AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Richard Rider
Héros Indépendant

Date d'inscription : 22/10/2015
Messages : 1038
Multicomptes : non ! le Worldmind me suffit !
Dollars : 1797
Avatar : Jared Padalecki
Age : 32 apparent
Surnom : Rick, Richy
Nom de code : Nova
Localisation : NY
Métier : Récupérateur revendeur
Race : Humain amélioré

MessageSujet: Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)   Mer 8 Mar - 15:16



Ligne temporelle : juste avant l'épique voyage d'Anna Decker


Pour obtenir une autorisation afin de consulter les plans les plus anciens et les plus précieux de New-York enfermé dans les archives de la prestigieuse "New York Public Library", une bibliothèque majestueuse en plein Manhattan créée virtuellement en 1895 et dotées de 7 sous-sols de stockage en dessous de vastes salles ouvertes elles au public gratuitement, il m'avait fallu plusieurs semaines et quelques filouteries administratives.

Mais le résultat était là aujourd'hui, alors que j'en montais les escaliers encadrés par deux superbes statues de lions couchés en marbre rose du Tennessee sculptées par Edward Clark Potter qui montent la garde de part et d’autre de la façade.

Ils avaient pour noms "Patience" et "Courage" (Patience & Fortitude) qui leurs avaient été donnés dans les années 30 par Fiorello LaGuardia, le maire de New York de l'époque, en hommage à la résistance de la population de New York lors de la Grande Dépression.

Les new-yorkais leur vouent quasiment un culte même si des traditions un peu limites qui voulaient qu'on les travestisse régulièrement en avaient corrompu la surface jusqu'à ce qu'un décret en stoppe l'autorisation.

Je prends la queue derrière la file de visiteurs qui se pressent en bon ordre et quasi religieusement devant le guichet derrière lequel une vieille dame enregistre les identités et indique au passage le chemin à chacun pour se rendre là où le plaisir de lire autant que la recherche documentaire devait le mener.

Quand arriva mon tour, je lui tendais la lettre m'autorisant à rejoindre le sixième sous-sol pour y compulser les plans les plus reculés encore existant de notre bonne vieille cité afin de préparer le périple de ma jeune associée Anna Decker dans cette entreprise de récupération d'un trésor enfoui et oublié dans entrailles de Brooklyn.

Je vis son sourcil se lever, son regard de glace me reluquer par dessus ses demi-lunes alors que sa main se tendait presque tremblante vers un téléphone dissimulé sous une pile de prospectus.

J'attendis qu'elle finisse sa conversation feutrée en admirant les murs et les plafonds de ce hall majestueux et la remerciais chaleureusement quand elle me tendit mon badge d'accès valable pour les douze prochains mois vers les profondeurs de ce Paradis d'archives pour lequel bien des rats de bibliothèques auraient vendu pères et mères.

Elle me donne aussi un petit paquet contenant des gants en coton tiré d'un de ses tiroirs en me recommandant de les porter dès mon entrée dans la salle d'archive pour éviter toute dégradation des documents à cause de la graisse humaine naturellement présente sur les doigts ou la peau en général.

Suivant ses indications, même si je connaissais un chemin bien plus rapide pour y aller mais je devais être enregistré pour l'emprunter ce qui était fait maintenant, je quittais le flot naturel des visiteurs vers les salles de lecture pour m'enfoncer vers d'autres secteurs moins accessibles aux curieux ou aux touristes de tous poils.

Et oui ! On ne pouvait consulter les ouvrages et documents que je voulais voir dans la fameuse "Rose Reading Room", la plus grande salle de lecture, ni dans aucune autre d'ailleurs.

Je descends quelques volées de marches en marbre et je me retrouve dans un autre couloir voûté sur lequel s'ouvrent de loin en loin des portes aux allures de portails, et j'avance jusqu'à celles qui condamnent la réserve où sont stockés les plans que je convoite.

J'avais compulsé bien des copies, envoyé mes drones en exploration, élaboré un modèle en trois dimensions pour bien visualiser les lieux et les accès, mais il me manquait quelques bribes du chemin et surtout une éventuelle possibilité de rejoindre mon exploratrice en cas de coup dur pendant son trajet en solitaire.

C'était le problème du Net et des copies, ceux qui les avaient faites ou mises en ligne n'avaient posté que ce qui était sensationnel ou qui les intéressait réellement, laissant de côté d'autre portions sans intérêt pour eux mais d'un immense pour moi.

Rares sont les personnes autorisées ici, la preuve en est qu'avant d'introduire mon badge dans la fente du lecteur, je jette un regard à droite et à gauche par habitude et je n'aperçois qu'une silhouette féminine arrivant au loin par le chemin que je venais de parcourir. Je n'y prête pas vraiment attention et j'entre enfin dans le sein des saints.

Pendant une heure, je fouille et étale mes trouvailles sur les grandes tables qui occupent le centre de cet espace vaste mais clos avec une sorte de douceur religieuse   sans vraiment les inspecter. La plupart sont des grands plans, parfois un livre ouvert à la page d'une unique illustration, je trouve même une esquisse faite à la main sur un vieux parchemin croûteux et tâché ...

Comme je suis seul là-dedans, je ne me gène pas pour utiliser ma vitesse naturelle ni le matériel que j'ai amené avec moi dissimulé sous la forme d'un vulgaire ordinateur portable. A peine l'avais je ouvert et avais je pressé une combinaison de touche que le Paddle se soulevait et qu'un mini-drone en sortait, se positionnant au dessus de moi ou des tables pour prendre des vues de ce que j'y mettais. Les données ainsi engrangées étaient stockées dans l'unité centrale qui les assemblait au mieux afin d'établir un modèle en 3D qui se construisait dans les airs par dessus les originaux au fur et à mesure.

Bien sur, c'était risqué, bien sur, si quelqu'un entrait il faudrait que je donne des explications, mais je n'en avais que faire, il fallait que je comble les lacunes de mes propres plans à tout prix ...
J'étais si concentré sur mon travail que je n'ai pas entendu la porte s'ouvrir et se refermer doucement ni ressentis la différence palpable dans l'air et les odeurs du lieu. Enfin pas tout de suite ... Car à un moment, mon instinct me hurla qu'on m'observait ...

Je regardais les deux caméras qui surveillaient la pièce d'en haut puis mon ordi qui me confirma qu'elles recevaient en boucle des images innocentes. Haussant les épaules, je continuais, mais ce sentiment de présence restait très fortement ancré ...

Je lançais un regard vers le drone et lui lançais un ordre bref en Kree ce qui lui fit  arrêter son étude des parchemins et commencer à faire le tour de la pièce à la recherche d'un intrus tandis que d'une simple pichenette sur le clavier, je faisais disparaître la vue 3D flottant entre la table et le plafond.

Il y a quelqu'un ?  Is there anyone ? Zài nàlǐ, tā yǒngyǒu biérén ? Soko ni kare ga dareka o motte imasu ka ?

Je n'avais pas peur, loin de là, mais se sentir épié ou une présence sans en savoir l'origine m'exaspérait, et comme je ne croyais pas aux fantômes, même si Ghostbusters y avait tourné quelques scènes, il ne pouvait qu'y avoir quelqu'un d'autre ici ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Poor E. Sirius
X-Men - STAFF

Date d'inscription : 20/11/2015
Messages : 273
Multicomptes : Felicia & Gabrielle & Peter Fl
Dollars : 1938
Avatar : Evan Rachel "Hot" Wood

Age : 128 ans
Surnom : Poo ou PES
Nom de code : Simonia
Localisation : New York, ou quelques parts par là
Pouvoir : Régénération Cellulaire
Métier : Professeur d'histoire à l'Institut
Race : Mutante

MessageSujet: Re: Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)   Jeu 30 Mar - 1:06




Un livre pour une Xmortelle
Poor et Richard


Nostalgie ? C'était un mot que je connaissais bien, un peu trop bien même devrais-je dire. Et parfois, elle me prenait carrément aux tripes parce que je me remémore des choses qui ne sont plus là depuis des années et des années. Je n'ai pas 128 ans pour rien, et certaines choses me manquent parfois même si j'ai su faire avec mon temps. Je ne peux pas dire que tout est mauvais parce que ce n'est clairement pas le cas, mais je ne peux pas dire que tout est devenu meilleur. En médecine, il y a eu de beaux et grands progrès, il y a eu internet et tout un tas de choses qui peuvent être bénéfiques si on en fait un bon usage mais comme tout, ce n'est pas vraiment le cas. L'humanité était déjà égoïste de mon temps, mais elle l'est encore plus à présent. C'est dommage, mais c'est la vérité vraie. Tout le monde est accroc à son téléphone et plus personne ne se parle et ne s'entraide vraiment. C'est un temps que peu de personnes ont connues, un temps qui n'existe plus vraiment, plus sur terre en tout cas, c'est une certitude. Ainsi, aujourd'hui, j'avais la nostalgie de certaines choses, d'un New York que je n'avais pas tellement connu mais qui n'existait plus à présent, parce que trop ancien. Il y a de cela quelques années, j'avais réalisé un livre sur le New York du début du XXème siècle, un New York que je n'avais pas vraiment connu puisque j'étais à Naples, mais je m'étais prise au jeu entre deux missions sur le terrain ailleurs que par ici. Depuis ce temps là, j'avais une accréditation pour les archives de la ville. Avant, j'avais à montrer pattes blanches pour rentrer à l'intérieur, maintenant tout était devenu plus compliqué et automatisé mais mon autorisation était toujours valable, j'étais dans leurs fichiers avec mon nom actuel bien entendu. Je ne savais pas trop ce que j'allais regarder sans doute des bouts de papier presque aussi vieux que moi, rendez-vous compte. Ils étaient à consulter sur place, impossible d'en faire une copie, juste un peu de lecture en quelques sortes rien de plus mais j'en avais envie. Voir quelques photos, enfin, si on pouvait appeler ça des photos parce qu'à l'époque c'était presque des dessins de la ville qu'on représentait parce que la photo n'était pas très répandue. Je descendais donc dans les bas fonds du bâtiment pour me rendre dans ce sacro-saint lieu de presque pèlerinage pour moi. Mais visiblement, je n'étais pas la seule à être sur place, aussi étonnant que cela puisse paraître. Un jeune homme semblait travailler sur un plan de la ville avec un drone et une modélisation en trois dimension en direct ou presque. Mais visiblement mon regard le troubla même si j'étais trop loin pour qu'un simple humain m'entende vraiment. Il semblait avoir perçu ma présence, comme une sorte de sixième sens m'envoyant son drone dessus, faisant disparaître la modélisation en trois dimensions. Il appela alors en plusieurs langues ce qui me fit sourire. Il ne savait pas à qui il avait à faire. J'avais presque envie de lui parler en italien, parce que je parle encore couramment cette langue, mais je ne m'amuserais pas à agir de la sorte. Alors que le drone semblait avoir capté ma présence, je m'avançais finalement vers lui d'un pas assuré.

" Non, visiblement, il n'y a personne, enfin, à part vous et moi et vos drones. J'espère que je n'ai pas interrompue quelques choses de trop importants au moins. "

Et je lui tendais une main en guise de salutations. Il était rare de trouver quelqu'un à cet étage, encore plus rare de trouver quelqu'un usant d'une telle technologie. Je n'étais pas certaine qu'il puisse le faire, ces documents étant presque confidentiels, mais s'il savait faire ça avec son ordinateur, sans doute avait-il réussi à pirater les quelques caméras de sécurité de l'étage. Si le gardien est un peu attentif, il se demandera pourquoi deux personnes sont venues ici et que pourtant, il ne les voit pas. Mais bon, j'en doutais un peu, même s'il y a des documents sensibles, les personnes venant ici n'étaient en rien des terroristes, du moins, en théorie, parce que je ne savais pas ce que le jeune homme faisait précisément.

Fiche codée par NyxBanana

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Richard Rider
Héros Indépendant

Date d'inscription : 22/10/2015
Messages : 1038
Multicomptes : non ! le Worldmind me suffit !
Dollars : 1797
Avatar : Jared Padalecki
Age : 32 apparent
Surnom : Rick, Richy
Nom de code : Nova
Localisation : NY
Métier : Récupérateur revendeur
Race : Humain amélioré

MessageSujet: Re: Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)   Jeu 30 Mar - 15:22


En fait de fantôme, c'est une femme qui s'avance dans la lumière.

Sa démarche, sa prestance, son port altier, tout démontre une forte personnalité et une femme sûre d'elle, ayant une situation bien au dessus de la moyenne et l'habitude d'en imposer. Sur l'écran du soit disant portable, je voyais défiler les indications que mon drone transmettait. Pas d'arme dissimulée, pas de badge d'une administration ou d'une organisation particulière si ce n'est deux cartes magnétiques.

L'une d'elles était un passe pour cette bibliothèque assez ancien vu la date de première validité, l'autre était une carte d'accès un peu particulière dont j'avais déjà rencontré une autre titulaire, une rouquine aussi, mais elle avait des disposition très particulières pour communiquer d'esprit à esprit et je l'avais fuit comme la peste après avoir bloqué mes pensées. Ces similitudes capillaires et informatiques me mirent la puce à l'oreille (pas celle de sa carte, celle qui grattouille). Mais je laissais tomber.

Après tout, je n'étais pas en mauvais termes avec l'école de Xavier même si celui ci n'avait pas daigné répondre à ma demande d'entrevue. De plus, elle ne faisait pas partie des sommités qui en étaient issues et vu son âge, ni des jeunes boutonneux bourrés de testostérones qui y résidaient ...

Une assistante ou une parente d'élève peut être ... Peu importait, mes recherches, dont je voyais la fin normalement, étaient plus importantes et presque officielles, du moins sur le papier, donc je n'avais virtuellement rien à dissimuler si ce n'est la technologie un peu particulière employée. Mais ça, elle l'avait déjà découvert ... Donc ...

Elle n'hésita même pas un instant, prouvant par là que j'avais raison et qu'elle n'était nullement impressionnée ou perturbée par mes outils, et elle se planta devant moi puis me tendis une main parfaitement manucurée, indice qu'elle prenait soin de sa personne, bien plus que la moyenne nationale, main donc que je serais à la limite d'être tenté par le baisemain vu la façon dont elle me la présentait.

Je lui donnais à peu de choses près mon âge, la trentaine passée mais assez loin de la dizaine suivante, enfin de prime abords, car ses yeux et ses manières semblaient vouloir démentir cette première estimation. Il se dégageait d'elle une force insoupçonnée et un petit je ne sais quoi de vieillot très intrigant.

En touchant le Paddle d'un doigt, j'envoyais un ordre au drone qui commença la recherche dans les fichiers du personnel de l'établissement où il ne trouva pas de correspondance, puis embraya sur celui des utilisateurs privilégiés dont elle portait le sésame.

Son dossier s'afficha et je quittais son regard presque hypnotique pour consulter sa fiche en diagonale ...
Elle était enregistrée comme écrivain, une référence littéraire sur un bouquin qu'elle avait pondu en prouvait la véracité. Il me fallait donc jouer comme sur un champ couvert d'oeufs avec elle, je n'avais pas encore compulsé tous les documents et ce qu'elle n'avait pas manqué de voir pouvait l'amener à me dénoncer et à me faire virer d'ici sous prétexte que je pouvais abîmer les documents avec une technologie non approuvée.

Bonjour Mademoiselle Sirius, je ne pensais pas vous rencontrer ici. Si je l'avais espéré, j'aurais amené avec moi votre ouvrage pour une dédicace ...

Et voilà ! Merci la technologie pour m'avoir fourni une diversion ! Brosser l'autre dans le bon sens du poil et toucher sa vanité peut souvent balayer les soupçons. Par contre, d'autres infos continuaient d'arriver, le drone cherchait toujours, mais j'en savais assez et je devais justifier tout ce matériel ...

Je tapotais à nouveau sur la surface plate du clavier du pseudo-ordinateur et déroulais une autre carte par dessus celle qui s'étalaient déjà sur la table sans aucun complexe. Cesser toute activité aurait paru suspect, continuer, même avec des moyens un peu spéciaux laisserait penser que ce n'était que tout à fait naturel et autorisé.

Scan et incorporation dans la vue 3D Lançais je le plus naturellement et le plus désinvoltement du monde au drone alors que la dite vue en trois dimension réapparaissait dans les airs.
Interrompu, je ne dirais qu'un instant, important, je corrigerais plutôt par personnel ... Je fais des recherches en archéologie urbaine afin de reconstruire un réseau de tunnels assez anciens. C'est un passe temps, mais je tiens à aller jusqu'au bout avant la fin de la validité de ma carte d'accès.

Jouer carte sur table avec un jeu clair pour masquer un autre moins orthodoxe, un moyen de gagner une partie mal engagée ... Par sécurité, je demandais au Worldmind de fermer mes pensées à un observateur extérieur. On ne sait jamais des fois ... Une rouquine peut en cacher une autre ...

Et vous ? Un nouvel ouvrage sur le feu ?.

Demandais je en faisant légèrement pivoter la nouvelle pièce du puzzle en approchant l'index de sa vue suspendue puis en reliant toujours du bout du doigt les passages pour finalement rectifier les disproportions provenant d'une représentation manuelle simpliste et les amener à des échelles similaires.
Je regardais le résultat en faisant la moue, peu convaincu du résultat très approximatif, ce qui pouvait être dangereux pour Anna qui allait devoir s'aventurer dans ce labyrinthe.

Ouaip ... La description du scribe va être obligatoire ... Voyons un peu cela ... Je retirais des étagères un vieux calepin tout craquelé et je le posais fermé sur un coin de la carte. Analyse et résumé ... et le drone vint se mettre en stationnaire au dessus et commença l'analyse au travers de la couverture et des pages ...

Si vous voulez un coup de main pour vos propres recherches, je peux vous aider, j'ai un autre drone en réserve ... Ah oui, je ne me suis pas présenté, je suis Richard ... Dis je en m'intéressant à un autre bouquin que je compulsais en feuilletant rapidement les pages devant mes yeux. Facile quand on a fait un stage de "lecture rapide" avec une IA survitaminée ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Poor E. Sirius
X-Men - STAFF

Date d'inscription : 20/11/2015
Messages : 273
Multicomptes : Felicia & Gabrielle & Peter Fl
Dollars : 1938
Avatar : Evan Rachel "Hot" Wood

Age : 128 ans
Surnom : Poo ou PES
Nom de code : Simonia
Localisation : New York, ou quelques parts par là
Pouvoir : Régénération Cellulaire
Métier : Professeur d'histoire à l'Institut
Race : Mutante

MessageSujet: Re: Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)   Jeu 13 Avr - 15:14




Un livre pour une Xmortelle
Poor et Richard


Une chose était sûre, j'étais sur mes gardes. Quelqu'un usant d'une telle technologie dans un endroit aussi insolite n'était pas n'importe qui, et son but était bien entendu très précis. Pourquoi serait-il ici sinon dans ce cas là ? Il n'était sans doute pas nostalgique comme je pouvais l'être, il semblait jeune même si les apparences sont bien trompeuses, puisque je parais jeune mais que je ne le suis pas tant que ça, même s'il y a encore bien plus vieux que moi. Je sais que certaines divinités sont vieilles de quelques millénaires, si ce n'est plus même. Mais du haut de mes 128 ans, je n'avais à rougir de rien du tout. Je m'approchais donc de l'homme qui possédait une belle technologie. Est ce qu'elle était terrestre ? Sans doute mais sans doute qu'il y avait plus que cela, peut être qu'il préparait une invasion ou alors qu'il cherchait seulement un potentiel trésor caché dans la vieille ville de New York, allez savoir. Les théories fusaient dans ma tête, mais avant de me faire une idée plus précise, j'attendais de voir ce qu'il allait me dire maintenant que je l'avais pris la main dans le sac si on peut dire. Il semblait être en attente de quelques choses, et pour cause, il faisait des recherches en accélérée sur ma personne. Je ne savais pas ce qu'il allait trouver, parce que numériquement, il n'y a pas tellement de traces de ma personne, si ce n'est récemment, du moins dans les trente dernières années. Avant cela, tout était au format papier si vous voyez ce que je veux dire, même si je me suis amusée à numériser quelques documents pour ma propre gouverne. Il s'adresse donc à moi m'appelant par mon nom de famille ce qui me fait sourire. En vérité ce qui me fait le plus sourire c'est ce qui sort ensuite de sa bouche, visiblement, il a trouvé trace d'un livre que j'ai écrit, il y a quelques années maintenant, un livre que personne ne connait ou presque, personne mais il ne semble pas être fait de ce bois là. Technopathe ? C'est une possibilité qui me trotte dans la tête mais la vérité doit être bien plus compliquée que ça et cette vérité là ne m'intéresse pas plus que ça à vrai dire. Je suis toutefois curieuse de savoir ce qu'il fait vraiment ici. Je réagis donc à ces propos avec un sourire que l'on pourrait juger de presque carnassier.

" Si vous pensez m'impressionner avec ça c'est raté. Vous seriez bien le premier depuis des années à vouloir une dédicace alors pas la peine de tenter de me brosser dans le sens du poil voulez-vous. Si ma présence ici est légitime, la vôtre ne semble pas l'être. Vous êtes doués avec la technologie, sans doute que votre pass pour les entrailles de cette bibliothèque est un faux, j'en mettrais ma main à couper. "

Ce ne sont pas des menaces, non, je veux juste qu'il comprenne que je ne suis pas son amie, et pour le moment que je ne suis pas son ennemie mais que cela pourrait changer dans un sens comme dans l'autre. Je suis certaine que lui aussi est un dur à cuire, mais pour le moment, il n'a rien fait pour que je lève mon bouclier. Je n'aime pas que l'on se croit supérieur comme il me l'a fait ressentir en m'appelant par mon nom alors qu'on ne se connait pas, et en tentant de me lécher l'arrière-train en voulant une dédicace. Ce n'est pas comme cela que ça marche avec moi, mais il a désormais du le comprendre. Il m'expliquait donc de façon visiblement assez naturelle ce qu'il faisait ici, reprenant comme si je n'avais pas été là. Cela ne me plaisait pas, mais au moins, il ne se dérobait pas devant moi. Est ce qu'il était vraiment là pour ça ? Je n'avais aucun moyen de le vérifier. Il était clairement là pour ça, mais est ce que c'était "seulement" pour cela ? Vu la technologie employée, je pouvais clairement en douter, mais je n'allais pas l'arrêter pour autant, pas encore du moins. Et puis qui sait, peut être que ce monsieur pourrait devenir un allié prochainement, qui sait ? Mais pour ce fait, je devais en savoir plus, afin d'avoir suffisamment confiance. J'attendais qu'il se présente puisque je n'avais pas à le faire, il savait déjà tout de moi, du moins tout ce qu'il y avait à trouver en surface. Il me demanda donc si j'étais là pour un nouveau livre.

" Vous êtes perspicaces dites moi. Qu'est ce que je pourrais bien faire ici si ce n'est pour un nouveau bouquin, n'est ce pas ? "

Sarcastique ? Oui, un peu, même si la vérité était bien ailleurs que dans les nombreuses pages qui sont ici. Il continuait en tout cas à travailler sur son plan de la ville, les souterrains notamment. Mais les dessins qu'il avait trouvé ne semblaient pas assez précis au vue de sa tête, alors il chercha le bouquin qui possédait les descriptions du lieu et il le fit analyser par un de ces drones. Il me dit même qu'il en avait un de disponible pour moi mais ça ne m'intéressait pas. Contrairement à lui, j'avais le temps de faire mes propres recherches quitte à rester ici durant des semaines. Il s'appelait donc Richard.

" Contrairement à vous, j'ai le temps de rester ici pendant des semaines si je le désire, je n'ai donc pas besoin de drones pour mes recherches mais c'est gentil de proposer Richard. Et vous avez un nom de famille ? En tout cas, je trouve que pour un passe-temps vous prenez ça un peu trop au sérieux comme si cela n'en était pas vraiment un. Vous ne faites pas vos recherches pour vous, n'est ce pas ? Qu'est ce que cela va vous apporter de reconstituer ces vieux tunnels qui sont pour la plupart en ruine ou détruit ? "


Dites moi si je pose trop de questions surtout, mais ma curiosité est piquée au vif même si au fond, je me fous royalement des réponses. C'est juste que je veux lever le voile sur ces intentions, en tentant de trouver un point d'appui pour lui faire un tant soit peu confiance.

Fiche codée par NyxBanana

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Richard Rider
Héros Indépendant

Date d'inscription : 22/10/2015
Messages : 1038
Multicomptes : non ! le Worldmind me suffit !
Dollars : 1797
Avatar : Jared Padalecki
Age : 32 apparent
Surnom : Rick, Richy
Nom de code : Nova
Localisation : NY
Métier : Récupérateur revendeur
Race : Humain amélioré

MessageSujet: Re: Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)   Mar 25 Avr - 16:11


Même si je n’en laissais rien voir, je décelais le sarcasme dans le ton de sa voix et aussi une sorte de défiance à peine voilée. L’aurais je importunée dans ses projets sans le vouloir ?

Toujours est-il qu’elle rejette poliment ma proposition d’aide et insiste un peu plus sur mon propre travail qu’elle a parfaitement identifié. Curiosité et méfiance, deux résolutions contradictoires et complémentaires dans le cas présent dont je devais au moins satisfaire l’une pour éviter que l’autre ne la fasse appeler du renfort et dévoiler ma présence illicite, enfin virtuellement non officielle puisque j’avais toutes les autorisations possibles sauf si on interrogeait ceux et celles qui avaient soit disant signé et cautionné ma validité en ces lieux.

Rider … Richard Rider … Spécialiste en récupération et restitution de biens et optionnellement créateur/actionnaire d’une grande chaîne de culture et de distribution de primeurs bio-urbains. Je suis ici pour affaires, des biens ancestraux à retrouver et à restituer aux héritiers … Rien de très lucratif en soit, mais très intéressant à mener …

La reconstitution virtuelle du plan était terminée et je demandais alors la superposition des sondages réalisés la veille à l’aide avec mon armure … C’était une catastrophe géologique et architecturale …

Les creusements pour réaliser les fondations des immeubles successifs, les glissements de terrain, les travaux de création des tunnels du métro, les réfections, tout cela avait changé totalement la physionomie du sous-sol.

Certaines portions étaient intactes ou peu touchées alors que d’autres avaient totalement disparues. Je regardais d’un air soucieux la projection en essayant de calculer de moi-même un trajet assez sécurisé pour ma future partenaire … Pas simple … Pas simple du tout …

J’ai trouvé il y a quelques temps dans les égouts une cassette en argent richement ouvragée datant de la guerre civile. Son contenu, quelques pièces d'époque, deux sacs de pierres précieuses et surtout un plan de boyaux aménagés dans les entrailles de la ville en dehors de toute connaissance aujourd'hui indiquant d’une croix l'entrée d'une chambre forte aménagée pour recevoir quelques richesses financières et culturelles mises au frais hors d'atteinte d'éventuels envahisseurs. Expliquais je en faisant le tour de la table, donc en passant près d’elle et derrière elle, observant en mon fort intérieur qu’elle était plus jolie et moins âgée que je ne l’avais supposé au départ, quoique …

Quelque chose me chiffonnait, mais je n’arrivais pas à déterminer quoi …

Excusez moi une seconde. Calcul des possibilités de trajets en fonction du sujet recruté … Trois degrés de danger, pas plus …

Demandais je à la machine dissimulée en anodin ordinateur portable alors que je m’éloignais d’elle à nouveau.
Une série de tracés commencèrent à naître partant de l’extérieur vers la salle et inversement. Quelques zones en jaune, orange et rouge furent marquées et je les pointais du doigt pour en obtenir un grossissement. C’était souvent des zones immergées ou soumises à des poches de gaz dangereux.

J’en éliminais quelques unes pour ne laisser finalement que les jaunes actives. Le trajet prenait forme doucement sous nos yeux avec une série de chiffres incrustés représentant les proportions de réussite et de pénibilité ainsi que le temps impartit.

Je ne fais cependant pas cela que pour le fun ou par altruisme absolu, pas toujours du moins, cette cache m’intéresse personnellement pour un petit objet qui doit y être et qui me conduira vers d’autres recherches. Une sorte de puzzle historique et archéologique en somme si vous voyez …

J’étais satisfait de ces résultats, Anna sous sa forme de rat pourrait arriver au bout et installer le générateur auxiliaire de vortex sans trop de danger, juste une longue suite d’obstacles. J’avais quelques points d’accès pour moi-même au cas où elle aurait des ennuis, mais je doutais qu’elle ait besoin de mes services avant la fin …

On remballe !… Dis je finalement en remettant consciencieusement les ouvrages précieux en place. Mon drone disparut sous
le pavé tactile de l’ordinateur alors que la pièce reprenait une allure normale.

Quelqu’un qui serait entré à ce moment là n’aurait trouvé que deux personnes normales dont une rangeant ce qu’elle avait sorti des rayonnages.
Voilà, j’ai fini, vous ne voulez vraiment pas d’aide pour vos propres travaux ? J’ai du temps à tuer ? Sur quoi travaillez vous d’ailleurs si ce n’est un nouveau livre ? Vous me questionnez mais ne livrez pas grand-chose en retour … Quelle est votre mutation au juste ?

Taquin ? Moi ? Nooon ! Quoique peut être avec une jolie femme, rousse de surcroît, un peu revêche et grandement mystérieuse. Juste avant de le fermer, j’avais vu sur l’écran le rapport du drone s’afficher, d’où ma petite pique de curiosité à la fin …

Une mutante est toujours un objet de curiosité pour moi, et surtout connaître ses facultés pouvait m’éviter quelques soucis bien souvent …

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Poor E. Sirius
X-Men - STAFF

Date d'inscription : 20/11/2015
Messages : 273
Multicomptes : Felicia & Gabrielle & Peter Fl
Dollars : 1938
Avatar : Evan Rachel "Hot" Wood

Age : 128 ans
Surnom : Poo ou PES
Nom de code : Simonia
Localisation : New York, ou quelques parts par là
Pouvoir : Régénération Cellulaire
Métier : Professeur d'histoire à l'Institut
Race : Mutante

MessageSujet: Re: Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)   Jeu 4 Mai - 16:26




Un livre pour une Xmortelle
Poor et Richard


Je l'écoutais donc me répondre, il ne niait pas le fait que son pass soit un faux, mais à vrai dire, je m'en fichais un peu. Je voulais surtout comprendre à qui j'avais à faire, parce que, qu'on soit clair, ça ne me plaisait pas trop. Sa présence ici n'était pas très légitime, et ce qu'il scannait n'avait pas de sens. Il avait tenté de me perdre dans la description de son travail mais celle-ci me fit sourire. Il ne faisait clairement pas ça tout le temps, il ne devait pas s'amuser à dire ça à tout le monde non plus, mais au moins, il satisfaisait une partie de ma curiosité du moment. Il était donc chasseur de trésor, si on veut simplifier les choses. Il cherchait donc un bien à restituer à des personnes qui le désiraient ardemment vu qu'il semblait totalement perdu dans les bas fonds de la ville. Il n'était même pas certains que ce bien existe encore d'ailleurs, il y a plus de chance qu'il soit détruit. Il me dit donc qu'il avait trouvé récemment une cassette de la guerre civile. Il continuait à faire son travail tout en m'observant, comme s'il essayait de deviner mon âge. Cela me fit sourire, même s'il n'essayait en rien de connaître mon âge, il m'observait clairement, comme s'il avait peur de quelques choses. Personnellement, je le laissais me dire ce qu'il voulait bien me dire. Il donna un ordre verbale à son ordinateur à propos du trajet qu'il allait entreprendre pour récupérer son prochain trésor. Ce trésor l'amènera vers un autre, comme un petit jeu de piste apparemment. Je ne vois pas pourquoi il me mentirait, mais ça ne m'intéressait pas plus que ça finalement, tellement, l'intérêt semblait limité. Et puis même s'il semblait avoir trouvé un trajet fiable, il n'est pas certains que cela le soit complètement. Est ce que toutes ces données sont vraiment à jour ? Je n'en suis pas certaine, donc sans doute pourrait-il avoir d'autres surprises. Mais je me gardais bien de lui donner ce genre d'avertissements, il semblait savoir où il allait. Il semblait satisfait de son résultat et rangea les choses à leur place ce qui me convenait parfaitement. Il me demanda donc si je ne voulais pas d'aide pour mon projet, ce qui me fit sourire. Il semblait vouloir me faire gagner du temps mais je n'en avais strictement pas besoin. Il avait du temps à tuer, mais j'en avais encore bien plus que lui. Il me demanda sur quoi je travaillais si ce n'était pas un livre, me demandant ma mutation au passage l'air de rien parce qu'il m'en avait dit un peu sur lui mais que je ne lui avais rien dit ou presque.

" Ne vous en faites pas pour mes recherches, je sais où je dois chercher et pour combien de temps j'en aurais. Mais si je ne me livre pas, c'est que vous aviez beaucoup de choses à dire. Je ne sais pas si vous réussirez à trouver votre trésor. Du peu que j'ai vu sur votre carte, il y a certains passages qu'un humain comme vous et moi ne pourra pas franchir mais peut être avez-vous la capacité de vous rétrécir ou de vous transformer en un petit animal le moment venu puisque vous parlez de mutation. Pourquoi pensez-vous que j'en possède une d'ailleurs ? J'ai l'air si bizarre que ça Richard ? "

Je voulais savoir ce qui lui faisait dire que j'avais une mutation. Je ne suis pas du genre à le crier sur tous les toits quoiqu'il advienne, et je n'allais certainement pas lui en dire plus à ce sujet, sauf s'il se décidait à m'attaquer et qu'il me tranchait la gorge comme ça sans prévenir même si cela sera signe de son arrêt de mort, tout du moins d'une bataille assez sévère.

Fiche codée par NyxBanana

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Richard Rider
Héros Indépendant

Date d'inscription : 22/10/2015
Messages : 1038
Multicomptes : non ! le Worldmind me suffit !
Dollars : 1797
Avatar : Jared Padalecki
Age : 32 apparent
Surnom : Rick, Richy
Nom de code : Nova
Localisation : NY
Métier : Récupérateur revendeur
Race : Humain amélioré

MessageSujet: Re: Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)   Ven 5 Mai - 13:56


J'aime ce petit froncement quand elle sourit, c'est charmant, mais dès qu'elle ouvre la bouche et me parle, le charme disparaît.

Je sens bien une réticence, une adversité dans sont ton et ses mots bien choisis et énoncés avec une légère pointe d'accent indéfinissable. Je ne peux m'empêcher de sourire à mon tour alors qu'elle évoque une transformation en petit animal, non, ça, ce ne sera pas dans mes cordes effectivement, mais dans celles d'une autre ...

Par contre, j'ai bien compris que mon évocation de sa nature mutante l'a mise définitivement sur ses gardes. Un sujet épineux auquel elle ne voulait pas d'allusions, même d'un presque semblable comme moi. Je venais d'allumer une mèche à un tonneau de poudre et il me fallait l'éteindre avant qu'il n'explose ...

Ne vous braquez pas, vous n'avez aucun air particulier, mon drone vous a scanné et m'en a averti, c'est tout ... Je ne suis pas un ennemi, du moins vis à vis des mutants en général ...

Cette rencontre prenait un tour qui ne me convenait pas et qui pouvait finir très mal si je n'y prenais garde. Elle me faisait penser par certain aspects à Gabrielle du parti anti mutant. Même force intérieure, même sévérité ... Tout pour être attirante mais aussi pour vous repousser au moindre rapprochement.

Soudain, mon regard fut attiré par le dos d'un ouvrage sur une étagère. La luminosité ambiante, le sens de l'éclairage, venait frapper les couvertures selon une telle incidence que certains détails invisibles sous une autre se révélaient brusquement. Je m'approchais du rayonnage et tirais le volume des autres puis examinais à nouveau l'endroit où j'avais entre aperçu le motif sur l'entre nerf. Rien ...

J'y passais l'index et sentais bien une sorte de structure sous la pulpe, mais en regardant de plus près, le dessin se confondait avec les veinules du cuir tané.
Étrange ... Curieux ...
Je levais le livre, le positionnais à l'identique de la place qu'il venait de quitter en respectant le même éclairage et le dessin re-surgissait immédiatement ... Une sorte de pieuvre stylisée qui était un signe évident pour tout connaisseur ...

Que vient faire le glyphe d'Hydra sur la couverture d'un livre du XVIII ème siècle ?...

Je me pose la question tout haut avec ma sale habitude de parler tout seul ou à mon colocataire ...
Soucieux et intrigué, je reviens vers la table tout en feuilletant les pages à la recherche d'indices puis je le dépose sur la table toujours ouvert en page 6. Quelques lettres sont soulignées d'origine, du moins cela le paraît tout en laissant supposer que c'est un défaut dans l'oeil de la pièce où était inscrite le caractère qui avait un défaut, mais comme elle ne se répétait pas et n'avait pas lieu avant cette sixième page, j'en doutais ...

J'enregistrais mentalement cette page pour revenir à la page blanche présente normalement avant celle du titre. Elle avait été arrachée, mais par chance, une trace imperceptible restait en creux sur celle d'en dessous ... Il ne restait plus qu'à récupérer les incrustations.

Utiliser le vieux truc du crayon frotté était hors de question, on ne blasphème pas un livre de cette époque pour ça ... restait la technologie que j'avais avec moi, le drone ressortit à mon invite et se positionna à la verticale pour récupérer point à point la structure même de cette page.
Il y a une dédicace qui a été supprimée, je tente de la récupérer ... Dis je à voix haute tout en suivant le travail de mon appareil sur l'écran du portable.

Et c'est pas de l'Anglais ni du Français, germaniforme mais pas de l'Allemand, du Suédois ? Norvégien ? Une idée ?... Demandais je en tournant un peu l'ordinateur pour qu'elle puisse voir des fois qu'elle aurait quelques connaissances.

L'écriture était fine, ampoulée comme à ces époques là dans une certaine aristocratie, et au niveau de la signature, il devait y avoir un cachet en cire vu la tâche grasse incrustée dans la cellulose, mais impossible d'en découvrir le motif par contre.

Dommage pour le sceau ... Vous en pensez quoi vous ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Poor E. Sirius
X-Men - STAFF

Date d'inscription : 20/11/2015
Messages : 273
Multicomptes : Felicia & Gabrielle & Peter Fl
Dollars : 1938
Avatar : Evan Rachel "Hot" Wood

Age : 128 ans
Surnom : Poo ou PES
Nom de code : Simonia
Localisation : New York, ou quelques parts par là
Pouvoir : Régénération Cellulaire
Métier : Professeur d'histoire à l'Institut
Race : Mutante

MessageSujet: Re: Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)   Jeu 15 Juin - 11:42




Un livre pour une Xmortelle
Poor et Richard


Il me faisait clairement sourire plus que d'habitude. J'aimais joué un peu avec le feu, enfin, si on peut dire ça, parce que la situation n'était clairement pas très dangereuse pour moi, dans l'instant, un petit peu plus pour lui, mais rien d'extraordinaire non plus voyez-vous. Il pensait donc que je me braquais pour ne pas révéler ma nature mutante, ce qui me fit sourire d'avantage. S'il voyait comment je me comportais quand je me braquais, il n'y verrait là, rien de tel, mais s'il le pensait, alors, j'allais le laisser continuer à penser de la sorte. Visiblement, il était aussi mutant, ou dans ce gout là, pas tout à fait peut être mais il ne pouvait pas se réduire à la taille d'une fourmi ou de quelques choses comme ça. Il avait donc quelqu'un avec lui pour réussir sa manœuvre, celle où il devait aller chercher ce trésor dans les bas-fonds de la ville, encore fallait-il qu'il y soit encore, ce qui n'était pas une chose certaine. Mais c'était son problème après tout. Il venait donc de tracer un plan pour réussir son projet. Il m'indiquait que son drone lui avait dit que je n'étais pas tout à fait normal, ce qui ne me plaisait pas, même si au final, je m'en fichais pas mal; mais c'était pas principe. Je n'aime pas qu'on s'amuse avec moi sans que je ne donne mon consentement, mais ce type était plein de surprise, à n'en pas douter. Je ne lui ferais cependant pas tout de suite une démonstration de mes capacités. Il fut alors attiré par un livre en particulier alors que je ne lui avais pas spécifiquement répondu quand au fait qu'il pouvait être un ennemi potentiel. Mais si c'était le cas, je crois qu'on se serait déjà tapé dessus, n'est ce pas ? A n'en pas douter, alors je le laissais faire son petit cinéma, observant la même chose que lui, sur ce livre suivant la disposition, et la lumière : HYDRA. C'est vrai que c'était étrange de voir cela sur un si vieux livre, mais mes connaissances quand à cette entité n'étaient pas très grande. J'avais déjà rencontré de nombreux agents durant la seconde guerre mondiale et puis durant mes années de mercenaires, sans pour autant m'en formaliser plus que cela. Il semble vouloir en savoir plus mais il n'y a pas 36 solutions qui me viennent à l'esprit. Soit ce glyphe n'a rien avoir avec HYDRA, qu'il a été utiliser avant la création de l'organisation et que donc HYDRA n'a rien à voir avec tout cela, soir HYDRA est plus vieille qu'il ne le pense ou qu'il ne le sait. Personnellement, je ne sais pas de quand date cette organisation. La première fois que je l'ai croisé, si mes souvenirs sont bons, c'était pendant la seconde guerre mondiale. Il semblait y avoir une page d'arrachée, alors il tentait, sans doute vainement de pouvoir la retrouver mais sa technologie semble être bien trop performante en si peu de temps pour qu'elle vienne de terre ou de notre époque. Il me demanda alors mon avis sur la langue originelle de la dédicace qu'il tentait de retrouver.

" Je ne saurais dire exactement, mais cela ressemble à une langue scandinave effectivement. Vous n'arrivez pas à avoir la traduction avec votre drone ? Vous pensez donc qu'HYDRA était déjà en place à cette époque ? Peut être que cela n'a rien à voir, non ? Je dois vous avouer que je ne connais pas très bien cette organisation, mais vous de toute évidence, vous en savez plus que moi. Pour le sceau, il suffit de faire des recherches par rapport à l'origine du livre, la texture du papier, la qualité, pour tenter de trouver potentiellement un autre livre où il aurait pu être apposé, même si techniquement ce n'est pas simple et que cela demande du temps, mais avec votre technologie, vous pouvez gagner ce temps là. "

Je ne savais pas quel avantage il allait tirer d'en savoir plus sur ce livre, mais le jeu était intéressant à faire. Je ne savais pas comment il voulait s'y pendre cependant, mais il était certain qu'il sera difficile de retrouver le sceau, mais on peut essayer quand même.

Fiche codée par NyxBanana

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Richard Rider
Héros Indépendant

Date d'inscription : 22/10/2015
Messages : 1038
Multicomptes : non ! le Worldmind me suffit !
Dollars : 1797
Avatar : Jared Padalecki
Age : 32 apparent
Surnom : Rick, Richy
Nom de code : Nova
Localisation : NY
Métier : Récupérateur revendeur
Race : Humain amélioré

MessageSujet: Re: Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)   Ven 7 Juil - 9:55





Curieux ce revirement alternatif dans ses expressions corporelles et faciales. Un instant elle semble s'amuser, sans doute de mes propres questionnements, puis celui d'après elle devient sérieuse, ce petit plis entre ses sourcils la trahissant bien aimablement à tout observateur attentif. Je lui jette un petit regard de côté supplémentaire un peu agacé par la propension à se moquer de moi de cette femme et je me rends compte alors qu'elle est bien plus âgée qu'elle ne le paraissait de prime abord. Mais de combien ? A moins que la vie n'ait forgé son caractère pour me faire douter de sa jeunesse apparente ...

Je chassais ce fil de pensée d'un geste agacé et lui lançais un autre regard chargé d'une certaine morgue à propos de son allusion à ma technologie.
Si vous n'étiez pas là, j'aurais déjà ma réponse ... Lui lançais je un peu vertement en abandonnant le livre sur la table et me rapprochant à nouveau des étagères pour me planter devant, les mains dans le dos, à scruter les tranches des livres à la recherche d'une anomalie. Ah si j'avais mon armure, scanner toute cette bibliothèque ne me prendrait que quelques instants !

Des informations m'arrivaient cependant en vocalises codées via mon petit ordinateur. Je m'étais peu soucié d'Hydra auparavant, juste ce qu'il faut pour savoir qu'ils étaient dangereux et de terribles adversaires des forces "bénéfiques" qui défendaient ce monde ... Les mutants avaient plus à craindre d'eux que des services réguliers, mais pouvaient s'ils étaient enclins à de mauvais penchants devenir à leur tour les instruments de cette organisation qui semble-t-il avait plus l'air d'une secte que d'un consortium planétaire traversant les âges depuis des centaines d'années, des millénaires même. J’avais eu cette information après avoir creusé un peu le vernis des temps modernes et effectué des recherches au-delà des sources terriennes. C’est finalement de chez les Krees que me vinrent beaucoup de réponses.

Mes recherches pour la petite excursion d'Anna étaient finies, mais cette trouvaille m'exaspérait et je voulais en savoir plus, beaucoup plus que ce qui m'était livré jusqu'à cet instant. Cependant, la présence de la "jeune femme" m'empêchait d'aller plus loin ouvertement dans mes investigations. Il me fallait me débarrasser d'elle, du moins me retrouver ici sans compagnie pour réaliser l'examen total des ouvrages de cette pièce. Avec mon armure, cela ne me prendrait que quelques secondes tout au plus me répétais je encore intérieurement.

Cependant, mes petits drones faisaient de leur mieux et avaient déniché d'autres ouvrages anciens portant une marque similaire sur leurs couvertures ou même gravées dans une des pages, et l'ordinateur venait de traduire difficilement l'écriture cursive et ampoulée de la première page disparue mais le texte en lui même n'avait rien d'extraordinaire.

L’auteur de la dédicace disparue est un certain HP Lovecraft et date des années 1907. C’était à destination d’un certain Julius G. Grant, son neveux semble-t-il. Rien d’extraordinaire dans le texte, ou sinon, il est codé ... Par contre …

En lisant le texte, je découvrais l’allusion à un passage du livre et je le feuilletais rapidement pour l’ouvrir et le poser sur la table. La double page n’avait rien de spécial, pourtant, l’indice l’indiquait spécialement en faisant référence à des recherches en matière de pétrographie …


D’un ton sec je demandais à un de mes drones de l’analyser structurellement et à la faveur d’un éclairage particulier totalement artificiel et suivant un inclinaison étudiée, un dessin se révéla couvrant les deux feuillets …
Est-ce que ce genre d’artefact vous dit quelque chose à vous ?…  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Poor E. Sirius
X-Men - STAFF

Date d'inscription : 20/11/2015
Messages : 273
Multicomptes : Felicia & Gabrielle & Peter Fl
Dollars : 1938
Avatar : Evan Rachel "Hot" Wood

Age : 128 ans
Surnom : Poo ou PES
Nom de code : Simonia
Localisation : New York, ou quelques parts par là
Pouvoir : Régénération Cellulaire
Métier : Professeur d'histoire à l'Institut
Race : Mutante

MessageSujet: Re: Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)   Sam 29 Juil - 0:35




Un livre pour une Xmortelle
Poor et Richard


Je ne savais pas comment agir avec lui. Devais-je vraiment me moquer plus que ça, ou tenter de lui faire comprendre que malgré ma présence ici, je n'étais pas vraiment son amie ? Il a une technologie bien plus avancée que celle qu'il y a sur terre, et pourtant, il fait des recherches dans nos archives, alors il ne me plait pas vraiment. Je ne sais pas, c'est presque génétique. Apparemment, je lui fais perdre du temps, mais monsieur est un peu trop pressé, c'est l'impression qu'il me donne, il veut tout, tout de suite, et ça ne convient pas, il faut savoir apprécier les vieilles choses. C'est quelques choses que je n'ai pas compris avec les avancées technologiques. Avant, nous avions le temps d'agir, nous n'étions pas aussi pressé, et ça allait très bien, mais maintenant, il faut tout savoir, tout de suite, même plus le temps de digérer quoique ce soit. Et ce cher Richard semblait appartenir à cette catégorie de personne plus que pressée. Moi, j'ai le temps, je ne vieillis plus depuis plus d'un siècle, alors je pouvais passer une journée sur un truc qui me tenait à coeur alors que j'aurais pu y passer seulement quelques heures. Ma présence semblait ne pas lui convenir, c'était une évidence, alors j'allais rester encore un peu ici, puisque je ne pouvais clairement pas faire ce que je voulais faire à la base. Ces drones fonctionnaient à plein régime et il trouva de nouvelles indications sur d'autres livres. Mais ce qu'il me disait, justement ne me donnait pas plus d'indications que ça, pourtant il a trouvé quelques choses, une sorte d'objet qui semblait ne servir à rien du tout ou presque. Pourtant, il ne m'était pas totalement inconnu. Il me semblait l'avoir eu en main à une époque, ou quelques choses de ressemblant, dans mes années de mercenaires peu de temps après la deuxième guerre mondiale. Mais je n'en avais jamais su l'utilité donc autant dire que je ne connaissais rien du tout à son sujet.

" Je ne connais pas cet artefact, mais quelques choses me dit que vous en savez plus que moi là dessus. Désolé ne pas être d'une grande aide pour le coup, mais même si je suis historienne, je ne connais pas l'histoire de l'univers, je ne connais qu'une petite partie de l'histoire de l'humanité, ce qui est déjà bien. Mais étonnez moi. A quoi cela peut-il servir ? "


Je tentais de ne pas être trop condescendante mais pour le coup, ça devait être raté. Peu importe, de toute façon, je n'allais pas perdre mon temps pendant encore des heures ici. Mais il avait réussi à piquer ma curiosité, alors je voulais savoir, autant que lui finalement.

Fiche codée par NyxBanana

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Richard Rider
Héros Indépendant

Date d'inscription : 22/10/2015
Messages : 1038
Multicomptes : non ! le Worldmind me suffit !
Dollars : 1797
Avatar : Jared Padalecki
Age : 32 apparent
Surnom : Rick, Richy
Nom de code : Nova
Localisation : NY
Métier : Récupérateur revendeur
Race : Humain amélioré

MessageSujet: Re: Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)   Mar 8 Aoû - 15:02



Historienne et professeur d'histoire d'une école on ne peut plus spéciale ... je corrige au passage tout en levant un oeil soucieux vers elle, illuminé d'une étincelle d'humour entendu.

D'un geste je faisais modéliser en trois D la forme telle que l'avait dessiné la main à l'époque avec beaucoup de précision et à l'aide d'une encre sympathique peu en rapport avec son temps.
L'objet virtuel se met à tourner sur lui même, révélant ses formes étranges, à la fois angulaires et courbes.



Si vous avez entendu parler de Skye, de Daisy et des inhumains, vous comprendrez à quoi correspond cet artefact extra-terrestre ... C'est un géno-déclencheur spécifique aux sujets de ce monde je dirais, du moins à l'espèce humaine locale et à ses métis ... Continuais je en reprenant un peu mon sérieux tout en observant l'image de l'hologramme tournoyant se modifier remplacée par une séquence vidéo de mains "humaines" le manipulant. Décrypter les symboles qui s'illuminaient à sa surface sous l'effet d'une activité interne déclenchée par ce contact me fut aisé, le Kree était devenu une seconde langue naturelle pour moi.

Cette chose est un conteneur, un diffuseur de ce que vos scientifiques nomment le "Tératogène" ... Le toucher provoque à terme son ouverture pour peu que vous soyez génétiquement prédisposé ou une infection dont le processus mortel se rapproche d'une lyophilisation si vous ne l'êtes pas ... Mourir ou être transformé, pas de choix, juste une destinée ... C'est pour cela que les Krees ont été mis à l'index pendant des siècles, pour ce genre de pratiques de masse ...

Je restais ainsi à contempler l'objet quelques instants encore puis d'un geste presque las, j'ordonnais aux drones de rejoindre leur emplacements secrets et à mon portable d'un genre très spécial de cesser toute activité non conforme à la technologie actuelle avant de le refermer définitivement et de le ranger dans ma mallette.

J'en ai fini ici, je vais vous quitter et vous laisser à vos propres études ... Si le Professeur auquel vous ne manquerez sans doute pas de faire votre rapport veut me voir pour finir, il a mes coordonnées téléphoniques dans ses mails ... Dis je en rangeant chaque ouvrage à sa place avec tout le respect et les précautions nécessaires, redonnant à la pièce son état initial d'avant ma venue. J'étais redevenu un simple humain chargé d'une valisette anonyme.

Tout compte fait, votre compagnie a été plus agréable que je ne prévoyais. Enchanté de vous avoir rencontré ... Lui lançais je en esquissant un sourire tout en la croisant et en me dirigeant vers la porte de sortie. Après quelques pas, je me ravisais et me retournais :

C'est incroyable comme vous ressemblez à votre mère et à votre grand-mère ... Si je ne pensais pas cela possible, j'en viendrais à me demander si vous n'avez pas traversé le temps pour que nous nous retrouvions ici même par hasard ...

Une boutade qu'elle devrait décrypter à son tour ... Peu de système terriens ne pouvaient résister à une étude un peu poussée et à l'investigation de mes appareils ... La technologie de Xandar était une des plus abouties en matière d'espionnage et d'infiltration mis à part celle des Skrulls et cela me servait aujourd'hui comme souvent ...

J'ai pu constater que nous avions chacun nos petits secrets. Soyez assurée que je sais garder ceux des autres, donc le vôtre ... Et lentement, je me retournais pour continuer mon chemin vers l'issue et au-delà vers l'extérieur du bâtiment et la rue ...

Si elle me rattrapait, je lui proposerai de nous asseoir à une terrasse, sinon, et bien sinon, j'avais du temps à perdre en attendant que l'heure soit venue pour Anna ... Peut être un petit tour au Népal ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un livre pour une Xmortelle (feat Poor Estell Sirius)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [98/99+Terminé]Un livre pour une passion
» Chambre de Hikari, Karami, Ayumu et Darcy
» Le brie c'est bon pour la santé [FEAT IMMO, FLAMBY & CANADA S'IL VEULENT][END]
» Nous attaqueras tu ou nous viendras tu pour nous aider? || Feat Cristou et Sand.
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel, No one is innocent ::  :: Manhattan :: Midtown :: Hell's Kitchen-