AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez
 

 Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous

Invité
Invité


Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] Empty
MessageSujet: Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter]   Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] EmptyDim 22 Jan - 13:12


       

         

       


— SHARON & BOBBI

Bobbi, The Friendly Ghost

Seule dans ma tanière secrète du SHIELD, ma cage dorée comme j'aimais à l'appeler, j'étais allongée sur mon lit, pensive. Je songeais à Clint, à nos retrouvailles... explosives. Étrangement, cela m'avait soulagé. Moi qui avais tant appréhendé cette situation, je me rendais compte que, finalement, cela m'avait ôté d'un poids. J'étais heureuse qu'il puisse désormais penser à moi comme à une personne vivante et non plus comme à un fantôme du passé. Je me sentais plus vivante que jamais. Je pensais alors à une autre personne. Une personne à qui j'avais envie de tout révéler. Une personne avec qui j'avais envie de partager la plus perturbante des expériences que j'ai jamais vécu. Je pensais alors aussi que je n'avais pas envie qu'elle l'apprenne de quelqu'un d'autre. Ce n'était qu'une question de temps avant que la vérité n'éclate. Je ne pouvais pas rester plus longtemps dans le secret, recluse de tout. Cette m'en voudrait déjà certainement assez d'avoir gardé le silence si longtemps, je ne pouvais pas lui faire l'affront de laisser une tiers personne lui avouer que j'étais toujours en vie.

Seule face au plafond, je pensais donc à elle, à la manière dont je pourrais revenir dans sa vie sans mettre la mienne en danger pour autant. Et voilà comment je me retrouvais sur ma bécane à rouler vers que le quartier de Sharon Carter. Ma collègue mais aussi et surtout, mon amie. Sur le chemin, je m'arrêtais dans une petite épicerie afin de prendre deux grands pots de glace et un pack de bière. C'était histoire de détendre l'atmosphère et de lui faire comprendre que, malgré mon absence, malgré mon silence, j'étais toujours la même. J'esquissais un sourire à l'idée de pouvoir partager à nouveau un pot de glace avec Shar'. Je sortais ensuite de l'épicerie pour reprendre la route. Les glaces dans mon sac à dos et les bières dans le top-case. Je roulais à pleine vitesse afin d'arriver au plus vite chez elle. Une fois là bas, ce fut un jeu d'enfant pour moi de m'introduire dans son appartement. Et quel fut mon soulagement lorsque je me rendis compte qu'elle n'y était pas. Cela me laissait un bref délai pour me préparer et choisir les mots que j'emploierai. Un bref répit avant la tempête. J'espérais sincèrement que ces retrouvailles se passeraient au mieux car je tenais Sharon en très haute estime. J'angoissais donc de la revoir et même si j'adorais nos prises de tête et nos joutes verbales, cela me briserait le coeur qu'elle me rejette.

Pour le moment, elle n'était pas là et j'en profitais pour ranger les glaces dans le congélateur et les bières dans le frigo. En attendant qu'elle arrive, je faisais le tour de son appartement, non pas pour le fouiller, mais pour voir les modifications depuis ma dernière visite. Jamais je n'aurais osé fouiller l'appartement de Sharon. D'abord, ce n'était pas mon genre, ensuite, jamais je ne ferais ça à Sharon. Jamais je ne me permettrait d'entrer ainsi dans son intimité. Je ne voulais pas perdre sa confiance, je savais à quel point elle était difficile à gagner. Bref, après avoir fait un petit tour, je m'installais sagement dans le canapé. Je retirais ma veste en cuir que je posais à côté de moi. Je posais également deux grosses cuillères sur la table basse, clin d'oeil aux glaces qui nous attendaient dans le congélateur. Dans l'obscurité, j'attendais qu'elle arrive, l'angoisse montant à chaque instant.
       MAY


         
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] Empty
MessageSujet: Re: Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter]   Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] EmptyDim 22 Jan - 16:20

Bobbi, the friendly ghost

Sharon x Barbara


«Oh sister, I will help you hang on!»
D'un œil noir, j’œillais  la pile encore énorme de paperasse à faire. J'avais l'impression que cela ne finissait jamais. J'avais passé ma journée à remplir des dossiers, mettre à jour mes rapports et à signer le tout. Et cette foutue pile était toujours aussi haute. J'avais l'impression qu'elle ne désemplissait pas. Je savais dès le départ que je ne pourrais pas tout faire dans la journée. Il y avait bien trop de papiers à faire pour que cela soit possible. Fallait dire que j'avais quand même pas mal procrastiné. J'étais très en retard dans mes rapports. Et cette fainéantise, je la payais maintenant. J'aurais bien aimé jeté mon stylo avec énervement sur le bureau de ma chambre et remettre le tout à plus tard. Je savais cependant que cela était loin d'être la bonne solution. Je n'avais rien à faire d'autre et je devais mettre mon temps à profit avant de me noyer sous la tonne de paperasse en attente. J'adorais être un agent du SHIELD et partir en mission. Mais ça, c'était clairement le mauvais côté du métier. C'était ennuyeux et intellectuellement parlant cela n'apportait rien. Je n'étais pas faite pour être assise derrière un bureau toute la journée. Il n'y avait qu'à observer le tic nerveux de mes jambes et leur position naturellement tournée vers la porte pour s'en rendre compte. Je me doutais que faire le tout avec mauvaise grâce ajoutait au côté désagréable de la tâche. Cependant, je ne pouvais pas me mettre dans le bon état d'esprit. J'avais toujours détesté et ne pouvais pas prétendre d'avoir envie de le faire, même pour une heure. Exaspérée, je laissais choir ma tête vers l'arrière tout en fermant les yeux. Un long soupir s'échappa d'entre mes lèvres alors que je passais mes doigts dans mes cheveux pour venir chercher les quelques nœuds qui s'étaient formé depuis le matin. Une grimace s'installa sur les traits de mon visage lorsque je tirais un peu trop fort sur l'un d'entre eux.  Je finis finalement par croiser mes mains derrière ma tête et attendis que mon exaspération baisse d'un poil pour reprendre. Lorsque cela fut le cas, je me redressais et attrapais mon paquet de doliprane. J'en avalais deux en espérant que cela m'aide à avancer un peu plus vite tout en faisait évidement effet sur mon mal de crâne envahissant. Depuis que Faustus était entré dans ma tête, les migraines m'étaient devenues très familières. Je détestais dire que j'avais fini par m'y habituer mais c'était le cas.  Cela en revanche ne m'empêchait pas de prendre une ou deux pilule pour contrecarrer les effets. Surtout que je venais à peine de me faire vacciner contre le X1R1 et que les symptômes de la maladie me collaient encore un peu à la peau. J'étais passée près de la catastrophe. Un peu plus et je n'étais plus là. Par chance, Sam malgré sa situation, avait été là pour m'aider.

Après trois heures en plus, je jetais finalement l'éponge. J'avais du en faire la moitié. En soit c'était déjà pas si mal. Je n'avais qu'à revenir demain pour finir le reste. Je priais cependant pour que quelque chose d'autres retienne mon attention.  Sans m'attarder, j'attrapais mes affaires et enfilais ma veste. Les dossiers et rapports terminés sous le bras, je quittais mes quartiers. Je n'avais juste qu'à les poser au bon endroit avant de partir.  Je poussais un soupir de soulagement lorsque je m'en débarrassais et que je retrouvais la ville et son effervescence naturelle. Arès être restée seule et enfermée toute la journée, l'air frais – bien que pollué- de la grande pomme me fit un bien fou. Je me décidais à en profiter un peu avant de m'enfermer dans mon appartement. Je n'avais rien de prévu pour ce soir alors autant traîner un peu avant de  rentrer avec un sac de nourriture à emportée chinoise prise au coin de la rue menant à mon appartement. Netflix pouvait bien m'attendre une heure ou deux.  Lui et la vaisselle dans mon évier d'ailleurs.  J'abandonnais donc l'idée de prendre le métro jusqu'à chez moi et m'arrêtais aux abords du quartier collé au mien. Sans me presser, je déambulais dans les rues et collais mon visage aux vitrines qui retinrent mon attention. Je me contentais néanmoins de regarder sans rien acheter. Je n'avais pour le moment besoin de rien. Et cela même si une nouvelle paire de jeans, ou un nouveau haut ne faisaient jamais de mal. Je n'avais pas envie de passer du temps dans les cabines.  Avec mon rythme de croisière, il me fallut une bonne heure pour retrouver mon quartier et plus précisément ma rue. Comme prévu, je m’arrêtais un instant pour commander à manger au chinois du coin avant de finalement passer la porte de mon immeuble. Je fis un signe de tête à mon gardien en guise de bonjour avant de monter les escaliers jusqu'au troisième étage deux marches par deux marches jusqu'à ma porte que je ne tardais pas à déverrouiller. «  Putain mais t'es qui toi ! » m'écriais je en lâchant d'un coup mon sachet de nourriture pour attraper l'arme à ma ceinture. Dans un geste maintes fois exécutés, je pointais le canon en direction de la silhouette tranquillement assise sur mon canapé. Et autant dire qu'elle était un peu trop féminine pour être celle de mon visiteur le plus fréquent.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] Empty
MessageSujet: Re: Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter]   Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] EmptyDim 22 Jan - 19:19


     

       

     


— SHARON & BOBBI

Bobbi, The Friendly Ghost

Assise dans ce canapé, tapie dans les ténèbres, j'imaginais ce qu'aurait été ma réaction si j'avais été à la place de Sharon. Si j'avais cru durant des mois qu'elle était morte pour finalement découvrir qu'elle était bel et bien vivante. C'était évidemment plus facile à dire qu'à faire. On ne peut imaginer nos réactions sans être réellement confronté aux faits mais je tentais tout de même d'imaginer. Je lui en aurais voulu dans les premières secondes, ça c'est certain, et puis je pense que je l'aurais prise dans mes bras, heureuse de la retrouver. Ensuite je l'aurais engueulé comme jamais pour m'avoir laissé la pleurer, pour m'avoir laissé penser que je ne la reverrai jamais. Et pour finir, j'aurais exigé de savoir le comment du pourquoi avant de reprendre notre amitié là où elle s'était arrêtée. Voilà la réaction que j'aurais certainement eu si les rôles étaient inversés. J'espérais donc au plus profond de moi qu'elle aurait une réaction similaire. Je ne m'attendais pas à un accueil chaleureux mais j'espérais sincèrement qu'elle me comprendrait, qu'elle me pardonnerait. Et surtout que son regard ne changerait pas envers moi quand elle saurait ce que je suis devenue.

Si Fury me voyait... Il m'arracherait les yeux! Furieux de voir que j'ai une nouvelle fois pris contact avec un agent du SHIELD sans l'en informer. Mais que croyait-il? Que parce qu'il m'avait sauvé il avait tous les droits sur moi? Dès le départ je lui avais annoncé la couleur, jamais je ne serai un gentil toutou docile. Je pense d'ailleurs qu'il le savait lorsqu'il a prit la décision de jouer avec mon ADN. C'est ce qui me réconforte un peu dans tout ça. J'aime croire qu'il n'a pas fait de moi une simple expérience mais qu'il m'a aussi sauvé parce que j'avais une certaine valeur à ses yeux. Et même si aujourd'hui j'ai encore le désagréable sentiment d'être un rat de laboratoire, je m'accroche à l'idée qu'il voit plus que cela en moi. Je l'ai toujours un peu considéré comme un père et cela me briserait le coeur de savoir que je ne suis rien de plus pour lui qu'un énième optimisé qu'il souhaite étudier. Voilà certainement pourquoi une partie de moi lui en veut terriblement. Car oui, je lui en veux d'avoir expérimenté ce sérum sur moi sans en connaître les conséquences. Oui, je lui en veux d'être victime de ces effets secondaires. Oui, je lui en veux d'avoir jouer à Dieu avec ma vie. Mais au fond, il reste Fury, et je sais qu'un jour, je lui pardonnerai.

Mais pour le moment, ce n'était pas Fury qui m'inquiétait. Je me fichais royalement de prendre un savon à mon retour. Ce ne serait pas le premier et certainement pas le dernier. Je voulais voir Sharon, j'en avais besoin. Je voulais tout lui raconter. Je voulais savoir comment elle allait, ce qu'elle avait vécu en mon absence, m'assurer qu'elle allait bien. Et même si l'angoisse montait un peu plus à chaque instant, j'étais impatiente de la retrouver enfin. Et puis soudain, mon coeur se serra, ma respiration s'arrêta. Une clé tournait dans la serrure, elle était là. Elle ne devait pas imaginer une seule seconde qu'un fantôme se trouvait sur son divan. Voilà pourquoi j'avais laissé cette lumière éteinte, histoire d'amoindrir le choc, de lui révéler la vérité en douceur. Ses premiers mots me firent sourire, je retrouvais la Sharon que j'aimais tant, impulsive et battante. Là où certains auraient sursauté ou pris leurs jambes à leur coup, elle restait là, bien ancré dans le sol, dégainant son arme à la vitesse de la lumière. Elle en avait même laissé tomber son sachet de bouffe chinoise. Et pas besoin de mon odorat sur-développé pour cette déduction, le délicieux fumé qui se dégageait su sachet embaumait déjà une bonne partie du salon. C'est qu'elle me donnait faim la belle.

Cela me faisait un bien fou d'entendre sa voix, de voir une partie de son visage grâce au filet de lumière provenant du couloir. Je levais alors les mains pour lui montrer que je n'étais pas hostile. ❝ Un gentil fantôme... ❞, me contentais-je de dire. J'espérais qu'elle reconnaisse ma voix, qu'elle n'en ait pas déjà oublié le timbre.
      MAY


       

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] Empty
MessageSujet: Re: Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter]   Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] EmptyDim 22 Jan - 20:11

Bobbi, the friendly ghost

Sharon x Barbara


«Oh sister, I will help you hang on!»
Malgré la faitigue des derniers jours, mon bras ne tremblait pas. L'arme était maintenue bien haut, en direction de la tête de l'intrus. Je détestais faire le ménage mais je n'hésiterai pas pour autant à lui en mettre une entre les deux yeux si l'occasion se présentait. Je n'aimais pas plus tuer que ça mais je savais faire ce qui était nécessaire. Si ma sécurité était comprise, je déchargerais sans mal mon chargeur. Et tant pis pour le sang sur le tapis. En parlant de ménage, j'allais de toute façon avoir à en faire vu que je pouvais voir du coin de l'oeil le jus de mon porc au caramel se déverser sur le carrelage. Merde. Adieu repas du soir. Comment jeter de l'argent pas les fenêtres. Ça va que je n'en manquais pas. Mon métier et les primes de risques affiliées à ce dernier, me permettait de rester largement à flot. Et je parlais pas évidemment des ressources de ma famille. Je venais d'un milieu riche et si le besoin s'en faisait ressentir, je n'hésitais que peu avant de piocher dans le pactole familiale. Par chance, cela ne s'était produit qu'une fois. Je savais que mes parents s'en fichaient mais pas moi. Ils avaient construit leur fortune à la sueur de leur front. Je ne voulais pas en profiter. Je me sentais redevable. J'avais d'ailleurs tout remboursé jusqu'au centimes dès que j'avais pu. J'avais toujours été indépendante, et cela dès mon plus jeune âge. Cette indépendance passait aussi par une indépendance financière.  On ne pouvait pas être autonome sans payer soi même ses factures. «  Un gentil fantôme... » me répondit la silhouette. «  Bouge pas » aboyais je lorsque la personne leva les mains. Je savais que le geste avait pour but de m'apaiser mais cela avait juste le don de me mettre un peu plus sur la défensive. C'était toujours dès que l'adversaire se montrait gentil que tout partait en vrille. On me la faisait plus. J'étais bien trop habituée. Non vraiment combien de fois avais je des bleus se faire avoir en missions et y rester ? Beaucoup trop de fois était la bonne réponse. Je n'étais plus une novice et par conséquence je ne me laissais plus avoir. Moi et moi seule décidait si la personne me voulait du bien ou du mal. Je ne laissais pas les autres décider pour moi. En attendant donc que j'ai évalué la situation, mon arme à feu allait rester pointer sur l'instrus.

«  Bouge pas » répétais je alors que je me déplaçais vers la droite sans quitter son corps encore dans la pénombre. La seule source de lumière provenait du couloir. Le peu qui pénétrait dans le salon ne me permettait pas de voir clairement. Resserrant ma main gauche sur la gâchette, je laissais glisser ma main droite vers l'interrupteur. Je pressais ce dernier pour illuminer la pièce de lumière. Mes yeux bleus se posèrent instantanément sur la silhouette bien connue qui me faisait face. Je me disais bien que javais reconnu la voix. Seulement c'était impossible. Barbara Morse était morte et enterrée depuis longtemps. Et je le savais bien parce que j'avais assisté à son enterrement.  Je ne savais pas ce que j'avais en face de moi mais ce n'était pas mon amie. Ma main libre retrouva mon arme. L'irritation que j'avais ressenti toute la journée fit son retour alors que je détaillais ce que j'avais en face des yeux.  Si c'était un clone ou une copie, elle était parfaite. De ce que je pouvais voir en tout cas. Autant dire que cela me blessa mais par orgueil je ne laissais rien paraître. Bobbi avait été mon amie. Je n'avais beau pas être très porté sur les émotions, j'avais souffert de sa disparition. Je ne l'avais juste pas étalé au grand jour et avait gardé tout cela pour moi comme à mon habitude. Comme ma tante Peggy, j'étais très pudique avec mes sentiments. Je détestais les affiche de peur que l'on s'en serve contre moi. C'était déjà arrivé. J'avais retenu la leçon et avait vieilli. Autant dire que cette habitude était là pour rester, qu'importe ce que le psy du SHIELD pouvait bien en penser. Cela m'avait sauvé la vie et la face plus d'une fois en mission. Garder son sang froid était la clé de toute mission réussie. C'était juste un peu plus handicapant dans la vie personnelle. Néanmoins, la personne que je voyais en ce moment était aussi porté sur les sentiments que moi. Je supposais que l'on s'était bien trouvé. «  T'es qui ? Encore une de leur tactique ? Ça ne marchera pas avec moi » déclarais-je en parlant bien évidemment de Faustus et par extension d'HYDRA. J'avais finalement réussi à me débarrasser d'eux pour le moment mais je savais que eux n'en avait pas fini avec moi. Et si c'était un coup de leur part, ils allaient le sentir passer.  L'idée que c'était bien la vraie Bobbi que je mettais en joug me traversa l'esprit un instant. Je la rejetais cependant rapidement. C'était impossible. N'est ce pas ?

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] Empty
MessageSujet: Re: Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter]   Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] EmptyLun 23 Jan - 10:48


     

       

     


— SHARON & BOBBI

Bobbi, The Friendly Ghost

Son arme toujours pointée sur moi, Sharon m'ordonna à nouveau de ne pas bouger. Cela était si étrange d'être de l'autre côté de la barrière. J'étais à la place de l'ennemie et je devais avouer que cela était déstabilisant. C'était la première fois qu'elle me tenait en joug et cela était des plus déplaisants. Mais je ne pouvais que comprendre sa réaction, j'aurais, sans aucun doute, eu la même si un intrus s'était invité dans mon canapé. Le fait que je lève les bras pour lui montrer ma non-hostilité n'avait eu aucun impacte sur elle et j'entendais dans sa voix une détermination et une méfiance à toute épreuve. C'était bien ma Sharon, fidèle à elle même, un agent d'exception qui ne se laissait pas berner. Elle ne baissait pas sa garde et elle avait raison. Bien sûr, je ne lui voulais aucun mal mais s'il avait s'agit de quelqu'un d'autre, elle aurait eu le bon comportement.

Très lentement, elle se déplaçait pour appuyer sur l'interrupteur de son salon et ainsi plonger la pièce dans la lumière. Je plissais légèrement les yeux, le temps que ces derniers s'habituent, avant de plonger mon regard dans celui de Sharon. Et voilà, elle m'avait vu, je ne pouvais plus revenir en arrière. Mais c'est alors que je vis dans son regard une option à laquelle je n'avais même pas pensé. Je me sentais tellement bête de ne pas avoir y songer. Elle n'y croyait tout simplement pas. Une réaction si évidente, si naturelle. Le SHIELD m'avait officiellement déclaré morte, cela faisait des mois que je me terrais loin de mes proches, normale donc qu'elle soit sceptique. Comment avais-je pu négliger un tel scénario? La chose s'annonçait donc plus compliqué que je ne l'avais imaginé car désormais, je devais lui prouver que j'étais bien Bobbi et pas une de ces choses qui peut prendre l'apparence de n'importe qui.

Je baissais alors lentement les bras, évitant tout geste brusque qui pourrait me valoir un trou dans la peau. Je pense néanmoins qu'avec ma vitesse surhumaine, j'aurais pu éviter cette balle, mais je n'avais pas envie de tenter le diable. Je voulais rassurer Sharon, la mettre en bonne condition pour qu'elle accepte de m'écouter, pour qu'elle accepte l'idée que c'était bien moi. ❝ Je comprends ta réaction, j'aurais eu la même à ta place. Mais c'est bien moi Carter... Bobbi. J'ai vraiment perdu la vie ce jour là mais Fury m'a sauvé à tant, il m'a ramené. Il y a eu pas mal de complications et je n'ai pas pu revenir avant aujourd'hui. Appelles le, il confirmera. Il sera vraiment pas content de savoir que je suis là devant toi mais, il confirmera. ❞

Je jouais ici la carte de l'honnêteté, bien que j'omettais encore certains détails comme mon optimisation. Chaque chose en son temps. Je n'avais pas pu revenir avant à cause des effets secondaires provoqués par le sérum. Je n'étais pas contrôlable et moi même je m'effrayais à l'époque. Je n'avais pas pu prendre un tel risque, revenir au grand jour, parmi les miens, avec des pouvoirs et des conséquences que je ne contrôlais pas. Je ne pouvais pas risquer de leur faire du mal. J'avais du réaliser un gros travail sur moi même pour me retrouver et maîtriser ces effets secondaires. Aujourd'hui j'étais prête à revenir sur le devant de la scène. Je n'étais plus un danger, j'en avais désormais totalement conscience. Une fois mon temps de parole écoulé, j'attendais sagement de voir la réaction de Sharon. J'espérais qu'elle m'écouterait, qu'elle appellerait Fury pour avoir confirmation. Dès lors, elle ferait parti du projet et devrait garder le secret sur mon existence.

     MAY


       
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] Empty
MessageSujet: Re: Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter]   Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] EmptyJeu 2 Fév - 21:20

Bobbi, the friendly ghost

Sharon x Barbara


«Oh sister, I will help you hang on!»
D'un yeux perçant et aiguisé par des années d'expérience, je suivais le moindre de ses mouvements mêmes les plus minimes. Un moment d’inattention et tout pouvait basculer. Mes sourcils se froncèrent légèrement lorsqu'elle baissa les bras.  Mon doigt se rapprocha un peu plus de la gâchette de mon arme en guise de réponse. Il ne manquait plus qu'elle dégaine une arme que je ne pouvais pas voir. Au moindre mouvement suspect, j'étais prête à faire feu. « Je comprends ta réaction, j'aurais eu la même à ta place. Mais c'est bien moi Carter... Bobbi. J'ai vraiment perdu la vie ce jour là mais Fury m'a sauvé à tant, il m'a ramené. Il y a eu pas mal de complications et je n'ai pas pu revenir avant aujourd'hui. Appelles le, il confirmera. Il sera vraiment pas content de savoir que je suis là devant toi mais, il confirmera ». Malgré ma surprise face à cette confession plus qu'étrange, je ne laissais rien paraître et restais dans la même position. Si mon visage resta figé, mon cerveau lui en profita pour s'affoler et analyser ce qu'elle venait de me balancer. C'était … gros pour ne pas dire autre chose. Quelqu'un d'autres que moi aurait probablement lâché un rire sans amusement avant de lui demander d'arrêter de se payer de sa tête. La réaction aurait été justifiée face à la situation dans laquelle je me trouvais. Néanmoins, j'avais vu beaucoup de choses depuis que je m'étais engagée au SHIELD. Ces choses avaient définitivement changé ma perception du monde. Et surtout de ce que je percevais être possible ou impossible. Ce qu'elle me racontait n'était pas si fou que ça. Ni même si irréalisable. Le SHIELD avait des moyens que beaucoup n'avaient pas et par conséquent, le domaine du réalisable était largement étendu.  Et c'était sans compter le fait, que l'agence était souvent à la pointe de la technologie dans bien des domaines.

L'idée de suivre sa proposition et d'appeler Fury était très tentante. Vraiment, elle me démangeait. Mon scepticisme ne serait certainement apaisé que par la confirmation de mon directeur. Je lui accordais mon entière confiance. Cependant, Fury n'aimait pas être dérangé et surtout pas pour rien.    Le directeur du SHIELD pouvait se montrer très sec et irritable lorsqu'on se permettait de l'appeler pour lui faire perdre son temps. Je ne pouvais que me retrouver dans ce comportement. Sur ce point là, nous étions en tout point identique. «  Bouge pas » répétais je à nouveau en glissant une de mes mains dans la poche de mon pantalon. De là, j'en sortis mon portable et sans regarder mon clavier tactile, je tapais le numéro que je connaissais par cœur. Non pas que je me permettais de l'appeler souvent mais nous étions assez régulièrement en communication. Et puis, j'avais toujours été douée avec les chiffres. Je les retenais très facilement. J'avais de plus une très bonne mémoire.  Bien entendu, cela était un atout non négligeable dans mon métier. Une fois le numéro composé, je pressais l’icône verte  avant de porter l'appareil à mon oreille. «  J'ai un truc qui ressemble à Bobbi Morse dans mon canapé » lâchais je une fois qu'il eut décroché. Un fin rictus se plaça sur mes lèvres lorsque j'avisais son air offusqué. Pour moi tant que je n'étais pas sûre qu'elle était bien qui elle était, elle resterait un truc. Un truc non identifié qui plus est.  Fury lâcha un soupir avant e confirmer à demi mots ce qu'elle m'avait dit. Même face au fait accompli, il trouvait le moyen d'essayer de protéger ses secrets. Il était définitivement incroyable. Je coupais court à la conversation une fois que j'eus l'information que je désirais. Après quelques secondes plus de réflexion, je finissais finalement par baisser mon arme et enclenchais la sécurité. «  J'espère que t'es fière de toi » soufflais je finalement en désignant mon repas étalé sur le sol et le jus qui souillait mon parquet. Probablement pas la salutation la plus agréable. Je savais cependant qu'elle  n'allais pas s'en formaliser. Ma bobbi ne s'était jamais formalisé de ma mauvaise humeur, de mon humeur plus que douteux et de l'agression passive qui élisait souvent domicile dans ma voix. C'était ce qui en avait fait une de mes amies les plus proches. Une amie plus vivante que je n'avais pu le croire. Je n'allais pas mentir, j'étais blessée. Et quelque peu énervée. Je détestais les surprises et celle la était de taille. Autant dire  qu'elle avait des explications à me fournir. Nous n'allions pas en rester au simple Salut, au fait je suis vivante. Je voulais savoir comment. Je voulais savoir pourquoi maintenant. J'avais tellement de questions à lui poser. Et j'espérais qu'elle ait des réponses convaincantes à me donner. Après tout, j'avais l'image de son enterrement à effacer de mon esprit.


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] Empty
MessageSujet: Re: Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter]   Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Bobbi, The Friendly Ghost [Feat. Sharon Carter]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les jumeaux retrouvés [Feat - Shin Carter]
» Sharon Carter - Agent Of Shield
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)
» Sting Carter - relationship.
» JOHN CARTER DE MARS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel, No one is innocent ::  :: Archives RP-