et n'a aucun rapport avec le Gouvernement. Enfin, elle n'avait aucun rapport, puisqu'il y a peu, le Gouvernement a décidé d'acheter les photos de l'application afin de les comparer avec les photos de la base de données du RA et ainsi lutter efficacement contre la fraude au recensement. C'est grâce à ce dispositif qu'Angel et 49 furent envoyés à la recherche d'un mutant brun, 1m80, à lunettes, dont les pouvoirs consistaient à transformer n'importe quelle substance en métal. Dit comme ça, ça n'en jette pas trop, mais s'il décide de vous transformer en métal ou de transformer l'air qui vous entoure en métal, ça peut poser problème. On ne pouvait pas connaître l'ampleur de ses pouvoirs parce qu'il n'était pas recensé, les deux agents de l'ARES devraient donc prendre leurs précautions.

Le mutant se trouvait sur le ferry de Staten Island, il avait quitté Manhattan depuis maintenant cinq minutes, il fallait donc l'interpeller via les airs, c'est pourquoi Angel fut choisi pour cette mission. Il insista pour que 49, un mercenaire dont il voulait absolument faire resurgir la bonté d'âme, vienne avec lui. Ce n'était pas la première fois qu'Angel faisait équipe avec lui, d'ailleurs Warren y prenait du plaisir. « John » comme il se faisait appeler était une vraie brute, réfléchissant avec son cerveau reptilien seul, et rentrant dans le tas sans réfléchir à une autre façon de faire. Parler par exemple n'était pas possible pour lui, et Warren s'était mis en tête qu'il pourrait non pas le changer, mais lui faire réfléchir à l'intérêt d'autant de violence. Et c'était... pas forcément bien parti. Pour arriver sur les lieux plu rapidement, Warren avait attrapé Robert par les côtes et avait pris son envol, laissant les bras libres au mercenaire et ses jambes pendantes. Sur le trajet, pendant que le vent clément les propulsait plus rapidement vers leur destination, Warren lui répéta le deal qu'il avait essayé de conclure avec lui : « 49, on est d'accord, on va arriver au-dessus du ferry, tu me laisses faire ma sommation avant de tirer et tu laisses une dizaine de secondes au mutant pour coopérer avant peut-être d'envisager de lui tirer dessus. Sinon... Je te lâche dans l'Upper Bay, je suis sûr que l'eau n'est pas à plus de 5 degrés. »

Angel et Robert arrivèrent proche du ferry jaune et localisèrent le mutant en fonction de la description donnée par leurs supérieurs. Sans se poser, Warren activa son haut-parleur, laissant Robert viser la cible par précaution : « Mutant non recensé vous êtes prié de vous allonger immédiatement sur le ventre les mains sur la tête jusqu'à ce que le ferry arrive à destination, il n'y aura pas de deuxième sommation. » L'idée était de l'immobiliser jusqu'à Staten Island où la police, mise au courant de l'affaire, le cueillerait sans soucis.

Lancer de dés pour définir la classe du mutant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) Empty
MessageSujet: Re: A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen)   A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) EmptyLun 16 Jan - 7:10

Lancer de dés pour définir la classe du mutant:
 
Revenir en haut Aller en bas
Stan Lee


Date d'inscription : 22/10/2015
Messages : 776
Dollars : 5412

A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) Empty
MessageSujet: Re: A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen)   A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) EmptyLun 16 Jan - 7:10

Le membre 'Warren Worthington III' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'6 Possibilités' :
A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) 3des
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mnoii.forumactif.be
Anonymous

Invité
Invité


A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) Empty
MessageSujet: Re: A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen)   A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) EmptyMar 17 Jan - 0:25

A pair of Kingfishers
“Warren Worthington III & Robert Aylen”
Faire équipe avec Warren est loin d’être agréable. Il est chiant, il tente sans arrêt de chercher à me faire agir de la bonne manière. Il me fait penser à Gordon, ma nounou attitrée chez ARES. Et puisque je déteste ce dernier, c’est avec une évidence prévisible qu’Angel reçoit le même statut. Je me fiche bien d’avoir des amis chez les agents ou même qu’on m’apprécie. Je fais le boulot qu’on me demande parce que je n’ai pas le choix, tout simplement. J’ai comme réputation de tuer avec le moins de coups possibles. Évidemment cette caractéristique un tantinet cruelle ne plait pas à mes nouveaux supérieurs, qui me demandent à la place de retenir mes coups. C’est une insulte à mon potentiel, celui qui m’a conduit vers les plus hautes sphères du respect chez les mercenaires. Je ne me vante pas d’être le meilleur qui soit, puisque c’est faux. Mais je n’ai pas fais tout ce chemin pour être autant dégradé par ARES. Qui sont-ils pour me juger? Pour croire que leurs méthodes sont meilleures? Si je me fis au nombre de missions échouées parce qu’ils « retenaient leurs coups », j’en conclue que ma façon de soumettre mes cibles est beaucoup plus efficace. Sauf qu’ARES est une organisation gouvernementale qui se doit de projeter une certaine image pour demeurer dans les bonnes grâces de la majorité. C’est pour cela que ma véritable identité est tenue secrète. Elle serait préjudiciable non seulement pour ARES et ses agents qui sont sensés être du côté du bien et de la justice, mais également pour les dirigeants de ce pays. Me recruter a été purement stratégique, ils se fichent pas mal de mon sort en bout de ligne. Pourquoi gaspiller un si grand talent alors qu’on peut changer son identité publique et en faire un pantin. Le truc c’est que ma nature rebelle et indépendante prend bien souvent le dessus en mission, mes instincts de mercenaire étant trop ancrés en moi. On doit donc tenir la bride serré lorsqu’on me permet de sortir du QG, tout simplement parce qu’un peu trop de liberté de mouvement et je peux replonger en mode tueur. J’ai déjà attiré plusieurs fois des ennuies à Gordon à cause de cela, puisque évidemment c’est lui qui prend cher pour mes actions. Cela a fait en sorte que plus aucun agent ne veut de moi dans leur équipe, ce qui n’est pas plus mal si c’est pour qu’on tente de me contrôler. Le truc c’est que Warren a insisté un peu trop fortement pour m’avoir. Lorsqu’on m’a convoqué pour me l’indiquer, j’ai soupiré fortement. Ce petit est convaincu qu’il peut me changer. Et c’est bien cela qui me fait le haïr à chaque fois qu’il me sourit ou qu’il ouvre la bouche pour me parler. N’ayant pas le droit de contester un ordre de mission, je me mets en uniforme et je rejoins Angel sur le toit, me fichant pas mal de la vue qu’elle nous offre de New York. La mission est assez simple à mon avis, il suffit que le mutant ne me mette pas trop de bâtons dans les roues et on va l’avoir son générateur de métal. Pour cette mission, on m’autorise à porter mon fusil sniper pleinement chargé. Je le garde dans mes mains, l’attachant à mon épaule avec une sorte de sangle solide pour ne pas que l’arme puisse tomber au sol si elle quitte mes mains. Je me laisse ensuite porter sans la moindre plainte. Les hauteurs ne me font pas peur. Lorsqu’au loin Staten Island se dessine, je me mets déjà en position de tir afin d’avoir une vue des lieux. Les mots de Warren ne me font ni chaud, ni froid. Qu’il fasse ce qu’il a à faire, je m’occupe du reste. Il ralentie et se stabilise pour voler de manière à suivre le ferry convenablement. Ses mots résonnent à nouveau mais dans un écho qui englobe les alentours. Notre cible est facilement identifiable, mais il faut garder une vue d’ensemble à l’esprit. Je commence à chercher le moindre signe suspect sur le pont, l’œil dans la lentille de mon fusil. Il y a de nombreuses personnes en bas qui sont toutes surprises par notre intervention. Leur réaction me semble normale, alors qu’elles nous observent en chuchotant leur étonnement. Je reviens sur la cible, remarquant que ses muscles tremblent. Il a peur. Évidemment. Il a dans la main un téléphone portable et la luminosité de l’écran indique qu’il est en train de s’en servir. Pourquoi un homme en panique s’en servirait à moins d’appeler à l’aide? Mon doigt se referme sur la gâchette et le téléphone dans la main de la cible explose. La panique se répand et les gens s’éloignent en courant alors que l’homme tremble davantage, les mains légèrement relevées comme en signe de reddition. De mon côté, mon arme est déjà rechargée et j’observe la cible avec attention. Cela fait bien plus que dix secondes et je n’ai toujours pas tiré mon second coup. Quelque chose cloche. Son corps est presque en convulsion. Sans le quitter de vue, je m’adresse à Angel.

« Si tu n’agis pas maintenant, il va péter un câble. »

Justement, voilà que la cible s’accroupit subitement pour poser ses paumes au sol. Il crée un mur de métal entre nous et lui, se protégeant juste à temps d’une nouvelle balle que j’ai tiré.
© Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) Empty
MessageSujet: Re: A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen)   A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) EmptyVen 20 Jan - 1:20

A pair of Kingfishers
Warren Worthington III & Robert Aylen
49 n’avait pas hésité à tirer avant le délai que Warren lui avait demandé, mais Angel ne pouvait rien dire, le sniper n’avait pas tiré sur la cible, mais sur le téléphone portable que la cible était entrain d’utiliser. Cela n’a servi à rien à part déclencher une cohue sur le pont, puisque la cible n’était pas neutralisée et Robert avait tiré. Soit Robert l’avait fait exprès juste pour qu’Angel regrette d’avoir insisté pour faire équiper avec lui, soit 49 n’était pas un record de morts lors d’une mission mais plutôt l’étendue de son QI. L’ARES aurait été tellement heureuse de consulter ce téléphone. Qui appelait-il ? Un autre mutant ? Tout un réseau clandestin ? On ne le saura jamais, du téléphone il ne restait que des miettes. L’individu, visiblement stressé, s’accroupit, convulsa et forma un mur de métal entre les agents de l’ARES et lui-même. John n’eut pas le temps de l’atteindre avec sa seconde balle. Un mur ça n’arrête pas Warren, il peut toujours voler plus haut.

Angel prit quelques mètres de hauteur et survola le mur, appréhendant ce qu’il allait découvrir derrière. L’homme était à terre et n’arrêtait pas de convulser, ses bras crispés levés vers le ciel. Des pics en métal sortaient de ses doigts pour foncer vers les agents de l’ARES, mais le tremblement permanent de ses mains l’empêchait de viser. Angel esquiva plusieurs projectiles, prenant garde à ce que Robert soit en sécurité. « Je dois nous poser, il ne veut pas coopérer… Argh ! » Un pic passant trop près de lui blessa son aile gauche, imprimant une douleur leur faisant perdre de l’altitude. Chutant à cette vitesse, Robert ne pouvait pas tirer sur la cible. La foule avait compris que le fugitif était un danger, et chacun s’était réfugié à l’intérieur, les smartphones collés aux vitres des portes. A trois mètres du sol, Warren cria à Robert de sauter, après quoi il esquissa un battement d’ailes vif pour minimiser son impact au sol à quelques pas de la cible. Les mains du fugitif, quant à elles, n’avaient pas suivi la trajectoire des agents de l’ARES, elles étaient restées pointées vers le ciel, comme si blesser le duo volant n’avait pas été l’intention du mutant. Angel trouva cela étrange, on aurait cru que le fugitif ne contrôlait pas la sortie de ses pics et pire, que ses pouvoirs avaient pris le dessus sur lui. Analysant l’individu, Warren anticipa les agissements de Robert : « John, tire pas, c’est pas normal. » L’homme avait un filet de bave qui coulait sur sa joue. Une lumière s’alluma dans le cerveau du jeune médecin : troubles moteurs, convulsions, altération de la conscience, hypersalivation,… Warren diagnostiqua une crise d’épilepsie. Chez un humain lambda les crises peuvent être impressionnantes, mais chez un mutant elles déclenchent des catastrophes : Angel songeait déjà à tous ces gens flottant dans l’Upper Bay après le naufrage du ferry...

L’individu avait senti sa crise venir, peut-être due au stress ou à la peur des agents de l’ARES, c’est pourquoi il avait érigé ce mur en métal, ce n’était pas pour se protéger de ses assaillants, mais pour protéger les personnes autour de lui, seulement il n’avait pas eu assez de temps pour s’enfermer à l’intérieur. En quelques sortes il avait eu de la chance de tomber sur Warren, car avec n’importe quel autre agent de l’ARES ou de la police, il serait déjà mort. Angel continua à sermonner son co-équipier : « Il fait une crise d’épilepsie, il a besoin d’aide, il faut juste sécuriser le pont »

Déjà que Robert n’appréciait pas vraiment Angel, là il devait le haïr. Partir en mission pour arrêter un fugitif et au final lui venir en aide parce qu’il risque d’y rester, un comble pour le mercenaire qui ne devait pas avoir l’habitude de traiter ce genre de situations. Warren replia tant bien que mal ses ailes, la douleur le lançant dans la gauche. S’approchant de l’homme, il se rendit compte que le pont s’était progressivement transformé en métal, et que ce métal n’était pas très solide, voire visqueux à certains endroits où il posait les pieds. Le métal du pont devint de plus en plus liquide et les neuf mètres carrés entourant l’homme s’affaissèrent jusqu’à l’étage en dessous où une partie des voyageurs priaient pour que le trajet se termine le plus rapidement possible. Warren fut entrainé avec lui et descendit d’un étage.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) Empty
MessageSujet: Re: A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen)   A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) EmptySam 21 Jan - 3:37

A pair of Kingfishers
“Warren Worthington III & Robert Aylen”
Le mur de métal s’interpose entre la cible et nous. Il m’est à présent impossible de tirer, comme le démontre ma précédente balle ayant fait ricochet. Je baisse donc l’arme et me redresse légèrement, afin d’attendre la suite. Les mains de la cible deviennent à leur tour des lanceurs de projectiles et de nombreux pics en métal vol dans notre direction. Angel les évite malgré leur quantité et je regroupe mon corps afin de limiter la surface à toucher mais également me rendre plus malléable dans les airs. Sans parler du fait que cela m’aide à m’accrocher à mon collègue. Il annonce plutôt que nous devons nous poser, ce qui est ce que j’attends depuis un moment déjà. Il est touché avant de terminer sa phrase et nous chutons vers le ferry. Je saute en même temps qu’il me l’ordonne, ayant déjà calculé la hauteur et ma vitesse d’atterrissage idéale. Parce que oui, je préfère ne pas me bousiller une jambe en tombant de trop haut. Je fais une roulade une fois au sol afin de diminuer l’impact sur mes genoux et d’éviter d’avoir un délai pour m’en remettre. Cela me permet aussi de me mettre à couvert le temps d’observer la situation. Le mutant semble totalement hors de contrôle et je remarque l’écume dans sa bouche. Son corps est prit de convulsions de plus en plus violentes et il est clair à présent qu’il ne contrôle plus rien. Le stress de notre intervention aurait-il provoqué cette crise d’épilepsie ? Warren me demande de ne pas tirer et ce n’est pas vraiment mon intention non plus. La cible est totalement à notre merci, je ne vois même pas pourquoi on est encore là à l’observer. Il a beau être imprévisible avec son pouvoir, si on le prend de vitesse, il n’aura pas le réflexe de se défendre dans son état. Je fais donc glisser mon fusil de sniper dans mon dos. Il va falloir l’approcher d’une manière plus classique. Le médecin m’apprend le diagnostic et me demande de sécuriser le pont. Je soupire.

« Ouais, j’avais remarqué, Doc. »

Je ne suis pas con non plus. Pendant que Warren s’approche de la cible, je me dirige vers les gens affolés, leur demandant de se réfugier dans l’autre section du ferry. Personne ne proteste. Mon uniforme et l’arme dans mon dos doivent les convaincre de coopérer. Alors, le sol commence à trembler faiblement. Je me retourne pour voir une marre de métal engluant Warren et la cible. Quoi encore ! Angel semble s’être immobilisé et je comprends pourquoi en remarquant la structure glisser progressivement et finir par s’effondrer un étage plus bas. Je vois les deux mutants descendre et j’hausse un sourcil. Je suis sensé faire quoi moi, au juste ? Leur porter secourt ? Nah, j’ai mieux à faire. Je pousse toujours la foule hors de la portée du créateur de métal et c’est là que je vois au loin un petit bateau en approche. Tiens, ce n’était pas prévu ça. J’utilise la lentille de mon arme pour voir la nature du bateau. Il y a trois hommes à bord et d’après leurs traits sévères, ils viennent pour aider notre cible. Le téléphone, ça devait être ça. Je savais bien que ce petit con avait un comportement suspect, même avant sa crise d’épilepsie. Le ferry remue subitement et je me rappelle de la situation de Warren. Je m’approche du dernier endroit où je les aie aperçus, mon fusil toujours en main. Les choses semblent s’être aggravées en bas à en juger par la quantité de métal liquide ainsi que l’eau qui commencent à envahir l’embarcation. La cible va nous faire couler. Je pointe le canon dans la direction de l’ennemi.

« Le temps est écoulé, les gars. Les renforts arrivent. » Je dis à l’intention des deux, mais surtout à Warren puisque l’autre n’a plus la faculté de me comprendre.

Mon doigt sur la gâchette, une seconde m’est nécessaire pour viser et prendre la décision.

Est-ce que Robbie tire sur la cible ?:
 


Si le premier dé est "oui", qu'est-ce que visait Robbie ?:
 
© Mister Hyde
Revenir en haut Aller en bas
Stan Lee


Date d'inscription : 22/10/2015
Messages : 776
Dollars : 5412

A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) Empty
MessageSujet: Re: A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen)   A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) EmptySam 21 Jan - 3:37

Le membre 'Robert Aylen' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Actions RP' :
A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) Dewell

--------------------------------

#2 '6 Possibilités' :
A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) 1des
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mnoii.forumactif.be


Contenu sponsorisé


A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) Empty
MessageSujet: Re: A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen)   A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
A pair of Kingfishers (ft Robert Aylen)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CHERUB - Robert Muchamore
» 24ième pick OA Robert Hägg + McDonaght ....
» LES NOUVELLES DE ROBERT MENARD/Robert Ménard a reçu 100 000 $ de Taïwan
» Un stade de Football à cité Soleil...
» a propos du 11 septembre 2001

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel, No one is innocent ::  :: Archives RP-