AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez
 

 Humans are all around - ft. Sharon Carter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous

Invité
Invité


Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty
MessageSujet: Humans are all around - ft. Sharon Carter   Humans are all around - ft. Sharon Carter EmptyLun 28 Nov - 23:44



I just want to understand them


- Our very strength incites challenge. Challenge incites conflict. And conflict... breeds catastrophe. -



Victor Shade n'était pas encore trop habitué à vivre parmi les humains depuis qu'il s'était créé une identité et parcourait la ville de New-York. Il ne comprenait pas encore tout. Il faut rappeler que ce cher Victor est un androïde doté d'une intelligence artificielle possédant une gemme de l'Infini. Ce n'est pas rien non plus. Il fallait donc s'adapter, se fondre dans la masse et ce n'était pas toujours facile. Il n'avait pas forcément eu d'aide pour cela, pas même de celle de son père, Tony Stark, préoccupé par d'autres soucis d'ordre gouvernemental avec le RA, etc. Ce jour-là, Victor décida donc de quitter la Tour Stark et de se balader dans Manhattan. Il adorait New-York. Les magasins. Les grands buildings. Time Square. Central Park. Et bien d'autres endroits. Bien qu'ayant revêtu un pull et un pantalon classique noir, les gens le regardaient, scrutaient son visage, la pierre qui ornait son front, le dévisageaient. Sa peau rouge leur faisait peur pour la plupart. Mais, pour certain, Victor, que certains appellent encore Vision, est une lueur d'espoir, un Avenger, un héros. Le message était clair. Il était la vision d'un futur plus lumineux et moins sombres, moins entaché par la bêtise humaine ou la menace alien.

Il se baladait, dévisagé par certains, admiré par d'autres. Puis, soudainement, il reçut en plein visage un coup violent qui le fit tomber à terre. Il ne comprenait pas d'où cela venait. Le quartier était connu pour être calme et sans danger. Peut-être plus maintenant, surtout lorsqu'il s'agit d'un membre d'une équipe en perdition comme les Avengers... Une équipe divisée... Une équipe endeuillée et fragile... Victor se releva et ne put se défendre, ses assaillants le ruaient de coups. Ils étaient trois. Des hommes. Des civils. Victor n'était pas pour la violence. Il fallait les raisonner, comprendre leur méfiance envers lui. Il réussit à phaser à travers eux mais redevint tangible la minute suivante, à la merci d'un homme qui lui faisait désormais face. Une batte à la main, il la leva mais Victor tentait de la raisonner, en vain...

- Pourquoi faites-vous ça ? Qu'est-ce que je vous ai fait ?

Victor ne comprenait pas leurs gestes. Heureusement pour lui, il ne ressentait aucune douleur et n'avait aucune blessure mais n'avait pas le temps de réagir. Ils étaient rapides. Puis il sentit de l'électricité passer dans son corps. Un des hommes l'avait visé avec un taser. C'était de la violence gratuite pour des choses qu'eux-mêmes ne comprenaient pas. Victor n'était pas responsable de tout le bordel qu'il y avait depuis l'apparition et l'expansion des super-héros. Mais là, il avait la nette impression qu'il payait le prix pour les autres. Le coup de taser l'avait quelque peu secoué et il se retrouvait une nouvelle fois à terre. Un homme le prit par le col et le traîna jusque dans une ruelle où il le balança contre une benne à ordures. Là, c'en était trop. Il n'était pas pour la violence mais les quatre hommes en avaient trop fait, sans parler des gens autour qui criaient. Il était sur le point de se relever lorsque l'homme à la batte lui explosa celle-ci sur la tête. Victor était encore affaibli par le coup de taser et ne comprit pas trop la suite. Une femme venait d'intervenir au milieu du groupe, une femme blonde, une agent du S.H.I.E.L.D. Victor ne faisait guère confiance à cette organisation mais pour le coup et au vu du contexte sur le moment, il était bien content qu'elle soit là pour... le sortir de cette sale histoire.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty
MessageSujet: Re: Humans are all around - ft. Sharon Carter   Humans are all around - ft. Sharon Carter EmptyMer 30 Nov - 22:49

humans are all around

Sharon x Vision


 
«Do not let humans destroy you »
Un grognement franchit mes lèvres bien avant que je ne regagne un état conscient. Ma main vint frapper avec force le petit réveil qui se trouvait sur ma table de chevet pour le faire taire. Son bruit strident avait de quoi m'énerver et me frustrer de bon matin.  De mauvaise grâce, je basculais plus que je ne me levais de mon lit tout en frottant mes yeux encore bouffis de sommeil. Le court trajet jusqu'à la petite salle de bain attenante à ma chambre fut accompagné de faibles murmures et de bâillements. Mécaniquement, je me délestais de mon haut de pyjama et rentrais dans la douche. Je poussais un petit cri de surprise lorsque l'eau glaciale s'abattit sur ma peau nue. Il n'y avait pas à dire, c'était un excellent moyen de se réveiller. Pour la douceur en revanche on repassera. Avec des gestes saccadés d'où perçait l'empressement je tournais les boutons jusqu'à atteindre une température convenable. Après cet incident, la douche fut une affaire rapide. Les étapes de brossage de dents et de coiffage de cheveux furent tout aussi rapide et énergique.  Vêtue simplement d'une serviette, je refis le trajet jusqu'à ma chambre et attrapais mon uniforme posé sur le rebord de ma chaise de bureau. Je ne l'utilisais guère que pour empiler des choses mais quelqu'un avait décidé que tous les agents du SHIELD avaient besoin d'un bureau.  Avec un haussement d'épaules, je passais mes deux pieds dans le bas de l'uniforme et remontais le tout jusqu'à la taille. A ce moment, mon regard accrocha le petit calendrier que j'avais accroché à mon miroir. Je fixais un instant sur la date cerclée en rouge. Jour de repos. Jour de … repos. Soudainement énervée, je fermais les yeux et comptais jusqu'à trois avant de me mettre à crier de frustration. Tout ça pour ça. Mon mécontentement montra le bout de son nez cependant lorsque je cherchais à enlever mon uniforme en parti mis avec des gestes brusques. Clairement, la journée commençait mal. Et je ne le savais pas forcément encore, mais elle n'allait pas s'arranger au fil des heures. Il y avait des jours comme ça. Ce soir j'en conclurais que j'aurais dû rester coucher.

Poings sur les hanches, je contemplais ma situation. Mon regard bleu se posa un instant sur mon lit défait. Se recoucher pour quelques heures se sommeil supplémentaire était alléchant. Malheureusement, je savais que je n'arriverai pas à retrouver les bras de Morphée. J'étais bien trop éveillée maintenant. La douche froide et la colère avaient finies de chasser les lambeaux de sommeil qui collaient encore à ma peau. A court d'idées, je me dirigeais vers mon armoire et attrapais une brassière de sport et un legging. Mes mains trouvèrent pas la suite le sac de sport que je laissais toujours sous mon lit.  Autant passer ma frustration contre un sac de sable. Avec un peu de chance peut être que ça me fatiguerait de nouveau assez pour retourner me coucher. Je n'y croyais pas trop cependant. Je me connaissais assez bien pour savoir que cela allait au contraire me donner un regain d'énergie que je ne pensais pas posséder. Me battre et m’entraîner m'avait toujours fait cet effet. Cela avait toujours fait sourire ma tante qui avait plus d'une fois déclaré que j'étais faite pour ça. Sur le coup , j'avais toujours pris ça comme un compliment. Aujourd'hui je n'en étais pas si sûre. Aimer la violence n'avait rien de satisfaisant. Maintenant j'étais comme ça et je ne reniais pas cette partie de ma personnalité. A quoi bon de toute façon. Cela aurait été une perte de temps. J'étais comme j'étais. Et puis cela avait ses bons côtés aussi.

« T'es pas censée être de repos aujourd’hui ? T'es tombée du lit ? ». «  Quelque chose comme ça » répondis-je avec un soupir las en arrivant dans la salle de sport que j'avais l'habitude d'utiliser. Franck, l'autre agent présent, fit mine de regarder sa montre avant de retourner à son sac de sable pour finir ce qu'il avait commencé.  Il ne se perdait jamais  en conversation inutile et je ne pouvais qu'apprécier ce trait de sa personnalité. Là où d'autre seraient venus me demander pourquoi j'étais debout, lui se contentait de se mêler de ses affaires. C'était reposant. Tout le monde s'occupait toujours des affaires des autres ici. Le revers de faire parti du SHIELD. Les espions et agents de terrains de cette organisation étaient les pires commères de la planète.  Et si parfois j'adorais y participer parce que ça pouvait être amusant, je n'aimais pas être la source des ragots. Et je devais avouer que ces derniers temps je faisais assez souvent la une. « ça te dit un tour sur le ring? » m'enquis je auprès de Franck en ayant terminé mon échauffement. « C'est bien parce que c'est toi Carter ! » me répondit il en venant vers moi.  Je lâchais un sourire et bandais mes mains avant de le rejoindre sur le ring. Il ne savait pas dans quoi il venait de s'embarquer ce pauvre bougre. Ou peut être le savait il très bien. Qui sait.

_ _ _ _ _

Café à la main , je déambulais dans les rues de New York de bien meilleure humeur que quelques heures auparavant. Cet entraînement puis combat avec Franck m'avait vite requinquer. Et puis mettre au sol un agent masculin avait quelque chose de toujours sympathique. Bon après il ne m'avait pas non plus épargné e j'avais fait une sacrée chute que même le matelas n'avait pas pu véritablement amortir. Les risques du métier comme on disait. Rien qu'un peu de glace , un ibuprofène et un peu de sommeil ne pouvait guérir. Tout allait donc bien. Mon moment d'allégresse fut cependant de courte durée lorsque j'avisais un attroupement un peu plus bas de la rue dans laquelle je m'étais engagée.  Je haussais un sourcil prête à ne pas intervenir. Pas très héroïque de ma part je savais bien mais des fois j'avais juste envie de laisser les gens s'occuper de leurs problèmes. Qu'importe que cela ne soit pas glorieux pour moi. La peau rouge flamboyante de la victime me fit cependant me raviser. Je connaissais cette personne. Enfin personne. Difficile d'employer ce terme pour parler de la Vision mais bon. Androïde était certainement mieux adapté. La situation dérapa rapidement devant mes yeux. Et pourtant il ne me fallut pas longtemps pour les rejoindre. J'avais du mal à comprendre pourquoi il ne se défendait pas. Il en avait les moyens. Au lieu de ça, il se laissait frapper encore et encore de manière de plus en plus violente. Je savais que le statut des Vengeurs n'était pas au beau fixe mais tout de même. Il y avait des limites. « Hé ! Ça suffit ! » interpellais je d'une voix forte en arrivant près du groupe. « Dégage Blondie ! C'est entre lui et nous ! ». «  Comment tu viens de m'appeler ? » sifflais je avec agressivité. Blondie. Non mais il croyait s'adresser à qui. Je n'étais pas la bonne samaritaine qu'il pensait que j'étais. Quel abruti. D'un mouvement trop rapide pour ses yeux d'idiot, je lui subtilisais la batte avant qu'il ne frappe sa victime à nouveau et la lançais plus loin. «  Oh tu ne veux pas faire ça mon poussin. » lui signalais je lorsqu'il se retourna vers moi les poings levés. Avec un rictus, il essaya de m'asséner un coup. Non seulement je déviais son poing mais me servit du mouvement de son corps pour le mettre à terre. «  On fait moins le malin là hein ? » ricanais je presque en lui faisant littéralement bouffer la poussière. Il y avait plus propre que les trottoirs new yorkais quand même.  Bien sur,  c'était sans compter le reste de ses copains qui n'avaient pas apprécié mon intervention et qui étaient prêt eux aussi à passer à l'attaque. Que cela ne fasse je n'allais faire qu'une bouchée d'eux et de leur stupides armes et sourires. Vraiment quelle magnifique journée. Oui même moi, je savais apprécier l'ironie.
 

 

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty
MessageSujet: Re: Humans are all around - ft. Sharon Carter   Humans are all around - ft. Sharon Carter EmptyVen 2 Déc - 23:40



I just want to be like them


- Our very strength incites challenge. Challenge incites conflict. And conflict... breeds catastrophe. -



Victor Shade n'était clairement pas habitué à vivre parmi les humains. Ce qu'il venait de subir l'avait un peu éclairé sur ce qui pouvait se passer sur Terre, à propos des Avengers, à propos des différences. Il combinait les deux. Il était un androïde doté d'une IA travaillant au sein des Avengers qui ne font plus l'unanimité aujourd'hui. Ces quelques personnes avaient laissé exprimer leur colère sur le corps rouge de Vision. Ses habits étaient déchirés par endroit. Mais l'androïde n'avait rien ressenti, si ce n'est le coup de taser. Cela avait un peu aidé l'homme qui le frappait avec la batte. Il avait un peu de mal à resituer la scène et était content d'entendre une voix puis une silhouette qui semblait vouloir lui venir en aide.

- Hé ! Ça suffit !

C'était une voix féminine, une jeune blonde. Il ne reconnaissait pas son visage et pourtant elle lui disait quelque chose. Au vu de son uniforme, elle travaillait pour le S.H.I.E.L.D. Cette organisation avait ses secrets et Victor ne partageait pas forcément la même vision des choses qu'eux mais pour l'instant, il n'était pas contre la présence de l'agent. Se tenant contre la benne, tentant de se relever, il comprit qu'un des hommes avait osé lui répondre.

- Dégage Blondie ! C'est entre lui et nous !

- Comment tu viens de m'appeler ?

Au son de sa voix, Victor comprit que le surnom Blondie ne lui avait clairement pas plu. Et alors qu'il brandissait la batte pour m'en asséner un nouveau coup, la jeune femme la lui retira et l'envoya à quelques mètres de la scène. Victor en profita pour avancer le long de la benne et tenta de se relever mais un autre homme vint le frapper et retomba à terre.

- Oh tu ne veux pas faire ça mon poussin.

Elle s'adressait à l'autre humain qui avait osé la défier. Et le combat fut engagé alors que celui-ci avait levé le poing vers elle. Elle était sacrément douée. Elle était agent après tout. C'était on ne peut plus normal. Le mec se retrouva à terre. Il faisait moins malin, ça c'était clair. Victor se releva et s'interposa à temps alors qu'un autre homme voulut frapper la jeune blonde.

- Il est inutile d'en arriver à ce point. Au vu des aptitudes de cet agent du S.H.I.E.L.D. et surtout au vu des miennes, vous avez aucune chance d'en ressortir indemnes. Votre haine envers moi vous semble justifier mais je suis là pour faire régner la paix sur votre monde. C'est ce pourquoi on m'a...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'il reçut une pierre dans le ventre qui le fit reculer contre le mur. Les personnes qui s'étaient réunies, hurlaient et protestaient. ils ne voulaient clairement pas être protégés par des incapables selon leurs dires. Victor croisa alors le regard de la jeune femme et se demandait bien ce qu'elle avait en tête et comment ils allaient se sortir de ce traquenard.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty
MessageSujet: Re: Humans are all around - ft. Sharon Carter   Humans are all around - ft. Sharon Carter EmptySam 3 Déc - 20:56

humans are all around

Sharon x Vision


«Do not let humans destroy you »
Il n'y avait pas à dire... il n'y avait rien de mieux que l'adrénaline d'un combat pour se remettre d'aplomb. Cela pouvait paraître étrange voir même quelque peu effrayant mais je m'en fichais. J'étais comme j'étais après tout. Je ne comptais pas changer parce que certaines choses pouvaient paraître dérangeantes pour des esprits un peu fermés. J'avais , de plus, appris très jeune que nous étions tous des animaux et que comme eux nous réagissions à nos  instincts les plus primaires. Se battre et affirmer sa supériorité en faisait parti. L'Homme était le plus coriace et dangereux des prédateurs. Réfuter cet état des faits ne servait à rien. C'était se voiler la face sans raison. La vie pour beaucoup de gens serait certainement plus saine si ils acceptaient certaines choses les concernant. Aimer se battre , ne voulait en aucun cas dire que nous étions dérangés ou bon à enfermer. Et puis, nous vivions dans un monde et une société qui ne cessaient de se montrer de plus en plus dangereux. Il était pour moi important de savoir se battre. Il était important pour un individu d'être capable de se défendre. Bien entendu, il y aurait toujours plus fort et plus violent que nous, de la façon qu'il y avait plus et moins intelligent ou encore plus ou moins riches que nous. Mais il valait mieux avoir certaines bases quitte à prendre quelque coup. Deux coups de poings reçus étaient toujours mieux qu'un passage à tabac en règle parce que nous premier réflexe était de se recroqueviller sur nous. Je savais d'avance que si un jour j'avais des enfants – et c'était un gros si – je leur apprendrais à se battre. Et c'était d'autant plus  pour les filles. La vie n'était simple pour personne mais elle pouvait se révéler parfois très compliqué pour certaines groupes. Nous avions beau être en 2016, il y avait encore des mentalités à changer. Et autant dire que nous ne faisions pas des progrès concernant notre tolérance face aux gens différents de nous. Il n'y avait qu'à voir aujourd’hui la haine contre les personnes dotées de capacités. Nous reproduisions les mêmes erreurs que celles que nos ancêtres avaient faites avant nous. On avait beau se dire intelligent, la vérité c'était que l'on était une race bête.

D'un signe de tête accompagné d'un petit sourire je remerciais Vision lorsqu'il s'interposa pour m'éviter de prendre un mauvais coup. J'avais un peu les mains prises. Mon sourire se transforma en grimace lorsque l’androïde reçu une pierre qui le fit chanceler. D'un côté je n'étais pas si désolée pour lui car il aurait pu éviter tout ça. Il avait littéralement la capacité de passer à travers les objets. I aurait pu finir ce combat avant même qu'il eut commencé. J'avouais que cela me dépassait et créait l'incompréhension chez moi. Il y avait faire le martyre et faire le martyre. Et puis ce n'était pas comme si il venait juste de dire qu'il avait les moyens de les mettre KO. Je ne me posais cependant pas plus la question lorsque je vis un poing se diriger droit vers mon visage en périphérie de mon champ de vision. N'ayant pas d'autre choix pour éviter cette attaque , je lâchais ma victime qui en profita évidemment pour se relever et rejoindre sa petite bande de camarades. Je pris une seconde pour détailler leurs visages. Ils voulaient en découdre, pas de doute à avoir là dessus. Ouai... la race humaine était définitivement la plus débile. Nous ne savions pas réglé nos problèmes de manière intelligente. Bon je ne m'en plaignais pas dans le sens où jouer des poings ne me dérangeait pas tant que ça. J'avais juste de la peine pour eux qui s'attaquaient clairement à plus gros qu'eux. Afin à supposer que Vision se remue et se réveille un peu. J'avais confiance en mes capacités mais je n'étais pas non plus surnaturelles. J'étais seule et ils étaient nombreux. Au bout d'un moment, le nombre l'importait sur le reste. C'était mathématique. Rhétorique. Et tout aussi simple à comprendre. «  Sérieusement, vous n'avez pas autre chose à faire que de chercher les ennuis à quelqu'un qui ne vous a rien fait?» finis je tout de même par demander pour essayer au minimum de diffuser la situation avant que j'en perde totalement le contrôle. contrôle que je sentais glisser. «  Oh il nous a fait quelque chose , il est l'un des leurs ! ». «  Ah et c'est tout ? Juste parce qu'il est l'un des leurs et différent ? » contre-attaquais je de manière complètement dédaigneuse. «  Que je sois sûre, personnellement il ne vous a rien fait  n'est ce pas? » demandais je en sachant pertinemment la réponse à ma question. « Oui c'est bien ce que je pensais. » lâchais je finalement avec un rictus devant leur silence plus qu’éloquent.

La conversation n'allant pas plus loin lorsque l'un décidé qu'il en avait marre de discuter et qu'il était temps de passer de nouveau à l'action avec un taser.  Par chance, il n'était pas si bon que ça pour viser et les  embouts allèrent se planter dans le poteau placé pile entre moi et mon camarade à la eau rouge. Le crépitement contre le métal suffit cependant à me faire sauter d'un pas sur le côté. «  Okay, là ça devient ridicule. » maugréais je en écartant la femme qui venait dans ma direction avec un sale regard. Dire que tout cela commençait à m'énerver était un euphémisme. Si ils voulaient se battre , nous allions me perdre. Et ils allaient le regretter. Sans que je ne me rende réellement compte, mon comportement changea du tout au tout. Mes yeux se mirent à briller d'une lueur malsaine et tout en moi criait qu'il fallait que je leur fasse payer à ces humains ridicules qui ne comprenaient rien.  Cette petite voix qui grondait dans ma tête prit le pas sur le reste et bientôt j'échangeais avec mes assaillants des coups secs, précis et violents. Des coups qui n'étaient plus faits pour désarmer mais pour faire mal. Des coups que je n'aurais jamais échangé avec des civils dans un état normal. Mais ça, je ne pouvais pas m'en rendre compte. Pas encore du moins. Une chose était sûre néanmoins, c'est que sans l'intervention d'une âme charitable , certains de mes adversaires ne verraient pas le jour se coucher demain. Voir même la nuit tomber en fait.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty
MessageSujet: Re: Humans are all around - ft. Sharon Carter   Humans are all around - ft. Sharon Carter EmptyJeu 8 Déc - 0:03



I don't want to hurt them - Part 1


- Our very strength incites challenge. Challenge incites conflict. And conflict... breeds catastrophe. -



La violence n'était pas la première solution pour Victor. Pour résoudre un problème, il essayait de poser le pour et le contre. Il posait des équations. C'est une intelligence artificielle. Il n'a pas de pulsions primitives propres à l'humain. Il fait des calculs et prime la voie pacifique à la violence facile. Ce n'était pas forcément le cas de la sauveuse de Victor.

- Sérieusement, vous n'avez pas autre chose à faire que de chercher les ennuis à quelqu'un qui ne vous a rien fait ?

L'agent du S.H.I.E.L.D. semblait garder son calme face à ses hommes qui semblaient plus nombreux qu'au départ. Victor comprit au vu des paroles d'un homme en colère qu'il faisait parti des Avengers, qu'il était un des optimisés, l'« un des leurs ». Il était donc rejeté par la population pour faire parti d'une équipe qu'ils pensent au-dessus des autres. La confiance du peuple en leurs héros s'est fortement dégradée et Victor le comprenait désormais.

- Ah et c'est tout ? Juste parce qu'il est l'un des leurs et différent ? Que je sois sûre, personnellement il ne vous a rien fait  n'est ce pas ?

Personnellement, non. Il ne connaissait même pas ces gens qu'il rencontrait pour la première fois et qui l'avaient attaqué sans raison apparente. Ils confirmèrent avec leur tête d'ahuris. Puis la scène se transforma en un combat violent entre les agresseurs de Victor et la jeune blonde qui le défendait. La jeune femme semblait n'avoir aucun mal à se défendre face à ces hommes remontés contre l'Avenger. Seulement, Victor remarqua qu'elle n'adoptait plus une attitude défensive mais offensive. Son comportement changea du tout au tout. Il y avait quelque chose qui clochait. Il revêtit son costume et se chargea de deux hommes qui voulaient attaquer l'agent. Voyant que la scène allait tourner au drame et que la jeune femme devenait incontrôlable, il phasa à travers elle et chargea un rayon énergétique qui fit reculer les assaillants. Se tournant vers la blonde, il la saisit aux épaules, la maintenant fermement.

- Madame, je crois qu'il est temps pour vous de quitter cet endroit perturbant.

Doté d'une force surhumaine, Victor n'eut pas de mal à la maîtriser et la porter dans ses bras. Il envoya un nouveau rayon énergétique tout autour de leur position pour que les agresseur ne se rapprochent pas. L'agent du S.H.I.E.L.D. dans les bras, il se mit alors à voler à la verticale. Atteignant le dessus des immeubles, il s'élança dans les airs avec facilité et légèreté. Il se posa dans un square et posa la jeune femme sur un banc. Il revêtit rapidement des habits de civils avant de s'asseoir à côté d'elle.

- Vous allez bien ? Cette extrême violence dont vous avez fait preuve ne ressemble pas à une agent du S.H.I.E.L.D.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty
MessageSujet: Re: Humans are all around - ft. Sharon Carter   Humans are all around - ft. Sharon Carter EmptyJeu 8 Déc - 23:40

humans are all around

Sharon x Vision


«Do not let humans destroy you »
Un grognement de rage passa la frontière de chaire de mes lèvres alors que je levais mon poing pour venir taper la première mâchoire qui croisa mon chemin. J'allais leur apprendre les bonnes manières moi. Si la violence était la seule chose qu'ils connaissaient.... ils venaient de trouver chaussures ç leur pied. Ils n'auraient pas pu tomber mieux. Dommage pour eux cependant, qu'ils ne faisaient pas vraiment le poids. A force, bien entendu, ils auraient l'avantage sur moi du fait de leur nombre. Mais pour le moment, il était certain que je menais la danse.  Un sourire mesquin et satisfait s'installa sur mes lèvres  lorsque je sentis l'os d'un nez se briser sous la force de l'un de mes coups. Le cri qui suivit ne fit que l’agrandir. Dans un sens tout cela était excitant. Et puis ça faisait du bien. Cela me détendait. J'avais en moi plus de colère et de frustration que j'aurais pu le penser. Dans mon état actuel, je me fichais de plus pas mal de la manière dont je les libérais. Et surtout sur qui je les libérais. Mon amusement trouva cependant une fin abrupte lorsque je sentis quelque chose me passer à travers le corps. Le sentiment de froid qui accompagne la traversée de Vision me remua l'estomac. Je me retins de justesse de vomir en le voyant réapparaître dos à moi pour s'adresser à mes adversaires. Mon regard noir se vissa sur sa nuque rouge. Non seulement il me passait directement à traverser le corps sans me demander mais en plus il m'empêchait de continuer mon petit jeu. Et il me bloquait la vue. Je n'appréciais guère. Dents serrées, je le regardais se tourner vers moi après avoir fait usage de son petit rayon énergique. « Madame, je crois qu'il est temps pour vous de quitter cet endroit perturbant » lâcha t-il alors que je m'apprêtais à ouvrir la bouche pour lui demander de se pousser de mon chemin. Après tout, il était entre moi et mon passe-temps favoris du moment. Je n'étais pas encore assez folle cependant malgré mon état très étrange pour essayer de m'en prendre directement à lui avec pour seules armes mes poings. Il y avait des limites. Ce n'était pas un combat que je pouvais gagner. J'avais beau être douée dans ce que je faisais, à la fin de la journée je n'étais qu'humaine. Mes capacités, aussi développées pouvaient elles l'être pour quelqu'un comme mo, ne pouvaient strictement rien contre l’androïde. Je n'étais même pas assez puissante physiquement pour oser ne serais ce que le chatouiller. C'était pour dire. Cette constatation énervante me fit bien sûr grincer des dents.

Je m’apprêtais à le contourner pour revenir à l'assaut lorsqu'il m'attrapa les bras  puis la taille et me souleva de terre. Surprise, je refermais mes mains sur ses biceps pour me tenir. Par chance, je n'avais pas peur de l'altitude.  Néanmoins, je n'avais jamais volé  de cette manière et je me crispais donc.  Par chance, le trajet dans les airs ne dura pas assez longtemps pour que je commence à trouver la situation bizarre et inconfortable. Mon esprit profita de ce moment pour s'éclaircir et me laisser avec le même sentiment crainte au fond de l'estomac. Je retrouvais peu à peu tous mes sens et quittais cet état second dans lequel je m'étais plongée sans crier gare. Encore une fois, j'avais perdu le contrôle de moi même. Cela m'arrivait de plus en plus souvent. Je devais avouer que je commençais à sérieusement m'en inquiéter. Ce n'était pas normal. Perdais je la raison ? Peut être que je devenais folle ou que j'aurais du être diagnostique depuis longtemps avec un dédoublement de la personnalité. Eut être que je ne me ménageais pas assez et que l'épuisement que je ressentais s'était mué en quelque chose de bien plus dangereux. Autant de pistes et de questions sans réponses.  Je repoussais néanmoins mes questions dans un fond de mon esprit lorsqu'il me déposa sur un banc.   Je me devais de garder la face et cela même si je venais de montrer la partie la plus horrible de ma personne.  Je ne pouvais pas paniquer. Pas maintenant. Pas avec lui. Je ne le connaissais pas après tout. Et puis même si c'était le cas, c'était le genre de choses que je préférais garder pour moi. C'était mon secret et mon problème. A moi de remédier à la situation seule. « Vous allez bien ? Cette extrême violence dont vous avez fait preuve ne ressemble pas à une agent du S.H.I.E.L.D ». «  Clairement vous ne connaissez pas bien les agents du SHIELD » lui répondis je avec humeur en serrant les poings le long de mes cuisses. Il fallait que je me calme et que je laisse pas la panique que je ressentais sur le moment avoir raison de moi. Dans un sens ceci dit, ce que je disais était vrai. Au SHIELD, nous n'étions pas tous des enfants de cœur. On faisait juste semblant. Mais la vérité  c’était qu'il n'y en avait pas forcément un pour rattraper l'autre. J'étais sûre que Coulson aurait quelque chose à redire là-dessus. Son opinion ne comptait pas cependant. Il était biaisé et voyait toujours le bien en tout le monde, même quand le bien avait déserté depuis bien longtemps.

Secouant la tête et mes cheveux blonds, je lâchais un soupir avant de poser mon regard sur mes mains tâchées de petites gouttes de sang. Je les grattais du bout des ongles en repoussant une nouvelle fois cette sensation de dégoût que j'avais pour moi-même. Il y avait vraiment quelque chose qui clochait chez moi. « Pourquoi ne pas s'être défendu ?» me forçais je finalement à demander pour m'éloigner de mes pensées. Pour être honnête, je lui en voulais également un peu. Il aurait pu éviter tout cela si il n'avait pas passé son temps à discuter et à se laisser frapper. Si il avait mis fin à toutes ses simagrées dès le départ, je n'aurais jamais eu à intervenir. Rien de tout cela ne serait arrivé. C'était dur et injuste de ma part mais je m'en fichais. Il fallait bien qu'une partie de la faute aille à quelqu'un vu que je refusais d'en prendre l'entière responsabilité.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty
MessageSujet: Re: Humans are all around - ft. Sharon Carter   Humans are all around - ft. Sharon Carter EmptyMer 21 Déc - 0:57



I don't want to hurt them - Part 2


- Our very strength incites challenge. Challenge incites conflict. And conflict... breeds catastrophe. -



- Clairement vous ne connaissez pas bien les agents du SHIELD.

Victor ne connaissait en effet pas bien le SHIELD. Et à vrai dire, il ne s'en portait pas plus mal. Il se méfiait de cette organisation dite secrète. Il avait étudié l'histoire des États-Unis, celle du SHIELD depuis la nomination de Nick Fury à sa tête. Il avait eu accès à certains fichiers secrets. Sa partie qui provenait de JARVIS lui avait permis d'accéder à des fichiers d'Howard Stark. Il avait donc une multitude de raison d'être méfiant envers le SHIELD. Et quoiqu'il en soit, le comportement de la jeune femme dépassait le simple entraînement d'un agent de terrain.

- Pourquoi ne pas s'être défendu ?

Que répondre à cela ? Il s'agissait de Vision. Il posait le pour et le contre, se battait pour la justice et l'égalité. La violence ne doit pas être sa première solution. Les humains sont ignorants. Il y a des choses bien plus puissante. Victor sourit à la jeune femme blonde et s'assied à ses côtés sur le banc. Il regarda autour de lui, contempla le paysage, l'atmosphère calme de l'endroit. Il étudiait la moindres parcelles de tout ce qui les entourait. Il connaissait cet endroit, il s'agissait d'un de ces endroits où il aimait bien se rendre lorsque la Tour devenait trop... fréquentée même si cela arrivait très peu de fois. Il porta son regard sur la blonde qui attendait forcément une réponse à sa question. Et il se décida à enfin lui répondre.

- Ce sont des civils. Il fallait que je les raisonne. Ils étaient aveuglés par la colère. Répondre par la violence n'aurait servi qu'à créer une émeute plus grosse et me discréditer encore plus à leurs yeux.

Et Victor ne se démonta pas, il soutint le regard de la jeune femme. Après tout, même s'il avait du se défendre, il n'aurait sûrement pas été aussi violent qu'elle. Il avait eu l'impression qu'elle voulait leur foncer dedans, pris par une frénésie. Si Victor n'avait pas décidé de l'emmener loin de cette émeute, il y aurait un sacré tas de cadavres dans cette ruelle. Et Victor ne voulait pas faire la une des journaux du lendemain et qu'on dise que la Vision aide le SHIELD à tuer des civils en colère. Il se tourna carrément vers elle, lui faisant face et lui posa à son tour une question.

- Pourquoi avoir agi si violemment ? Vous aviez l'air en transe, comme si tuer ces pauvres gens qui ne faisaient que libérer leur colère sur moi, allaient vous soulager.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty
MessageSujet: Re: Humans are all around - ft. Sharon Carter   Humans are all around - ft. Sharon Carter EmptyJeu 22 Déc - 23:37

humans are all around

Sharon x Vision


«Do not let humans destroy you »
Le regard toujours posé sur le léger tremblement de mes mains,  je le tournais qu'à peine les yeux pour regarder Vision s'installer à mes côtés. Le silence se fit entre nous. Je le respectais sans le briser. Je ne savais pas vraiment quoi dire de toute manière. Je n'avais pas envie de m'expliquer ou de me justifier. Je savais qu'il allait forcément me poser une question sur mon comportement. Comment pourrait il en être autrement ? Vision était un être curieux. Il n'était de plus pas lier par les mœurs sociaux des humains. En attendant, je profitais du silence et de son envie de contempler le parc qui l'entourait pour réfléchir à la réponse que j'allais bien pouvoir donner. Tout en attendant la réponse à ma question. Question que je trouvais justifié. Il n'y avait qu'un pas entre un trop plein d'humanité et la bêtise. Pour moi, il l'avait bel et bien franchit. Et cela malgré la situation délicate dans laquelle il pouvait bien se trouver. « Ce sont des civils. Il fallait que je les raisonne. Ils étaient aveuglés par la colère. Répondre par la violence n'aurait servi qu'à créer une émeute plus grosse et me discréditer encore plus à leurs yeux » me répondit il en faisant bien entendu écho à mes pensées. Ce genre de raisonnement ne valait que pour quelqu'un comme lui. Vision devait avoir des faiblesses. Mais pouvait il mourir ? Pouvait il réellement physiquement souffrir ? De ça je n'en étais pas sûre. «  Je suppose » me contentais je de répondre en me penchant en avant pour poser mes coudes sur mes genoux. Mon regard bleu se posa sur l'eau scintillant un peu plus loin dans le petit point d'eau de l'endroit. «  Se laisser battre n'est pas non plus une solution » finis je tout de même par rajouter d'une voix moins forte. L'équilibre entre la crainte et le respect était souvent difficile à gérer. Il était aisé de basculer de côté de la crainte qui ne manquait pas le plus généralement d’entraîner la haine. Les gens avaient peur de ce qu'ils ne pouvaient contrôler. Tout le monde voulait être en haut de la pyramide. Surtout, ils voulaient le contrôle. Le contrôle sur leur vie. Difficile de maintenir l'illusion lorsque des êtres comme Vision existait sur Terre.  Ceci dit sans en faire trop et devenir tyrannique, il fallait tout de même apprendre à ne pas se laisser faire. Les personnes l'ayant attaqué étaient du type à ne plus jamais s'arrêter. La colère ne justifiait tout. Et la soif de vengeance, la peur non plus.

«  Pourquoi avoir agi si violemment ? Vous aviez l'air en transe, comme si tuer ces pauvres gens qui ne faisaient que libérer leur colère sur moi, allaient vous soulager ».  Intérieurement je grimaçais. J'avais redouté cette question tout en m'y préparant mentalement. Comme beaucoup de personne de ma constitution, je savais faire beaucoup de choses en même temps. Penser, écouter, répondre, réfléchir, analyser... Autant d'outils qui me permettaient de faire mon travail d'espionne et d'agent du SHIELD jours après jours.  Ce fût en lâchant un soupir que je me redressais dans une position assise plus sérieuse. «  Contrairement à vous, je suis humaine. Je suis soumise à mes émotions et à celles des autres. Si je suis blessée, je saigne. Je meure aussi si la blessure est trop importante » commençais je. «  Le combat était inégal. Vous refusiez de vous défendre et je ne peux pas rester impassible face à ce genre de situation. A dix contre un, il faut se défendre un peu violemment. C'est tout » expliquais je en masquant bien entendu ce qui se passait vraiment dans mon cerveau. J'occultais ainsi l'état de mon subconscient et ces envies soudaines de frapper quelque chose à mort. Et puis, il y avait du vrai dans ce que je racontais. On ne se battait pas de la même façon lorsqu'on se trouvait un situation d'avantage et lorsque nous n'étions clairement pas en position de force. J'avais été trop violente et je le savais. Cependant, je n'étais pas prête à l'avouer. Me l'avouer à moi même était déjà assez difficile. J'avais prêté serment après tout.  Je devais protéger le monde et ses habitants. Là j'avais failli en tuer. Certes j'avais défendu Vision mais ce n'était pas une raison. Ou du moins pas vraiment. Mes assaillants avaient été aussi virulents que moi et m'auraient certainement roué de coups. J'avais pris les devants. En cela je supposais que mon comportement se justifiait. Il ne fallait néanmoins pas oublier que j'étais bien plus dangereuse et entraînée que les personnes que j'avais combattu aujourd'hui. Epuisée face à mes remords et questionnements permanents, je fermais les yeux et inspirais un grand coup. L'air frais n'aida aucunement à dissiper ma migraine mais eut le mérite de calmer un peu mes nerfs. C'était déjà ça de pris. «  Vous auriez pu arrêter tout ça bien plus vite. On ne va pas se mentir. Vous auriez pu mettre d'autres personnes en danger,  ce genre de rassemblements apportent toujours son lot de curieux avec lui. Un innocent sur le bas côté aurait pu être blessé et ça n'aurait pas arrangé votre problème » repris je après un petit temps de réflexion. Je n'étais pas prête à lâcher l'affaire. Et puis, dans le fond, je n'étais pas la seule à être responsable. Il était l'élément déclencheur et je comptais bien enfoncer un peu plus l'épine dans son pied. Cela n'enlèverait pas ma culpabilité mais rejeter la faute sur quelqu'un et être mesquin m'avait toujours fait du bien. Bah, comme le disait autrefois ma tante, personne n'était parfait.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty
MessageSujet: Re: Humans are all around - ft. Sharon Carter   Humans are all around - ft. Sharon Carter EmptyLun 9 Jan - 23:06



I don't want to hurt them - Part 3


- Our very strength incites challenge. Challenge incites conflict. And conflict... breeds catastrophe. -



- Contrairement à vous, je suis humaine. Je suis soumise à mes émotions et à celles des autres. Si je suis blessée, je saigne. Je meure aussi si la blessure est trop importante.

Il le savait. En ne ripostant pas, Vision avait exposé la jeune femme à une mort certaine. Seulement voilà, ces piètres humains n'en seraient pas venus là. Vision contrôlait la situation mieux que cet agent ne voulait le croire. Ne rien faire était une tactique risquée mais qui avait fait ses preuves, selon les calculs de Victor.

- Le combat était inégal. Vous refusiez de vous défendre et je ne peux pas rester impassible face à ce genre de situation. A dix contre un, il faut se défendre un peu violemment. C'est tout.

Victor remarquait la haine de la jeune femme et ne parvenait pas à l'expliquer. Les agents du S.H.I.E.L.D. qu'il avait déjà croisé n'agissaient pas de la sorte. Quelque chose clochait chez cette femme, mais quoi ? Victor n'en savait rien. Malgré la age qui semblait l'habiter, la jeune femme semblait se calmer, fermant les yeux pour mieux se concentrer, sûrement. De son côté, Vision restait sur le qui-vive. La jeune femme était clairement préoccupée par quelque chose en elle. Après un temps de réflexion pendant lequel Victor avait jugé bon de rester silencieux, la jeune femme brisa le silence.

- Vous auriez pu arrêter tout ça bien plus vite. On ne va pas se mentir. Vous auriez pu mettre d'autres personnes en danger,  ce genre de rassemblements apportent toujours son lot de curieux avec lui. Un innocent sur le bas côté aurait pu être blessé et ça n'aurait pas arrangé votre problème.

Victor se retourna vers la jeune blonde. Où voulait-elle en venir ? Victor n'en avait aucune idée. Ils étaient sortis de ce bordel, pourquoi ne pas juste passer à autre chose. Victor sentait que les choses pouvaient dégénérer. Il ressentait totalement l'instabilité de la jeune femme. Il n'arrivait pas à l'analyser et ça, pour Vision, ça ne signifiait rien de bon.

- Vous auriez voulu que je mette à terre ces hommes et femmes. Des civils ? Pour qu'en suite, ils rejettent la faute sur ce que je suis censé représenter : les Avengers. Nous sommes des garants de la paix. Nous nous battons contre des vilains, des optimisés, pas des civils qui ne croient plus en nous. Le dialogue est la meilleure option que j'ai trouvé pour eux. Mais l'homme est imprévisible après tout. Vous en êtes la preuve, agent Sharon Carter. Je me disais bien que je vous connaissais. Seulement, quelque chose a changé en vous, Miss Carter. J'aimerai bien savoir quoi.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty
MessageSujet: Re: Humans are all around - ft. Sharon Carter   Humans are all around - ft. Sharon Carter EmptyJeu 12 Jan - 21:42

humans are all around

Sharon x Vision


«Do not let humans destroy you »
Apparemment, je n'étais pas aussi calmée que j'avais bien voulu le croire. Un rien suffisait vraiment à remettre le feu aux poudres. Jamais il ne m'avait semblé avoir été aussi versatile. Clairement j'avais besoin de faire le point. Une introspection , elle aussi, serait bienvenue. Je ne pouvais pas tout mettre sur le bon dos de mes migraines, simples maux de têtes ou autre absences temporaires injustifiées. Elles jouaient certainement un rôle mais ma lassitude constante y était aussi pour quelque chose. J'étais trop prise. Je me battais sur trop de fronts différents. Le RA, le virus X1R1, les disparitions bizarres qui ravageait new york … et ma propre incapacité. Il fallait croire que c'était trop pour moi et que j'avais besoin d'une petite pause. Sauf  que même pendant mon jour de repos, aujourd’hui, je ne pouvais m'empêcher de porter secours à qui en avait besoin.  Ou du moins, je ne pouvais m'empêcher de foncer tête baissée dans les conflits. Je supposais que cela était plus correct. C'était mon métier certes mais ce n'était pas comme ça que j'allais réussir à respirer. Je devais être surmenée. Il fallait que j'apprenne à me détendre. Difficile seulement lorsque l'on était moi et que notre esprit ne nous laissait pas une minute de répit. Difficile aussi lorsque la personne que l'on devait secourir était l'une des entités les plus puissantes au monde.  Sérieusement.  Ça me dépassait. Et le fait qu'il ne semblait pas comprendre mon énervement encore plus. « Vous auriez voulu que je mette à terre ces hommes et femmes. Des civils ? Pour qu'en suite, ils rejettent la faute sur ce que je suis censé représenter : les Avengers. Nous sommes des garants de la paix. Nous nous battons contre des vilains, des optimisés, pas des civils qui ne croient plus en nous ». Je me demandais pour l'ombre d'une seconde si il le faisait exprès avant de me rendre compte que non. Il était juste comme ça. Sur le moment ça m'exaspérait.  Un rien m'exaspérait de toute façon. «  Vous auriez pu passer à travers, ou voler en dehors de là au lieu de vous laisser frapper » ripostais je en me levant du banc. Je fis quelques pas pour dégourdir mes jambes et espérer faire disparaître la tension que je ressentais grandir dans ces dernières.  Pour moi, tout ce qu'il avait réussi à faire c'était un gros rien. Il n'avait ni envenimé ni arrangé les choses. Maintenant ces civils allaient se croire encore plus tout permis.  Il leur avait donné une sorte de pouvoir et il ne semblait pas s'en rendre compte.

«  Le dialogue est la meilleure option que j'ai trouvé pour eux. Mais l'homme est imprévisible après tout. Vous en êtes la preuve, agent Sharon Carter. Je me disais bien que je vous connaissais. Seulement, quelque chose a changé en vous, Miss Carter. J'aimerai bien savoir quoi ». Mains sur les hanches je le fixais un instant. Je n'étais que peu étonnée du fait qu'il se souvienne de mon nom et de mon prénom. Nous nous étions croisés quelques fois et Vision était doté d'une intelligence supérieure car artificielle. Les détails que nous oublions, lui les retenait. «  Peut être que j'en ai marre des idiots » lui lançais je finalement en me redressant un peu sans jamais le quitter du regard. «  Vous avez bien de la chance de ne ressentir ni fatigue ni ras le bol ni lassitude... je vous envierais presque » continuais je en espérant que cela soit suffisant. Je n'avais pas envie qu'il pose plus de questions.  Je n'avais bien sur pas à y répondre si je ne le voulais pas. Cependant, j'avais toujours pensé que le silence est la plus belle forme de culpabilité. Le silence était une réponse à lui seul. C'était d'autant plus vrai si la question était rondement posée et fermée avec un oui ou un non pour seul alternative.  Généralement, on avait pas trop de mal à dire que l'on avait rien ou que l'on avait rien fait. Avouer l'inverse en revanche se retrouvait être de suite plus compliqué. «  Franchement, je comprends pas comment vous avez envie de discuter avec des gens qui ne veulent pas discuter. Ça vous coûtait quoi de vous extirper de la situation ? Je dois avouer que votre comportement me dépasse ». Un peu. Vision était connu pour son côté pacificateur voir moralisateur suivant les moments. Cela s'expliquer facilement de part sa nature même d’androïde. J'imaginais que c'était difficile de ne pas faire la leçon à tout le monde lorsque l'on était aussi ...avancé.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty
MessageSujet: Re: Humans are all around - ft. Sharon Carter   Humans are all around - ft. Sharon Carter EmptySam 28 Jan - 23:51



Violence isn't the answer


- Our very strength incites challenge. Challenge incites conflict. And conflict... breeds catastrophe. -



- Peut être que j'en ai marre des idiots

La jeune femme avait pris une position de héros, les bras sur les hanches, le regard fixant les yeux de l'androïde. Son ton était dur et son regard était noir. Vision ne l'avait jamais vu comme cela. Sharon et lui s'étaient déjà rencontrés plusieurs fois mais elle lui avait semblé plus... calme.

- Vous avez bien de la chance de ne ressentir ni fatigue ni ras le bol ni lassitude... je vous envierais presque

Il faut avouer que c'était un avantage pour Vision ne rien ressentir. Bien qu'il tentait de comprendre la façon de vivre et de penser des humains, il était incapable de le devenir lui-même. Et c'est ce qu'il semblait énerver la jeune femme. Car Vision aurait très bien pu les terrasser en deux secondes, c'est vrai. Il ne niait pas en avoir eu envie. Agresser un membre des Avengers était un acte courageux en somme. Ils étaient garants de la paix sur Terre. Pourquoi s'attaquer à eux ? Vision n'avait pas encore la réponse. Et il ne l'obtiendrait pas avec la violence.

- Franchement, je comprends pas comment vous avez envie de discuter avec des gens qui ne veulent pas discuter. Ça vous coûtait quoi de vous extirper de la situation ? Je dois avouer que votre comportement me dépasse.

Sharon n'avait pas entièrement tort. Vision aurait pu tout simplement prendre son envol ou bien phaser à travers ces idiots et partir. Pour le coup, Vision donnait raison à l'agent du SHIELD même si son agressivité dans sa voix commençait à l'énerver. Oui, oui, l'énerver. C'était bizarre pour quelqu'un comme Sharon. Elle était si courtoise d'habitude bien qu'une très bonne agent et coriace, courageuse et brave. Cette violence dans le comportement ne lui ressemblait pas.

- Sharon, je vous en prie, pas besoin de vous énerver non plus.

Vision prit un peu ses distances, laissant à l'agent l'espace nécessaire dans l'espoir qu'elle se calme. Il la regardait de haut en bas. Il analysait les mouvements de son corps, les expressions de son visage. Quelque chose clochait, il le savait, il le sentait.

- Vous avez raison. J'aurai pu partir, les laisser en plan. J'aurai pu les laisser penser que j'étais u fuyard, mais ce n'est pas ce que je voulais. Mais, assez parler de ça, je pense que c'est un débat sans fin avec vous, agent Carter. Je m'inquiète pour vous, par ailleurs. Vous me semblez... nerveuse ? Irritable ? Vous allez bien ?

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité
Invité


Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty
MessageSujet: Re: Humans are all around - ft. Sharon Carter   Humans are all around - ft. Sharon Carter EmptyDim 5 Fév - 14:26

humans are all around

Sharon x Vision


«Do not let humans destroy you »
«  Sharon, je vous en prie, pas besoin de vous énerver non plus ». Malgré moi, un petit rire franchit mes lèvres. Enervée moi ? Je n'en étais même pas encore à ce point là. J'étais irritée mais pas furieuse pour autant. «  Je vous assure, Vision, malgré les apparences, je suis très calme. Juste exaspérée. » lui répondis je en levant un sourcil dans sa direction. Je le mettais au défi de me dire le contraire. Après tout, il ne me connaissait pas. Il ne savait pas à quoi une Sharon en pétard pouvait bien ressembler. Je n'étais pas à ce stade et cela malgré les mots et émotions qui poussaient dans mon esprit aussi vite que la mauvaise graine. Bien sur, à l'inverse de ce que je disais, je n'étais pas calme. Disons que j'étais quelque part entre les deux. Ce qui ressortait dans la froideur de ma vie et la position rigide de mon corps était le combat incessant que ma raison disputait avec mon esprit tourmenté. Mais ça, c'était un secret que je comptais bien encore gardé quelque temps. Au moins jusqu'à ce que je sache ce qui clochait chez moi. Néanmoins, il avait raison dans un sens. Il fallait que je retrouve mon calme total. A défaut j'allais finir par vraiment l'alerter sur mon état..mental. Je n'avais que peu envie qu'il vienne fourer son nez dans mes affaires. Ce qui était ironique vu que j'étais celle qui avait commencé à mettre mon nez dans ses affaires. Cependant, l'ayant vu en danger, je n'avais pas pu rester de marbre. Je n'avais fait que mon boulot. Je n'attendais pas un merci. Ça n'arrivait jamais. La reconnaissance n'était pas pour les personnes comme moi. Je m'y étais habituée. C'était ce que j'appelais le revers de la médaille. Les gens attendaient qu'on fasse notre travail. C'était normal. Nous étions faits pour ça. Alors puisque nous étions fait pour ça, ils n'avaient pas besoin d'être reconnaissants. C'était en soit peut être vrai quelque part. Après tout, javais choisi ma voie, personne ne m'y avait forcé.

« Vous avez raison. J'aurai pu partir, les laisser en plan. J'aurai pu les laisser penser que j'étais un fuyard, mais ce n'est pas ce que je voulais ». «  Je suppose que je peux me contenter de ça » lâchais je avec un léger sourire en coin. Au moins, on allait quelque part. Je savais que j'avais raison mais c'était bien qu'il s'en rende compte également. Il progressait. «  Mais, assez parler de ça, je pense que c'est un débat sans fin avec vous, agent Carter. Je m'inquiète pour vous, par ailleurs. Vous me semblez... nerveuse ? Irritable ? Vous allez bien ? »  me questionna t-il par la suite. Je le détaillais un instant avant de hausser les épaules. «  Longue journée, longue semaine... Je suis fatiguée » lui répondis je sans m'étaler plus que ça. En soit, je ne mentais pas vraiment. C'était la vérité. Je n'allais cependant pas lui offrir le pourquoi du comment. Nous n'étions pas proches. Et même si c'était le cas, il y avait des choses que je préférais garder pour moi. «  Et qui dit fatigue dit exaspération . C'est un sentiment purement humain. Je me doute qu'il n'est pas aisé pour vous d'en saisir toutes les nuances » continuais je. « Pas besoin de vous inquiéter, ça va ça vient comme toujours » terminais je en me levant du banc sur lequel j'avais fini par me rasseoir.   «  Bien c'est pas tout, mais je pense que je vais vous laisser à présent. Essayez de ne pas vous mettre dans de nouveaux ennuis, je ne serai certainement pas là pour vous aider la prochaine fois » le saluais je légèrement piquante sans pouvoir m'en empêcher.  Avec un dernier sourire un peu tendu, je pris congé. Mes plans pour la journée avaient été détruits par ce sauvetage imprévu. Il ne me restait plus qu'à rentrer chez moi. Mon canapé et Netflix finiraient bien par arriver à me détendre.


code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty
MessageSujet: Re: Humans are all around - ft. Sharon Carter   Humans are all around - ft. Sharon Carter Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Humans are all around - ft. Sharon Carter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sharon Carter - Agent Of Shield
» Sting Carter - relationship.
» JOHN CARTER DE MARS
» [VU BY VIANNEY] La justice demande des comptes ! [Sharon, Nick, Brooke, Adam, Heather, Derek, Nikki et Victor ]
» Sharon et Nicholas se croisent .....( Nick )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel, No one is innocent ::  :: Archives RP-